Temps de lecture : 3 minutes

Accueil / Articles Afrique / Afrique / Société / Tunisie : face au racisme du président, des migrants choisissent de rentrer

Tunisie : face au racisme du président, des migrants choisissent de rentrer

Temps de lecture : 3 minutes


Temps de lecture : 3 minutes

Les déclarations du président Kais Saied à l’encontre des migrants subsahariens continuent de faire réagir. Dans un communiqué de la présidence de la République, daté du 21 février, le chef de l’État a affirmé que l’immigration relevait d’un «plan criminel pour changer la composition du paysage démographique» du pays.

«Les vagues de migration irrégulière vers la Tunisie s’inscrivent dans le droit fil d’un projet dont les visées sont occultes, cherchant à cantonner la Tunisie dans sa seule dimension africaine qui n’a ni identité ni affinité avec la nation arabo-islamique», poursuit la même source.

Lire aussi : Eric Zemmour au Palais de Carthage

Ces propos virulents s’inscrivent dans une campagne générale de racisme décomplexé et de xénophobie sur les réseaux sociaux et dans les médias tunisiens. Début janvier par exemple, l’ancien porte-parole du ministère de l’intérieur, Khalifa Chibani, déplorait, sur une radio privée, ces «Africains qui commencent à devenir trop nombreux» dans la ville de Sfax, dans l’est de la Tunisie.

Lire aussi : l’Union africaine condamne les déclarations « racistes » de Kaïs Saïed

Samedi, à Tunis, des centaines de Tunisiens sont descendus dans la rue pour scander : «Non au Racisme» ! Ces dernières semaines, la parole raciste et les discours de haine ont pris une ampleur nouvelle, encouragés par la montée du Parti nationaliste tunisien, une formation créée en 2018.

Le mouvement, qui ne comptait que quelques milliers d’abonnés sur sa page Facebook début janvier, en dénombre désormais plus de 50.000. Il réclame l’expulsion des migrants subsahariens via une pétition en ligne.

Selon les ONG locales, le pays compte entre 30.000 et 50.000 migrants subsahariens, «soit un tiers de l’ensemble des migrants présents en Tunisie qui eux-mêmes ne représentent que 0,5 % de la population», rappelle Franck Yotedje, activiste camerounais du groupe de réflexion Afrique intelligence.

Si les migrants sont loin d’être en mesure de «remplacer» la population tunisienne, ils sont de plus en plus visibles depuis une dizaine d’années en Tunisie. Mais face aux violences, certains préfèrent rentrer dans leur pays.

Des ressortissants ivoiriens devant l’ambassade de la Côte d’Ivoire pour demander leur rapatriement à Abidjan, le 24 février 2022. © Fethi BELAID / AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


L'épave de l'avion transportant le vice-président retrouvée, aucun survivant

Malawi : l’épave de l’avion transportant le vice-président retrouvée, aucun survivant

Le président du Malawi, Lazarus Chakwera, a annoncé que l’épave de l’avion …

8e édition de l'APSACO : La Cedeao au banc des accusés

8e édition de l’APSACO : la Cedeao au banc des accusés

La communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), est mi…

commerce maroc-algérie : chute de 62% en 2023

Maroc-Algérie : le commerce chute de 62% en 2023

En 2023, la valeur des échanges commerciaux entre le Maroc et l’Algérie s’e…

Nigeria : MultiChoice écope de 100 000 de dollars d’amende et 1 mois à offrir gratuitement

Au Nigeria, un opérateur écope de 100.000 de dollars d’amende

Le tribunal de la concurrence et de la protection des consommateurs du Nigé…

Mali : les banques, assurances et stations-essences prolongent la grève

Mali : les établissements bancaires prolongent la grève

Les Maliens sont confrontés à une série de grèves depuis le mercredi passé,…

CAN 2025

Auto-goal

Chassez le naturel... Le spectacle auquel se sont livrées cette semaine les…