Allocation DTS : les promesses tardent à se concrétiser

Temps de lecture : 5 minutes


Allocation DTS : les promesses tardent à se concrétiser

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Afrique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Après l’allocation record de 459 milliards de DTS en août 2021, équivalant à 650 milliards de dollars, les pays riches s’étaient engagés à rétrocéder 100 milliards de dollars aux pays les plus pauvres qui ont le plus besoin de ces ressources. Or, un an après, pratiquement aucun décaissement n’a été effectué. La tenue de cette promesse soulagerait de nombreuses économies confrontées à de nouveaux défis alors que les séquelles de la crise covid ne se sont pas encore refermées.

Temps de lecture : 5 minutes

Il y a pratiquement un an, le Conseil des gouverneurs du FMI approuvait la plus importante allocation générale de Droits de Tirage Spéciaux (DTS) de l’histoire du Fonds, soit 456 milliards de DTS, l’équivalent de 650 milliards de dollars pour aider les États dans la riposte contre la crise sanitaire.

Lire aussi : Droits de tirage spéciaux : une allocation qui arrive à point nommé

Grâce au jeu des quotes-parts de chaque État, le plus gros de l’enveloppe est revenu aux pays riches. Ces derniers, n’ayant pas vraiment besoin de ce mécanisme, car disposant de marge de manœuvre budgétaire et monétaire et d’un accès bien plus facile au marché financier international pour amortir le choc, ont décidé de réorienter une part de leur DTS vers les pays qui en ont le plus besoin, notamment les africains. Sur les 100 milliards de dollars annoncés par le G20, 40 milliards de dollars manquent à l’appel et pratiquement aucun décaissement n’a été effectué, dénonce Najat Vallaud-Belkacem dans une Tribune dans l’observateur. Or, la tenue de cette promesse soulagerait de nombreuses économies confrontées à de nouveaux défis alors que les séquelles de la crise covid ne se sont pas encore refermées.

Lire aussi : FMI : le Maroc recevra ce lundi 1,2 milliard de dollars d’allocation DTS

En 2021, 30 millions d’africains ont basculé dans l’extrême pauvreté et environ 22 millions d’emplois ont été perdus la même année à cause de la pandémie. Avec la guerre en Ukraine et une croissance relativement atone à 4,1% en 2022, le risque d’une nouvelle dégradation est élevé. 

 

Affectation diverse des DTS dans la zone Uemoa

En août 2021, les comptes des banques centrales africaines ont été crédités de 33 milliards de dollars au regard de leurs quotes-parts au FMI. Le montant revenant aux États membres de l’Uemoa totalisait près de 2 milliards de dollars, soit 1,3% du PIB de l’Union. Si l’affectation de ces ressources est libre, le Fonds a encouragé les États membres à les utiliser de sorte à préserver la viabilité budgétaire et la stabilité extérieure. Au niveau de la région, l’utilisation des ressources pour des dépenses additionnelles en 2021 est estimée à moins d’un demi pour cent du PIB de l’Union.

Le Bénin a choisi de financer notamment les dépenses de sécurité ainsi que les mesures sanitaires et sociales visant à atténuer l’impact de la pandémie. Le Niger a affecté environ la moitié des ressources qui lui ont été allouées au financement des mesures destinées à améliorer la couverture des besoins alimentaires des populations vulnérables, et des dépenses de sécurité et de construction d’infrastructures routières, indique la BCEAO. La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont opté pour l’utilisation des ressources comme substitut au financement intérieur du déficit budgétaire, tandis que le gouvernement togolais a décidé de conserver les ressources allouées dans un compte spécial à la BCEAO pour une utilisation future, qui devrait se substituer au financement intérieur. L’Etat malien a, pour sa part, utilisé environ un tiers des DTS pour compenser la moins-value enregistrée au niveau des recettes, et le solde en 2022 comme substitut à une partie du financement intérieur. En Guinée-Bissau, le produit de la rétrocession de l’allocation de DTS en 2021 a servi au remboursement anticipé des emprunts (paiements d’intérêts et de principal) non concessionnels contractés auprès de la BOAD, dont les échéances sont prévues en 2022. En outre, une partie des ressources a été affectée au financement des dépenses liées à la Covid-19, y compris la vaccination et l’amélioration des services de santé. Quant au Sénégal, il a utilisé environ deux tiers de la contre-valeur de l’allocation de DTS en 2021 pour faire face à de nouvelles dépenses visant à soutenir la reprise de l’économie ainsi qu’à renforcer la protection sociale et le secteur de la santé, notamment la production de vaccins dans le pays. Le tiers restant est dédié à des transactions financières ciblées ainsi qu’au financement du budget de l’État en 2022.

Lire aussi : La croissance africaine sous pression !


Recommandé pour vous

Sahara : la Colombie rétablit ses relations diplomatiques avec le Polisario

Temps de lecture : 4 minutes

À peine investi ce dimanche 7 août, le président colombien de gauche radicale, Gustavo Pedro, a décidé de rétablir ses relations diplomatiques …

Inflation : pas de répit pour les banquiers centraux

Temps de lecture : 3 minutes

La vague continue de monter ! L’inflation continue de battre des records mois après mois dans plusieurs pays du continent. Au Maroc, les prix à…

Egypte : La pression monte !

Temps de lecture : 4 minutes

Le chassé-croisé des dirigeants des puissances internationales en Afrique, surtout depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, suscite div…

Afrique : Emmanuel Macron déterminé à renforcer la présence de la France sur le continent

Temps de lecture : 6 minutes

La tournée africaine du président français a pris fin le jeudi 28 juillet en Guinée-Bissau, où il a rencontré son homologue Umaro Sissoco Embal…

Afrique : le choc des titans

Temps de lecture : 3 minutes

«Il est temps pour l’Afrique de jouer son rôle central et naturel sur la scène internationale», «l’avenir du monde dépend de l’Afrique»… Au som…

Afrique : la diversification des exportations, une arme contre les chocs

Temps de lecture : 3 minutes

L’Afrique abrite plusieurs des champions de la croissance au monde. Malgré la multiplication des chocs ces dernières années, certains pays affi…

Union africaine : après 20 ans d’existence, quid des réalisations et défis du bloc

Temps de lecture : 8 minutes

Créée en 2002 et comptant 55 nations parmi ses membres, l’Union africaine (UA) a succédé à l’Organisation de l’unité africaine (OUA), qui exist…

Matières premières : de l’inflation à la récession… les chocs s’enchaînent

Temps de lecture : 3 minutes

Début juin, S&P Global Ratings estimait, dans un rapport, que la hausse des prix des denrées alimentaires et les pénuries d’approvisi…

UEMOA : une croissance dynamique mais peu inclusive

Temps de lecture : 3 minutes

Il était dit que l’inflation serait un sujet majeur en 2022. Ya drap, comme on dirait en argot à Abidjan. La hausse des prix atteint 19% au Gha…

Economie africaine : Le secteur privé doit jouer un rôle moteur

Temps de lecture : 2 minutes

Pendant que les ministres des finances du Comité F15 de l’Union africaine étaient en conclave à Rabat en début de semaine, des chefs d’États et…

IDE mondiaux : l’Afrique tire son épingle

Temps de lecture : 3 minutes

Après l’effondrement (-35%) des flux d’investissement directs étrangers (IDE) dans le monde, provoqué par la pandémie, le rebond est tout aussi…

Accès à l’électricité : l’énorme chantier africain

Temps de lecture : 5 minutes

568 millions d’Africains n’ont toujours pas accès à l’électricité alors que le continent dispose de grands gisements de pétrole, gaz et charbon…