Aller au contenu principal

Déconfinement : les conditions de reprise ne sont pas du goût de tout le monde

Le Maroc fait face à une nouvelle hausse des cas de contaminations et dépasse la barre des 13000 infections. Bien que le déconfinement progressif ait contribué à la reprise des activités de plusieurs secteurs, dont les trafics aérien et ferroviaire, d’autres pâtissent des consignes de prévention imposées par les autorités sanitaires.

Par H.L.B, Publié le 03/07/2020, mis à jour le 03/07/2020
Teaser Media
Déconfinement : des conditions de reprise difficiles

Le nombre de contaminations au coronavirus est toujours en hausse au Maroc. Le pays recense, ce vendredi 3 juillet, 13288 infections (+319), 230 décès (+1), 9160 guérisons (+70), 719206 personnes exclues après des tests négatifs au virus (+16.322) et 3898 cas actifs (+248). 43 nouveaux cas ont été signalés dans la région de Casablanca-Settat (3539), 116 à Tanger-Tetouan-Al Hoceima (2545), 73 à Marrakech-Safi (2049), 14 à Rabat-Salé-Kenitra​ (1993), 71 à Fès-Meknès (1422) et 6 à Laâyoune-Sakia El Hamra (605). Selon le ministère de la Santé, le taux de létalité est désormais de 1.73%, et celui des rémissions est de 68.93%.

 

Une reprise difficile pour les sportifs

Depuis le 25 juin 2020, date marquant le début de la deuxième phase de l’assouplissement des mesures du confinement, certains espaces ont pu relancer leurs activités. Ainsi, depuis un peu plus d’une semaine, les salles de sport, les cafés et les restaurants ont rouvert leurs portes. Noureddine Finkas, ancien champion et entraîneur de kick-boxing au Royal club de Rabat, a expliqué à H24Info que durant la période d’isolement obligatoire, beaucoup de sportifs ont perdu «leur rapidité et leur vivacité, outre la perte d’endurance et la baisse de la masse musculaire». Selon lui, la reprise va être difficile pour les athlètes, même si certains d’entre eux ont poursuivi leurs entraînements à domicile. Finkas a évoqué la mise en place de programmes d’accompagnement mental des pratiquants, sous forme de «conférences de groupes avec la participation de plusieurs sportifs afin de les aider à surmonter les difficultés imposées par le contexte actuel». De plus, pour protéger les sportifs et leurs encadrants du Covid-19, les salles et les équipements sportifs se conforment aux directives des autorités sanitaires, notamment la réduction du nombre de pratiquants à 50% de la capacité d’accueil, la distanciation physique, la stérilisation des chaussures et le contrôle régulier de la température corporelle.

 

Le mécontentement des gérants de cafés et restaurants

Comme les salles de sports, les cafés et les restaurants ont également repris du service. Leur réouverture est aussi conditionnée par une réduction du nombre de clients, une désinfection fréquente des lieux, mais aussi des horaires bien définis. Hespress Fr a interrogé le gérant d’un restaurant casablancais sur les contraintes des consignes des autorités sanitaires. Jean-Claude Kerinec, patron d’un restaurant de la métropole, a expliqué qu’il est vrai que le personnel était content de reprendre le travail, surtout après 3 mois d’inactivité, mais que la machine du travail peine à rouler. Pour lui, le problème principal sont les horaires imposés aux acteurs du secteur, et qui cassent leur activité en cette saison d’été. «C’est l’été, les gens ne sortent qu’après 21h pour dîner ou profiter du bon temps. Mais on est obligé de fermer les portes à 22h puisqu’on ferme à 23h», avance Kerinec, en soulignant qu’il «faudra revoir les horaires».

Concernant les consignes d’hygiène, il a précisé que «de toutes les façons dans la restauration, il y a toujours des mesures à prendre, notamment se laver les mains, les gants, et puis le gel hydroalcoolique un peu partout». Toutefois, en raison de la pandémie du Covid-19, les vigiles vérifient désormais «la température des clients, qui ne doit pas dépasser les 37°, et leur mettent sur la main du gel hydroalcoolique, avant de passer la porte». Il ajoute que certains établissant notent, en plus, les nom et prénom ainsi que le numéro de téléphone des clients, au cas où un cas de Covid-19 est détecté dans les lieux.

 

L’ONCF enregistre 350000 voyageurs depuis le 25 juin

Dans un communiqué de presse, l’Office national des chemins de fer (ONCF), annonce que depuis la relance le 25 juin du trafic ferroviaire des lignes AL BORAQ, AL ATLAS et des Trains Navettes Rapides, environ 350000 voyageurs ont été enregistrés. Le Matin rapporte, dans sa livraison du jour, que face à la demande croissante, l’ONCF a augmenté graduellement le nombre quotidien de ses trains de 116 à 144. L’Office a veillé en parallèle au «maintien du port obligatoire du masque, à la limitation des capacités de places mises en vente, au nettoyage et à la désinfection renforcés et continus des trains et des espaces partagés en gares et à la mise à disposition du gel-hydro alcoolique en gares et à bord des trains». L’ONCF prévoit le retour du rythme normal de son trafic dans les jours qui viennent, et ce grâce aux efforts déployés par ses fonctionnaires. Il appelle cependant les citoyens à préparer leur voyages à l’avance et à acheter leurs billets via le site marchand, pour éviter tout encombrement devant les guichets ainsi que pour gagner du temps et fluidifier l’accès aux trains.

 

La RAM remonte doucement la pente

La compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) annonce la consolidation progressive de son programme de vols domestiques à partir du 6 juillet. Selon Les Inspirations Éco, la RAM compte augmenter le nombre de fréquences et de destinations desservies. «Les destinations nouvellement rétablies concernent quatre lignes au départ et vers Casablanca, en l’occurrence Tétouan, Al Hoceïma et Ouarzazate (à 2 fréquences par semaine) et Errachidia (à 3 fréquences par semaine) ainsi que la liaison reliant Tétouan à Al Hoceïma à raison de deux fréquences par semaine», rapporte le journal. De plus, trois de ses quatre lignes récemment relancées vont bénéficier d’une hausse de desserte. «Ainsi, les liaisons Casablanca-Dakhla et Casablanca-Laâyoune passeront à 5 fréquences par semaine au lieu de 3 et la ligne Casablanca-Agadir sera renforcée par une quatrième fréquence par semaine», explique la compagnie. La même source ajoute que le programme actuel des vols pourrait éventuellement changer afin de répondre au mieux à la demande croissante. Et de conclure qu’aujourd’hui «le trafic aérien national est très prometteur. Les dessertes nationales pourront passer rapidement à des cadences et des fréquences plus importantes».


  • Partagez

HACA : les acteurs politiques peu en vue durant le confinement

La Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a livré une analyse sur un échantillon d...

Année scolaire 2020-21 : reprise des cours le 7 septembre 2020

Le ministère de l’Éducation a annoncé jeudi que l’année scolaire 2020-2021 débutera le 1er septembr...

Casablanca : décès d’un citoyen suite à l’effondrement d’une maison

Ce jeudi 6 août, une maison de trois étages s’est effondrée au quartier Al Masoudia - Sbata, à Casablanca. Cet incident qui a eu lieu au petit matin a fait un mort. Selon des témoignages sur place, le...

Covid-19 : de nouvelles mesures s’imposent

Le nombre quotidien de nouvelles contaminations au coronavirus est monté en flèche ces deux dernièr...

Enseignement : trois scénarios pour la reprise en septembre

À moins de quatre semaines du début de l’année scolaire 2020/2021, le ministère de l’Éducation nati...

Accès aux facultés de médecine : le concours commun d’accès assure l’égalité des chances

Ce mercredi 5 août, Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation, a annoncé que le concours conjoint pour l’accès à la première année à la Faculté de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire s’est dérou...