Temps de lecture : 2 minutes

Économies africaines : la lourde facture des crises successives et du changement climatique

Temps de lecture : 2 minutes

Temps de lecture : 2 minutes

30 millions d’africains ont basculé dans l’extrême pauvreté en 2021 et environ 22 millions d’emplois ont été perdus la même année à cause de la pandémie. Avec la guerre en Ukraine et une croissance relativement atone à 4,1% en 2022, le risque d’une nouvelle dégradation est élevé. Pour plusieurs pays, les difficultés actuelles ont été exacerbées par la saison sèche. Dans certaines régions, elles sont même fréquentes. Selon la BAD, le continent perd entre 5 % et 15 % de son produit intérieur brut à cause du changement climatique.

Temps de lecture : 2 minutes

Les ministres des finances et les banquiers centraux africains sont repartis d’Accra où se tenaient les assemblées annuelles de la BAD quelque peu groggy par les chiffres projetés par les économistes de la Banque. La pandémie du coronavirus et maintenant les conséquences économiques de la guerre en Ukraine ont anéanti plusieurs années de progrès, notamment en matière de réduction de la pauvreté.

lire aussi : Afrique subsaharienne : dix ans perdus !

 

Extrême pauvreté

Environ 30 millions d’africains ont basculé dans l’extrême pauvreté en 2021, et environ 22 millions d’emplois ont été perdus la même année à cause de la pandémie. «Cette tendance pourrait se poursuivre au cours du second semestre de 2022 et en 2023», estime la BAD. La croissance de 4,1% anticipée pour 2022 est très faible pour revenir sur le bon sentier. Au-delà des problèmes conjoncturels qui nécessitent des financements supplémentaires de 432 milliards de dollars, d’autres menaces se précisent.

lire aussi : UA : la situation humanitaire de l’Afrique est « alarmante »

 

La menace du changement climatique

Pour plusieurs pays, les difficultés actuelles ont été exacerbées par la saison sèche. Dans certaines régions, elles sont même fréquentes. «Le continent perd entre 5 % et 15 % de son produit intérieur brut à cause du changement climatique», estiment les économistes de la BAD. L’Afrique ne représente que 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais, le changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes l’affectent lourdement, avec de graves conséquences économiques, sociales et environnementales pour ses populations.

Selon les calculs de la BAD, les engagements publics des pays sur la manière dont ils prévoient de jouer un rôle dans l’action collective post-2020 sur le changement climatique, nécessitera jusqu’à 1 600 milliards de dollars entre 2022 et 2030. Or, les pays africains n’ont reçu que 18,3 milliards de dollars de financement climatique entre 2016 et 2019.

Recommandé pour vous


Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Les Tunisiens, davantage préoccupés par les problèmes économiques, ont mass…

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François est arrivé, ce mardi 31 janvier à Kinshasa, pour une visit…

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricoles cultivés sur le continent ?

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricole ?

L’agriculture est au cœur des économies africaines. Près de 60% de la popul…

Libye/Italie : accord "historique" entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Libye-Italie : accord « historique » entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Les patrons du géant italien des hydrocarbures Eni et de la Compagnie natio…

Mehdi Tazi photo

Axa Assistance Maroc tisse sa toile en Afrique, entretien avec Mehdi TAZI

Pourriez-vous présenter Axa Assistance Maroc et la logique de l’opération r…

Monument des martyrs, Ouagadougou, Burkina Faso

Burkina Faso : l’instabilité sociopolitique et l’insécurité grèvent la croissance

Avec la juxtaposition des chocs, les pays africains les plus diversifiés ré…