Aller au contenu principal

« Homme sur la Lune »: Le 50e anniversaire du débarquement d’Apollo 11

L’une des plus grandes réalisations de l’histoire de l’humanité a commencé le 16 juillet 1969 — il y a exactement 50 ans aujourd’hui — au Centre spatial Johnson de Houston. Ce matin-là, des équipes de contrôleurs de la NASA se sont assises nerveusement sur leurs consoles de contrôle. Ensemble, ils guideront trois astronautes — Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins — à des milliers de kilomètres de la terre, depuis la côte de la Floride, alors qu’ils montaient au sommet de la fusée la plus puissante du monde et s’envolaient vers la Lune.

Par H.L.B, Publié le 19/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Apollo 11 et ses trois astronautes vedettes

 

« Bonjour. Bonjour. Il reste trois heures et 32 minutes avant que l’homme ne commence la plus grande aventure de son histoire », a déclaré Walter Cronkite, présentateur de « CBS Evening News », aux Américains à 6 heures du matin, lors du lancement d’Apollo 11. « Trois astronautes se sont réveillés à 4 h 15 ce matin, il y a une heure et 45 minutes.... ont pris un bon petit-déjeuner et ont été déclarés en forme et prêts à partir. »

 

Huit ans plus tôt, dans un discours urgent au Congrès, le président John F. Kennedy avait déclaré : « Je crois que notre pays devrait s’engager à atteindre cet objectif avant que cette décennie ne soit terminée, c’est-à-dire emmener un homme sur la Lune et le ramener en sécurité sur la Terre ».

 

Ce discours a été prononcé à un moment où l’Amérique et l’Union soviétique se livraient une bataille pour la domination — chacune essayant de prouver sa supériorité en conquérant l’espace.

 

Mais en vérité, les États-Unis venaient de subir un revers majeur.

 

« Le vol de Yuri Gagarin en orbite autour de la terre ne faisait que nous placer encore plus en arrière », a déclaré Cronkite.

 

« Que les Russes allaient faire atterrir un homme sur la lune avant nous semblait inévitable », rapporte Cronkite.

 

La NASA a versé la somme astronomique de 25 milliards de dollars — l’équivalent de 263 milliards de dollars aujourd’hui — dans le programme, fournissant 400 000 emplois pour les hommes et les femmes, déterminés à gagner à tout prix.

 

En 1962, Armstrong s’est joint à un groupe d’astronautes d’élite de la NASA.

 

Le programme a fait de grands progrès en un temps record. Puis vint ce jour terrible en novembre 1963 — l’assassinat du président Kennedy. L’homme qui avait rêvé d’atterrir sur la lune et qui avait travaillé si dur pour y parvenir ne vivrait pas pour le voir.

 

Trois ans plus tard, un autre coup dévastateur a été porté lorsque le test de pré-lancement d’Apollo 1 s’est terminé en catastrophe. Les trois premiers astronautes américains d’Apollo, Gus Grissom, Roger Chaffee et Ed White, ont été piégés et tués par un incendie éclair qui a balayé leur vaisseau au cours d’un essai sur la plate-forme de lancement de la Floride.


En janvier 1969, Neil Armstrong a été nommé publiquement commandant du vaisseau spatial : Apollo 11. Le célèbre et modeste Armstrong insistait sur le fait qu’il n’était pas plus spécial que n’importe lequel des autres astronautes.

 

Il fera le voyage de 240 000 miles avec deux autres hommes. Edwin Aldrin était connu de ses amis sous le nom de « Buzz » et Michael Collins, le pilote du module de commande.

 

Les trois hommes ont passé les six mois suivants à s’entraîner rigoureusement, déterminés à bien faire les choses. La NASA ne prenait aucun risque non plus.

 

Renvoyer des humains sur la lune


Bon nombre des plus grandes réalisations spatiales ont eu lieu dans les années 1960.

 

Bien que l’humanité ait envoyé des robots et créé une Station spatiale internationale en orbite autour de la Terre, il n’y a pas eu un humain sur la Lune depuis 1972.

 

Plusieurs missions « commerciales et institutionnelles » sur la lune sont prévues dans les prochaines décennies, selon l’ESA.

 

L’ESA travaille avec le Japon et le Canada en vue d’envoyer un rover sur la lune au milieu et à la fin de 2020 dans le cadre de la mission Heracles. Le rover va explorer une partie inexplorée près du pôle sud de la lune.

 

Jan Wörner, directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), espère réunir à terme « différents acteurs du monde entier pour travailler sur la surface de la Lune » — il s’agit de robots et astronautes travaillant ensemble pour mieux comprendre la Lune.


Les États-Unis veulent aussi que l’humanité retourne sur la lune et ont lancé un projet, « jumeau » de leurs célèbres missions Apollo, Artemis.

 

Dans le cadre de cette mission, la NASA prévoit de ramener des gens sur la Lune d’ici 2024 et de créer une présence humaine durable sur la Lune d’ici 2028.

 

Woerner n’aime pas l’idée d’un « retour » sur la lune comme une course vers l’espace, mais est plutôt en faveur de la « coopération internationale ».

Le Maroc réceptionne 500.000 doses du vaccin de Sinopharm

Comme nous vous l'annoncions hier, le Dreamliner de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) est revenu de Pékin ce dimanche avec un nouveau lot de vaccins anti-Covid-19 du laboratoire chinois Sin...

Femme marocaine : qui est-elle vraiment ?

Histoire, nom féminin. L’histoire s’est longtemps écrite au masculin chez nous. Nous vivons dans un...

Vaccin de Sinopharm : un avion de la RAM en route vers la Chine

Bonne nouvelle ! Des sources bien informées ont certifié à LeBrief qu'un Dreamliner de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a décollé ce samedi matin de l'aéroport Mohammed V de Casablanc...

Instance de probité : vote en commission mercredi

Le projet de loi sur l'instance de probité est à l’ordre du jour de la session extraordinaire au Pa...

La gériatrie, une spécialité médicale qui prend soin des personnes âgées

Docteur Valérie Alighieri, médecin généraliste, gériatre, nutritionniste et diabétologue, est de re...

Comprendre l'affaire Saad Lamjarred

La pop star marocaine controversée Saad Lamjarred doit retourner devant la Cour d’appel de Paris po...

lebief.ma - banniere-covid