Temps de lecture : 5 minutes


Accès à l’électricité : l’énorme chantier africain

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Afrique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

7ᵉ objectif du développement durable (ODD) des Nations Unies, l’Afrique tente de rattraper son retour pour atteindre l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2030. Pour ce faire, le continent doit profiter pleinement de ses ressources énergétiques conventionnelles, mais aussi se tourner vers les énergies renouvelables en bénéficiant de l’expérience des pays africains pionniers en la matière comme le Maroc.

Temps de lecture : 5 minutes

568 millions d’Africains n’ont toujours pas accès à l’électricité alors que le continent dispose de grands gisements de pétrole, gaz et charbon sans parler d’un potentiel inégalable d’énergies renouvelables (solaire, géothermie, hydroélectricité, éolien). Le rapport « Tracking SDG 7 : The Energy Progress Report » 2022 de la Banque mondiale (BM) pointe du doigt les insuffisances du continent africain en matière d’électrification. Si l’Afrique du Nord tire son épingle du jeu avec quatre pays affichant un taux d’électrification de 100% (Algérie, Maroc, Égypte, Tunisie), l’Afrique subsaharienne est à la traîne avec seulement deux pays 100% électrifiés (Maurice, Seychelles).

Lire aussi : PERG : plus de 40.000 villages raccordés au réseau électrique

Un énorme retard à rattraper

Selon le rapport « Tracking SDG 7 », plus de la moitié des pays africains enregistrent des taux d’électrification inférieurs à 50%. L’Afrique concentre 77,50% des personnes qui n’ont pas accès à l’électricité dans le monde. La pandémie de Covid-19 a retardé bon nombre de projets à cause notamment des perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales et de la réaffectation des budgets pour répondre à la hausse des produits alimentaires et énergétiques surtout après le début de la guerre en Ukraine. Et la situation devrait s’aggraver cette année avec la crise énergétique résultant de la guerre en Ukraine.

L’instabilité politique perturbe aussi l’accès à l’électricité. L’exemple le plus frappant est celui de la Libye. Le pays affichait un taux d’électrification de 100%, mais à cause de la guerre civile, ce taux est en baisse continue, passant de 100% en 2000 à 70% en 2020. Idem pour le Soudan du Sud, pays producteur de pétrole ravagé par la guerre civile, qui affiche le plus faible taux d’électrification au monde avec moins de 8% de la population ayant accès à l’électricité.

Les géants économiques africains restent des colosses aux pieds d’argile quand il s’agit d’électrification. C’est le cas notamment du Nigeria, première puissance économique continentale, avec un taux d’électrification ne dépassant pas 45%. Le Nigeria fait d’ailleurs partie des pays dans lesquels il y a le plus grand nombre de personnes n’ayant pas accès à l’électricité (92 millions), suivi de la République démocratique du Congo (72 millions), l’Éthiopie (56 millions), la Tanzanie (36 millions) et l’Ouganda (26 millions). De plus, plusieurs États du continent souffrent de délestages fréquents.

 

Un grand potentiel de développement

À la lecture des différents chiffres du rapport « Tracking SDG 7 », on constate que l’Afrique subsaharienne demeure un chantier à ciel ouvert pour brancher l’électricité partout et pour toutes les populations. Le rythme d’installation de la puissance électrique pourra suivre celui de la croissance économique, si et seulement si les financements sont mobilisés. «Le niveau de financement public international disponible pour les projets énergétiques et pour soutenir la réalisation du 7e Objectif de développement durable (ODD) dans les pays en développement est encore insuffisant (…) Améliorer les flux internationaux, mobiliser stratégiquement les fonds publics, utiliser des financements concessionnels pour réduire les risques liés aux investissements et mobiliser davantage de capitaux privés dans des solutions climatiques sont des actions essentielles», précise le rapport.

Lire aussi : Énergie verte : le Maroc, fournisseur de l’Europe

Jeudi dernier, Marrakech a accueilli le Conseil d’administration (CA) de Global Sustainable Electricity Partnership (GSEP), une première en Afrique. En marge de ce CA, une conférence générale du GSEP a été organisée sur la thématique « Réduire les disparités, favoriser une électrification pour tous ». Le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et président du GSEP, Abderrahim El Hafidi, a souligné la nécessité de poursuivre les ambitions liées à la sécurité énergétique, à la continuité du développement des énergies renouvelables et au renforcement de la coopération énergétique au niveau international. Les problématiques débattues par les différents intervenants lors de cette rencontre ont ainsi été axées autour du secteur énergétique en Afrique et la nécessité d’assurer le développement des énergies propres, de la garantie d’une électrification juste et équitable pour les utilisateurs finaux et du rôle des services publics. Le focus a été mis sur le rôle que peut jouer l’innovation technologique pour accélérer la transition énergétique.

Lire aussi : Maroc-BAD : le projet d’électrification rurale affiche un taux de réalisation de 96%

Pour rappel, l’ONEE est engagé dans plusieurs projets en Afrique dont des concessions d’électrification rurale au Sénégal, une construction de centrale en Gambie, de programmes d’électrification rurale au Mali, au Tchad et au Niger. Enfin, le raccordement de la ville de Dakhla au réseau électrique national est également une opportunité d’interconnexion avec la Mauritanie. In fine, l’Afrique du Nord sera reliée à l’Afrique de l’Ouest, ouvrant à l’ensemble des pays de la région, des opportunités d’échanger de l’électricité pour un développement pérenne.

afrique

Recommandé pour vous

Economie africaine : Le secteur privé doit jouer un rôle moteur

Temps de lecture : 2 minutes

Pendant que les ministres des finances du Comité F15 de l’Union africaine étaient en conclave à Rabat en début de semaine, des chefs d’États et…

IDE mondiaux : l’Afrique tire son épingle

Temps de lecture : 3 minutes

Après l’effondrement (-35%) des flux d’investissement directs étrangers (IDE) dans le monde, provoqué par la pandémie, le rebond est tout aussi…

Sécurité alimentaire : quelle riposte à la dépendance du blé russe et ukrainien ?

Temps de lecture : 3 minutes

Au Bénin, au Sénégal, en Egypte ou encore en RDC, des pays qui dépendent entre 65% et 100% du blé ukrainien et russe, le conflit entre les deux…

Variole du singe : l’OMS plaide pour le soutien des pays africains

Temps de lecture : 5 minutes

«Nous comptons aujourd’hui plus de 550 cas confirmés dans 30 pays répartis dans quatre des six régions que couvre l’Organisation mondiale de la…

Économies africaines : la lourde facture des crises successives et du changement climatique

Temps de lecture : 2 minutes

Les ministres des finances et les banquiers centraux africains sont repartis d’Accra où se tenaient les assemblées annuelles de la BAD quelque …

Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie se disputent l’accueil de l’Agence africaine des médicaments

Temps de lecture : 5 minutes

La détermination de l’accueil du siège permanent de l’Agence africaine des médicaments (AMA) devrait être tranchée lors du prochain sommet de l…

Crise climatique : l’Afrique pourrait lutter contre le réchauffement de la planète

Temps de lecture : 6 minutes

Bien qu’elle ait enregistré les émissions par habitant les plus faibles de toutes les régions du monde depuis 1960, l’Afrique subit une augment…

Sécurité alimentaire : la mobilisation se renforce

Temps de lecture : 2 minutes

À la veille des assemblées générales de la Banque africaine de développement (BAD) à Accra (23-27 mai), le conseil d’administration de la Banqu…

Guerre en Ukraine : le conflit pourrait accélérer les fractures ou renforcer la cohésion africaine

Temps de lecture : 4 minutes

L’inflation est désormais plus que palpable dans les économies africaines. Elle s’est accélérée à 5,3% en mars sur un an au Maroc. Dans la zone…

Marché du travail : la succession des chocs creuse les inégalités

Temps de lecture : 3 minutes

Malgré le retour de l’inflation, le marché du travail reste très dynamique dans les économies développées. Les États-Unis sont quasiment au pl…

Dépenses militaires : les Africains à la traîne

Temps de lecture : 3 minutes

Les dépenses exceptionnelles occasionnées par la crise du coronavirus et les arbitrages pour y faire face n’ont pas freiné la course à l&rsquo…

Dette africaine : les alertes se multiplient

Temps de lecture : 3 minutes

Les gouvernements africains ont emprunté en masse pour financer la riposte contre le covid-19 et l…