Temps de lecture : 2 minutes

Accueil / Articles Afrique / Afrique / Élections au Nigeria : le pays dans l’attente des résultats

Élections au Nigeria : le pays dans l’attente des résultats

Temps de lecture : 2 minutes


Temps de lecture : 2 minutes

Des millions d’électeurs ont voté, samedi 25 février, pour choisir parmi 18 candidats celui qui succédera au président Muhammadu Buhari. Ce dernier se retire après avoir effectué deux mandats.

Ces élections présidentielle, législatives et sénatoriales, interviennent alors que le pays est plombé par une économie en berne, marquée par des pénuries et une flambée généralisée des prix. À cela d’ajoutent les violences récurrentes de groupes djihadistes.

Les opérations de dépouillement ont débuté hier après-midi, mais le vote se poursuit ce dimanche dans de nombreux endroits en raison de retards dans le déploiement du matériel ou des défaillances techniques.

En effet, des nouvelles technologies sont utilisées pour la première fois, à savoir l’identification des électeurs par reconnaissance faciale et digitale, ainsi que  le transfert électronique des résultats. Ce qui devait limiter les fraudes ayant entaché les scrutins précédents.

Lire aussi : Nigeria : présidentielle sur fond de pénurie de billets de banque

Trois favoris

Parmi les 18 candidats, trois seulement d’entre eux partent favoris. Il s’agit d’Atiku Abubakar du People’s Democratic Party (PDP) qui se représente pour la 6e fois à la présidence, Bola Ahmed Tinubu du All Progressives Congress (APC) du président sortant Buhari et Peter Obi, un outsider qui mise sur la jeunesse.

Selon les observateurs, le Nigeria pourrait connaître une présidentielle à deux tours. Pour être élu président du pays le plus peuplé d’Afrique, il faudra disposer d’une majorité absolue, mais aussi obtenir au moins 25% des votes dans deux tiers des 36 États et dans le territoire de la capitale  Abuja.

Si aucun des candidats n’y parvient, la Constitution prévoit un second tour qui doit, en principe, être organisé dans les trois semaines. Un scénario qui ne s’est jamais produit depuis le retour des civils au pouvoir en 1999.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


Dissolution du gouvernement en Guinée, les directeurs de cabinet en charge des affaires courantes

Dissolution du gouvernement en Guinée, les directeurs de cabinet en charge des affaires courantes

En Guinée, le chef de la junte vient de dissoudre son gouvernement. L’annon…

L'aéroport de Goma, en République démocratique du Congo, le 8 décembre 2023 AFP/Archives Guerchom Ndebo

Tensions à Goma : accusation d’attaque contre l’aéroport par le Rwanda

Des accusations émanant de l'armée de la République démocratique du Congo (…

CAN Maroc 2025 : 8 équipes disputeront le tour préliminaire des éliminatoires

Le chemin vers la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) Maroc 2025 a commencé a…

Sénégal : assurer la démocratie malgré les tensions préélectorales

Sénégal : assurer la démocratie malgré les tensions préélectorales

Alors que le Sénégal se prépare pour l'élection présidentielle, le gouverne…

BAD : l’économie africaine résiliente mais essouflée par l’inflation

La Banque africaine de développement (BAD) a récemment publié son rapport «…

37ᵉ Sommet de l’UA : peu d’avancées, beaucoup de déceptions

C’est samedi que le Sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union a…