Temps de lecture : 3 minutes

Matières premières : de l’inflation à la récession… les chocs s’enchaînent

Temps de lecture : 3 minutes

Temps de lecture : 3 minutes

La décrue des prix des matières premières au cours des dernières semaines laisse entrevoir un reflux plus tôt qu’anticipé des tensions inflationnistes. Ces baisses devraient se répercuter sur les prix à la consommation et atténuer la pression sur les finances publiques des pays africains. Atteignant deux chiffres dans plusieurs économies, l’inflation constitue une menace pour la stabilité sociale. Mais, si les prix des matières premières baissent, c’est parce que les investisseurs anticipent une récession mondiale. Ce qui n’est pas une bonne nouvelle.

Temps de lecture : 3 minutes

Début juin, S&P Global Ratings estimait, dans un rapport, que la hausse des prix des denrées alimentaires et les pénuries d’approvisionnement dans le sillage de la guerre entre la Russie et l’Ukraine pourraient durer jusqu’en 2024 et au-delà. Après avoir grimpé jusqu’à 130 dollars, le baril de pétrole est passé sous la barre des 100 dollars la semaine écoulée. En quatre mois, le prix du cuivre a décroché de 22% alors que la tonne de blé a chuté dans les mêmes proportions en deux mois. La détermination des banques centrales à dompter l’inflation et le relèvement des taux directeurs qui s’ensuit, parfois brutal dans certains pays, fait craindre une récession mondiale. Cela entraîne un reflux des prix des matières premières. Même pour le FMI, la contraction du PIB mondial n’est plus un scénario à écarter.

Lire aussi : UEMOA : une croissance dynamique mais peu inclusive

 

Le problème de l’inflation en Afrique

S’il faut rester très prudent, la baisse des prix des matières premières devrait se répercuter sur les prix à la consommation et atténuer la pression sur les finances publiques des pays africains. Atteignant deux chiffres dans plusieurs économies, l’inflation constitue une menace pour la stabilité sociale. Elle ressortirait à 13,5% en moyenne annuelle en 2022 sur le continent. Au-delà de l’envolée des cours des matières premières à l’international, la hausse des prix est alimentée par la fragilité des devises de plusieurs pays. Les perspectives économiques en Afrique indiquent que la pandémie et la guerre entre la Russie et l’Ukraine pourraient laisser des traces pendant plusieurs années, voire une décennie. 

Lire aussi : HCP : l’indicateur d’inflation sous-jacente en hausse de 5,6% sur une année

 

L’ombre d’une récession

Quelque 30 millions d’Africains ont basculé dans l’extrême pauvreté en 2021 et environ 22 millions d’emplois ont été perdus la même année à cause de la pandémie. Cette tendance pourrait se poursuivre au cours du second semestre de 2022 et en 2023. Le probable atterrissage des prix des matières premières, plus tôt qu’anticipé, pourrait octroyer un peu de marge de manœuvre aux dirigeants africains. Toutefois, une récession mondiale compliquerait un peu plus la tâche même si plusieurs économies du continent ont fait preuve d’une grande agilité en 2020 où le PIB mondial s’était contracté de 3,1%.

Recommandé pour vous


Guinée : ouverture du procès concernant le massacre militaire de 2009

En Guinée, le mercredi 28 septembre 2022 a marqué les 13 ans du massacre…

CEMAC : la BEAC relève son taux directeur pour contenir l’inflation

Pour faire face à l’inflation galopante qui sévit dans le monde, la Banq…

Restructuration de dette : Fitch révise à la baisse la note du Ghana

Pour la deuxième fois cette année, l’agence de notation Fitch Ratings a …

La FinTech franco-ivoirienne Julaya, symbole d’un secteur béni des dieux

C'est l'âge d'or (au sens propre du terme) pour la FinTech africaine. Le…

Afrique de l’Ouest : une grève perturbe l’activité aérienne dans la région

Les vols à destination et en provenance des aéroports de plusieurs pays …

Business Africa lance un forum dédié à l’économie africaine

Cette semaine, Business Africa, initiative mondiale pour les entreprises…