Temps de lecture : 3 minutes

Accueil / Articles Afrique / Afrique / Avis d'expert / Afrique : la diversification des exportations, une arme contre les chocs

Afrique : la diversification des exportations, une arme contre les chocs

Temps de lecture : 3 minutes


Temps de lecture : 3 minutes

L’Afrique abritera un quart de la population mondiale d’ici 2050, un atout de taille qui pourrait propulser le développement de nombreux pays via notamment l’explosion de la consommation des ménages. Mais, le dividende démographique ne règle pas tout. Il faut aussi des économies diversifiées. Pour survivre aux chocs, la diversification du commerce extérieur est essentielle, estime la CNUCED. Les pays africains doivent stimuler leurs exportations de services à forte valeur ajoutée, élargir l’accès des entreprises privées aux services financiers en exploitant les nouvelles technologies financières, et mettre en œuvre des politiques efficaces, recommande l’agence onusienne.

Temps de lecture : 3 minutes

L’Afrique abrite plusieurs des champions de la croissance au monde. Malgré la multiplication des chocs ces dernières années, certains pays affichent des progressions du PIB sans commune mesure. Le dynamisme des économies s’explique aussi par un effet rattrapage. L’Afrique abritera un quart de la population mondiale d’ici 2050, un atout de taille qui pourrait propulser de nombreux pays via notamment l’explosion de la consommation des ménages, moteur traditionnel de la croissance. Mais, le dividende démographique ne règle pas tout. Il faut aussi des économies diversifiées avec une croissance inclusive.

Lire aussi : Matières premières : de l’inflation à la récession… les chocs s’enchaînent

 

Appuyer sur les gisement à forte valeur ajoutée

Les chocs successifs montrent bien la nécessité d’accélérer la diversification des économies africaines, notamment le commerce extérieur pour survivre aux chocs exogènes. Entre 2005 et 2019, les services représentaient seulement 17% des exportations africaines avec une forte concentration (2/3) sur les voyages et les transports, qui plus est dans les secteurs traditionnels. Les services à forte intensité de connaissances, tels que les technologies de l’information et les services financiers ne représentent que 20% des exportations de services du continent. Il existe donc des gisements de progrès. «La dépendance à l’égard des exportations de produits de base a laissé les économies africaines vulnérables aux chocs mondiaux et a entravé le développement inclusif pendant trop longtemps», estime Rebeca Grynspan, secrétaire générale de la CNUCED.

Lire aussi : La BAD en tête de l’indice de transparence de l’aide mondiale

Les pays africains doivent stimuler leurs exportations de services à forte valeur ajoutée, élargir l’accès des entreprises privées aux services financiers en exploitant les nouvelles technologies financières, et mettre en œuvre des politiques efficaces, recommande l’agence onusienne dans son rapport 2022 sur le développement économique en Afrique. Avec les technologies et les services modernes tels que la blockchain, l’Afrique a l’occasion d’assurer une intégration solide de ses économies dans les chaînes de valeur mondiales haut de gamme. Pour y arriver, il faudra aussi un secteur privé fort. Les 50 millions de PME formelles que compte le continent peuvent se révéler une arme très efficace à condition de les positionner en véritable moteur de diversification en leur facilitant l’accès au financement et plus globalement en accélérant les réformes liées à l’environnement des affaires. Le déficit de financement annuel des PME africaines est estimé à 416 milliards de dollars par la Société financière internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


RDC : Vital Kamerhe élu président de l’Assemblée nationale, trois jours après le présumé coup d’Etat

RDC : Vital Kamerhe élu président de l’Assemblée nationale, trois jours après le présumé coup d’État

Trois jours après une tentative de coup d’État coup présumé contre son domi…

La balance commerciale camerounaise accuse un déficit de 531,7 milliards de FCFA au 4ème trimestre 2023

La balance commerciale camerounaise accuse un déficit de 531,7 milliards de FCFA au 4ème trimestre 2023

Depuis cinq ans, le Cameroun fait face à un déficit de sa balance commercia…

Le Nigéria cherche 2,25 milliards auprès de la Banque mondiale

Dette nigériane : 3,4 milliards $ refinancés par des obligations domestiques

La directrice de l'Office de gestion de la dette, Patience Oniha, a annoncé…

Au Burkina Faso, la production de la mine Yaramoko atteint 28 tonnes d'or

Au Burkina Faso, la production de la mine Yaramoko atteint 28 tonnes d’or

La compagnie minière Fortuna Silver Mines a révélé que la mine de Yaramoko …

KCB Group : bénéfice net en hausse de 69 % au 1er trimestre 2024

KCB Group : bénéfice net en hausse de 69 % au 1er trimestre 2024

Le président directeur général (PDG) du groupe bancaire kényan, KCB Group, …

Au Burkina Faso, la production de la mine Yaramoko atteint 28 tonnes d'or

L’or atteint un nouveau record historique à plus de 2.440 dollars/oz

L’once d’or (Ndlr, 1 once d’or équivaut à 28,3495 g) s’est négociée à 2.440…