Aller au contenu principal

3 ans de prison ferme pour avoir partagé la vidéo du drame d’Imlil

Par Khansaa B., Publié le 13/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Selon l'édition du weekend du 11 et 12 mai du quotidien Al Akhbar, le tribunal antiterroriste de Salé a condamné un chauffeur de taxi de Marrakech à trois ans de prison ferme, assortis d'une amende de 10.000 dirhams. Ce dernier, né en 1967 et père de deux filles, avait été placé en détention provisoire et poursuivit pour “apologie d’actes terroristes” après avoir partagé la vidéo du double crime odieux d’Imlil sur WhatsApp.

 

Il a affirmé avoir envoyé la vidéo à un groupe de voisins, sans même la visionner. Il a également assuré qu'il n'a aucun lien avec le terrorisme.

 

Rappelons que deux suisses ont été arrêtés par la police marocaine quelques jours après le double meurtre des deux jeunes touristes scandinaves, survenu en décembre dernier, dans la région d’Imlil.

Terrorisme : le Maroc a contribué à l’élimination d’Oussama Ben Laden

Ce dimanche 24 janvier, Cherkaoui Habboub, le nouveau directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), a déclaré que «le Maroc a fourni des renseignements aux États-Unis pendant sa guerr...

Santé : le ras-le-bol des professionnels du secteur

Le silence du gouvernement et du ministère de la Santé face aux revendications des professionnels d...

Vacciner 33 millions de Marocains d'ici fin mai, est-ce possible ?

Alors que la vaccination de masse anti-Covid-19 a déjà commencé dans plusieurs pays, la campagne ma...

Covid-19 : Interpol met en garde contre le risque de vol des vaccins

Interpol vient de lancer une alerte mondiale adressée à ses 194 pays membres, dont le Maroc, afin de les prévenir du risque d’éventuelles attaques de réseaux criminels visant le pillage et le vol de v...

Vaccination contre la Covid-19 : les étapes à suivre

Le Maroc lance cette semaine sa campagne de vaccination. À cet effet, le portail “Liqahcorona.ma” a...

Mariage des mineures : l’accélération de l’amendement de la loi s’impose

Dans son édition de ce lundi 25 janvier, le quotidien arabophone Bayane Al-Youm rapporte que les députés aspirent à amender le Code de la famille, dont certaines dispositions sont jugées discriminatoi...