Le Maroc et l’Éthiopie signent un accord pour un nouveau projet de production d’engrais

Temps de lecture : 3 minutes

Le Maroc et l’Éthiopie signent un accord pour un nouveau projet de production d’engrais

Temps de lecture : 3 minutes

Temps de lecture : 3 minutes

Le groupe marocain OCP et le gouvernement éthiopien ont signé un accord de développement conjoint pour la construction d’une usine d’engrais en Éthiopie. Ce projet d’envergure nécessitera à terme un investissement de plus de 3,7 milliards de dollars. Une délégation éthiopienne conduite par le ministre des Finances du pays, Ato Ahmed Shide, a signé l’accord au Maroc le samedi 18 septembre. Cette dernière comprenait des représentants de la Chemical Industry Corporation et de l’Ethiopian Mineral, Petroleum and Biofuel Corporation, ainsi que de l’Ethiopian Agricultural Businesses Corporation, qui sera le principal bénéficiaire de la production locale d’engrais.



Le nouveau projet sera une coentreprise entre le Groupe OCP, géant marocain du phosphate, et plusieurs entités éthiopiennes, et ce, après plusieurs études visant à déterminer la faisabilité et l’impact social, entre autres. La nouvelle usine, située dans la région de Dire Dawa, riche en gaz, dans le nord de l’Éthiopie, bénéficiera des ressources naturelles locales. Les installations de la région produisent du gaz naturel, disposent des centrales électriques et possèdent suffisamment d’eau souterraine pour que la centrale devienne «le projet industriel le plus avancé du pays», selon les études préliminaires.



De son côté, le Groupe OCP fournira de l’acide phosphorique, de l’acide sulfurique et de la potasse importés pour compléter la liste des ingrédients essentiels à la production d’engrais de haute qualité. Etsubdink Tekalign Mamo, d’OCP Éthiopie, a souligné le 22 juillet dernier que «chez OCP, nous nous attachons à nourrir un monde en pleine croissance, et en Éthiopie, nous partons littéralement de zéro». Mamo a souligné l’importance de la présence de gaz naturel produit localement, un ingrédient important et coûteux nécessaire pour produire de l’azote, un élément vital dans les engrais à base de phosphate. «Parce que nous avons établi un partenariat avec le gouvernement éthiopien, nous sommes en mesure de développer la capacité de production d’engrais au niveau local», a expliqué Mamo, ajoutant que l’accord permet aux parties concernées de combiner «l’azote du gaz naturel éthiopien avec le phosphate marocain».



Ce nouveau projet prometteur devrait contribuer à renforcer la sécurité alimentaire dans une région régulièrement touchée par les sécheresses et les invasions d’insectes, tout en combinant deux ressources naturelles africaines dans un produit qui vise à apporter des avantages économiques aux deux parties de l’accord.


Recommandé pour vous


Guinée : ouverture du procès concernant le massacre militaire de 2009

En Guinée, le mercredi 28 septembre 2022 a marqué les 13 ans du massacre…

CEMAC : la BEAC relève son taux directeur pour contenir l’inflation

Pour faire face à l’inflation galopante qui sévit dans le monde, la Banq…

Restructuration de dette : Fitch révise à la baisse la note du Ghana

Pour la deuxième fois cette année, l’agence de notation Fitch Ratings a …

La FinTech franco-ivoirienne Julaya, symbole d’un secteur béni des dieux

C'est l'âge d'or (au sens propre du terme) pour la FinTech africaine. Le…

Afrique de l’Ouest : une grève perturbe l’activité aérienne dans la région

Les vols à destination et en provenance des aéroports de plusieurs pays …

Business Africa lance un forum dédié à l’économie africaine

Cette semaine, Business Africa, initiative mondiale pour les entreprises…