Temps de lecture : 3 minutes

Accueil / Économie / Paiement : Jamais sans la carte !

Paiement : Jamais sans la carte !

Temps de lecture : 3 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Le paiement par carte bancaire poursuit son ascension avec une croissance à deux chiffres au premier trimestre. La multiplication des cartes en circulation, l’agrandissement du réseau de commerçants acceptant et la dissipation des craintes liées à la sécurité encouragent son utilisation. 6,8 milliards de DH d’achats ont été réglés par carte entre janvier et mars, un montant en hausse de 19%. Malgré son essor, elle est encore très loin de concurrencer les autres moyens de paiement, notamment le cash. La volonté aujourd’hui est aussi d’encourager le paiement mobile. L’écosystème se met doucement en place. Quelques transactions ont déjà été initiées. Le marché attend l’offre des opérateurs télécoms. Les opérateurs espèrent avoir plus de succès qu’avec la carte bancaire. Ils visent 50 à 60 milliards de DH de transactions annuelles dans un horizon de cinq ans.

Temps de lecture : 3 minutes

En 2018, les achats réglés par carte bancaire ont atteint 25 milliards de DH, en hausse de 19%. L’utilisation de ce moyen de paiement reste encore très dynamique en ce début d’année. Plus de 16 millions de transactions (+24%) d’une valeur globale de 6,8 milliards de DH (+19%) ont été réalisées au premier trimestre. Cela inclut 1 milliard de DH d’achats en ligne (+42%). La dématérialisation de certains services publics comme le paiement de la vignette automobile explique en partie le boom des paiements en ligne.

La grande distribution, les magasins d’habillement, les restaurants et les stations-service sont les endroits où l’usage de la carte bancaire est le plus fréquent. Près de 15 millions de cartes de retrait et de paiement sont en circulation. Malgré la poussée du paiement par carte bancaire, elle est encore très loin de rivaliser avec les autres moyens notamment le cash.

Après les réticences liées à la sécurité entre autres, les Marocains ont de plus en plus confiance dans ce moyen de paiement ce qui explique les progressions à deux chiffres depuis quelques années. Cet essor tient aussi à l’élargissement du réseau d’acceptant. Plus de 30.000 commerçants font partie du réseau, un parc en hausse de 10% en moyenne annuelle sur les quatre dernières années. Les banques aussi encouragent leurs clients à utiliser les moyens de paiement autre que le cash. C’est une question de sécurité.

En outre, les banques ont intérêt à ce qu’il y ait moins de liquide en circulation. La gestion du cash coûte 8 milliards de DH par an dont la moitié est supportée par les banques. À cet effet, elles trouveraient un avantage dans le développement du paiement mobile. Les premières transactions ont déjà démarré avec les solutions de quelques banques. Le marché attend avec impatience les offres des opérateurs télécoms. Sur un horizon de cinq, l’objectif affiché est de constituer une base de 6 millions clients actifs et de générer 1,3 milliard de transactions annuelles d’une valeur comprise entre 50 et 60 milliards de DH.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 3 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Fraises marocaines : comment l’UE s’est prise à son propre jeu

Les fraises marocaines suscitent une méfiance chez les consommateurs espagnols, alimentée par la désinformation et les préoccupations sanita…

Tarification du carbone : clé de voûte de la lutte contre le changement climatique

Dans le contexte actuel de l'économie mondiale, la corrélation entre les activités économiques et les émissions de gaz à effet de serre (GES…

L’entrepreneuriat vu par l’Observatoire marocain des très petites, petites et moyennes entreprises (OMTPME)

L’emploi des jeunes reste un défi majeur en Afrique et le Maroc ne fait pas exception à la règle. Face à la capacité limitée du marché de tr…

Baromètre des flottes et de la mobilité : quel est le moral des entreprises ?

Vous l’aurez compris, les gestionnaires de flottes marocains expriment un optimisme notable quant à l'avenir de leurs parcs automobiles. Sel…

Décompensation du gaz butane : le gouvernement passe à l’action

C'est décidé depuis plusieurs mois : le gouvernement Akhannouch a opté pour une suppression progressive des subventions des produits de prem…

Classe moyenne marocaine : mirage ou réalité ? Pr. Nabil Adel répond

Dans son étude « Classes moyennes au Maroc : au-delà des perceptions, que disent les chiffres ? » le Policy center for the new South rapport…

Vision 2024 : le Maroc investit massivement dans son réseau ferroviaire et aéroportuaire

Face aux défis croissants de la mobilité et au besoin d'innovation dans les infrastructures de transport, le Maroc dévoile un projet colossa…

Croissance au Maroc : les prévisions optimistes de la BERD

Le dernier rapport de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) décrit les dynamiques économiques des régions q…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire