Aller au contenu principal

Santé : la nouvelle Tarification nationale de référence divise

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a pris des mesures pour améliorer la Tarification nationale de référence (TNR) et l’augmentation du taux de remboursement de plusieurs actes médicaux et des médicaments. Cette révision de la tarification ne fait pas que des heureux...

Par Nora Jaafar, Publié le 14/02/2020 à 12:30, mis à jour le 14/02/2020 à 21:28
Teaser Media
Le CNOM saigne le secteur public de la Santé

Le secteur de la santé fait la Une de la presse hebdomadaire. Commençons par les bonnes nouvelles. Dans une interview exclusive accordée à la Vie Éco, datée du 14 février, le directeur général de la CNSS, Abdelatif Mortaki, a annoncé que la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), a pris des mesures pour améliorer son régime de Tarification nationale de référence (TNR) et l’augmentation du taux de remboursement de plusieurs actes médicaux et du médicament. Et de préciser : «la refonte de cette tarification permettra de rehausser significativement à plus de 99% l'indemnisation des bénéficiaires de l’Assurance maladie obligatoire et le niveau de remboursement des frais médicaux». On apprend que cette révision va coûter 250 millions de DH à la CNSS. Dans cet entretien, le DG de la Caisse a partagé des indicateurs clés sur le secteur de la santé à commencer par celui de la dépense supportée à hauteur de 57% par les ménages.


Dans sa dernière édition TelQuel avance que les cinq conventions relatives à la TNR de l’Assurance maladie obligatoire (AMO), signées mi-janvier entre la CNSS et l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) profitent davantage aux structures de soins privées. En mettant fin à 14 ans de débat et de négociations sur la TNR, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, et le président de l’ANAM, ont irrité les Caisses d’assurances publiques qui devront revoir leur base de remboursement à la hausse, estime le magasine.


Dans sa Une, TelQuel revient également sur la dernière décision du Conseil national de l’ordre des Médecins (CNOM) autorisant les professeurs et les médecins du secteur public à prolonger leurs temps plein aménagés (TPA) afin d’exercer dans les cliniques privées. Sur la base d'une copie du PV de la réunion de l’Ordre, tenue le 29 janvier, l’hebdomadaire indique que le CNOM a approuvé l’application du TPA «à raison de deux après-midi par semaine pour les universitaires». Pour le journal, l’élargissement du TPA risque «de retarder davantage l’obtention de rendez-vous dans le secteur public de la santé, la surcharge de patients dans les centres de santé ainsi qu’une sous-médicalisation du secteur public sur l’ensemble du territoire».

Concours d’accès des AREF : les étudiants montent au créneau

En plus des syndicats de l’enseignement, plusieurs étudiants ont manifesté leur refus des récentes ...

Variant Omicron : le monde se barricade

Face aux incertitudes liées à la dangerosité et à la transmissibilité du variant Omicron de la Covi...

Voici les nouvelles conditions d’accès au territoire national

Le Maroc vient de mettre à jour les conditions d’accès au territoire national. En plus de la liste A et B, le ministère de la Santé a ajouté une liste C des pays à risque élevé (au nombre de sept). Ce...

Air France renforce son programme de vols avec le Maroc

En prévision de la fermeture des frontières aériennes du Maroc, la compagnie Air France a annoncé ce vendredi 26 novembre le renforcement de son programme de vols à destination et en provenance de Cas...

Les chiffres alarmants des violences à l’égard des femmes

Le coup d’envoi de la 19e édition de la Campagne nationale de sensibilisation pour la lutte contre ...

Affaire Omar Radi et Imad Stitou : report du procès au 9 décembre

La deuxième audience en appel des journalistes Omar Radi et Imad Stitou, initialement prévue jeudi 25 novembre, a été ajournée au 9 décembre prochain par la Cour d’appel de Casablanca. Radi était prés...