Temps de lecture : 3 minutes

Changement climatique : un financement de 25 milliards de dollars est prévu pour l’Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

Temps de lecture : 3 minutes

Des chefs d’État africains et des responsables d’organisations mondiales se sont réunis lundi à Rotterdam pour discuter de la lutte contre le changement climatique en Afrique. Plusieurs pays riches se sont engagés à débloquer environ 25 milliards de dollars d’ici 2025 pour renforcer l’adaptation du continent aux effets du réchauffement du climat, notamment la sécheresse, les cyclones et les chaleurs extrêmes.

Le montant promis par le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique – une initiative conjointe de plusieurs nations et organisations – est le plus important jamais engagé à l’échelle mondiale.

La moitié de la somme sera versée par la Banque africaine de développement (BAD). Des représentants du Danemark, du Royaume-Uni, de la France, des Pays-Bas et du Fonds monétaire international, entre autres, contribueront aussi à cette initiative.

Il faut préciser que l’Afrique n’émet que 3 à 4% des gaz à effet de serre, bien qu’il abrite près de 17% de la population mondiale. Selon les experts, le continent est particulièrement vulnérable au changement climatique, car il est moins apte à s’adapter à ses répercussions.

Par ailleurs, les pays africains comptent utiliser les fonds promis pour améliorer leur résistance aux phénomènes météorologiques extrêmes, à accroître leur couverture forestière et à protéger la biodiversité. Ils visent aussi à consolider leur capacité de développement et d’exploitation des énergies renouvelables.

Lors de la rencontre du lundi dernier, de nombreux intervenants ont estimé que la prochaine COP27 serait une occasion idéale pour aborder ces questions. «Je pense qu’il est tout à fait possible pour les principaux acteurs de se mettre d’accord pour aborder ce sujet lors de la COP27», a souligné Ban Ki-moon, président du Global Center on Adaptation. «Nous devons redoubler d’efforts en matière de financement de l’adaptation climatique pour l’Afrique lors de la COP27. Cette promesse a été faite à Glasgow. Et elle doit être tenue», a ajouté Patrick Verkooijen, directeur général du Global Center on Adaptation.

Pour rappel, l’Organisation de coopération et de développement économiques a récemment constaté que les pays riches n’avaient pas tenu leur promesse de 2009 de dépenser 100 milliards de dollars par an pour aider les pays en développement à s’adapter au réchauffement climatique. L’organisation a indiqué que 83,3 milliards de dollars avaient été versés aux nations les plus pauvres en 2020. Cette somme, bien qu’elle soit la plus élevée jamais versée, elle est toujours en deçà du montant initialement fixé. Si les fonds promis lors du sommet de Rotterdam sont mobilisés, cet objectif vieux de plusieurs décennies sera enfin atteint, mais les nations africaines préviennent que cela ne sera pas suffisant.

L’Afrique aura besoin de 1.300 à 1.600 milliards de dollars au cours de cette décennie pour mettre en œuvre ses engagements dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, soit entre 140 et 300 milliards de dollars par an, a avancé Akinwumi Adesina, président de la BAD. De plus, il a assuré que les coûts d’adaptation au changement climatique devraient augmenter d’ici 2050, à mesure que les effets du réchauffement planétaire s’aggravent.

Recommandé pour vous


Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Les Tunisiens, davantage préoccupés par les problèmes économiques, ont mass…

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François est arrivé, ce mardi 31 janvier à Kinshasa, pour une visit…

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricoles cultivés sur le continent ?

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricole ?

L’agriculture est au cœur des économies africaines. Près de 60% de la popul…

Libye/Italie : accord "historique" entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Libye-Italie : accord « historique » entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Les patrons du géant italien des hydrocarbures Eni et de la Compagnie natio…

Mehdi Tazi photo

Axa Assistance Maroc tisse sa toile en Afrique, entretien avec Mehdi TAZI

Pourriez-vous présenter Axa Assistance Maroc et la logique de l’opération r…

Monument des martyrs, Ouagadougou, Burkina Faso

Burkina Faso : l’instabilité sociopolitique et l’insécurité grèvent la croissance

Avec la juxtaposition des chocs, les pays africains les plus diversifiés ré…