Aller au contenu principal

Le nouveau modèle de développement vu par l'économiste Thomas Piketty

En visite au Maroc en fin de semaine dernière, l’économiste français Thomas Piketty a animé trois conférences à Casablanca et à Rabat axées autour de la thématique des inégalités sociales. Un thème qui fait d’ailleurs l’objet de son ouvrage «Capital et Idéologie». Piketty a aussi rencontré des membres de la commission du nouveau modèle de développement, leur souhaitant que «les réflexions engagées par le royaume débouchent sur des décisions courageuses».

Par Mohamed Laabi, Publié le 27/01/2020 à 14:07, mis à jour le 06/01/2021 à 10:26          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Thomas Piketty

Considéré comme l’un des meilleurs économistes au monde, grâce à son ouvrage Capital au 20e siècle vendu à plus de 2,5 millions d’exemplaires, Thomas Piketty était au Maroc en fin de semaine dernière afin de présenter son dernier livre Capital et idéologie. Un ouvrage «qui casse l’unanimisme autour de l’hypercapitalisme et jette les bases d’un nouveau modèle économique plus égalitaire que nos décideurs gagneraient à s’en inspirer», estime Médias24. L’ouvrage a servi de fil conducteur pour trois conférences-débats, organisées en présence d’un parterre d’universitaires et de personnalités des mondes de la politique, de l’économie et des finances. L’économiste français en a profité pour rencontrer plusieurs membres de la Commission spéciale chargée du nouveau modèle de développement. «J’espère vivement que les réflexions engagées aujourd’hui au Maroc sur le modèle de développement débouchent sur des décisions courageuses», a-t-il souligné.

Piketty estime que les inégalités sont le fruit d’une construction idéologique qui les maintient dans la durée, à travers laquelle les dominants s’efforcent de légitimer et de perpétuer leur supériorité sur les dominés. Par ailleurs, Piketty défend l’idée que les inégalités sociales ne sont toutefois pas une fatalité, et ne s’estompent pas que par des changements dans la violence. Piketty prend pour exemple la Suède. Un modèle qui «paraît le plus emblématique et le plus parlant pour un pays comme le Maroc», rappelle Piketty. «Encore faut-il que le Maroc prenne des décisions courageuses».

Parmi ces décisions dont parle le célèbre économiste, l’impôt sur le patrimoine. Des mesures radicales parfois, notamment celle d’un impôt de 90% sur les hauts revenus. Un pourcentage qu’il dit prêt à payer sur ses gains de droit d’auteur, rapporte l’Économiste. Mais à travers son expérience, Piketty indique qu’il a constaté que les administrations se cachent derriére le secret fiscal. «La seule fois où la DGI avait publié les données sur la contribution des médecins du secteur libéral, elle s’était attirée la foudre de ces professionnels», rappelle l’Économiste.

Enfin, en réponse à la question de «s’il existe des pays qui se sont développés sans progressivité de l’impôt ?», Piketty précise «Je n’en connais pas.Tous les pays européens en plus des États-Unis, du Japon et de la Corée du Sud ont introduit au cours de leur histoire des formes de progressivité importantes, qui ont permis de financer l’éducation, les systèmes de santé, l’infrastructure, de réduire les inégalités, et de s’inscrire dans des trajectoires de développement pérennes».

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...