Mondial 2022 : (groupes C-D et E), qui sont les favoris ?

Temps de lecture : 6 minutes

Mondial 2022 : (groupes C-D et E), qui sont les favoris ?

Temps de lecture : 6 minutes

Temps de lecture : 6 minutes

Nous y sommes presque. Après plus de quatre années d’attente, le Mondial est enfin de retour avec cette édition 2022 au Qatar. Nous continuerons à vous apporter toute la répartition de toutes les nations et leurs chances de remporter le tournoi au Qatar. Cette fois, nous portons toute l’attention sur les groupes C, D et E.

Temps de lecture : 6 minutes

Groupe C : Le retour en forme de l’Argentine

Dans cette poule, on retrouve l’Argentine, le Mexique, la Pologne et l’Arabie Saoudite. Bien évidemment, c’est l’équipe de Lionel Messi qui sera la favorite logique.

L’Argentine arrive au Qatar avec une série d’invincibilité impressionnante de 35 matchs sans défaite. Après des années compliquées avec une qualification pour le Mondial 2018 dans la douleur et une compétition chaotique en Russie, l’Albiceleste semble retrouver sa forme. La preuve : une première Copa America depuis 1993 en battant le Brésil en finale (1-0) l’an dernier, puis une qualification pour le Mondial sans concéder la moindre défaite en terminant deuxième en Amérique du Sud, juste derrière le Brésil.

Avec un effectif composé de plusieurs stars, telles, Messi, Di Maria, Lautaro Martinez, Dybala ou encore Lo Celso, les Argentins devraient faire partie des deux premiers et accéder aux 8es de finale, où ils pourraient bien croiser la route de l’équipe de France, son bourreau en Russie.

Quant à la Pologne, elle signe sa neuvième apparition dans la compétition et tous les espoirs sont permis à cette équipe qui pourrait faire parler d’elle, en raison de la présence de la star Robert Lewandowski.

À 34 ans, l’attaquant du FC Barcelone dispute certainement son dernier Mondial, lui qui a terminé deuxième du Ballon d’Or en 2021 et quatrième cette année. Auteur de 76 buts en 134 caps, Lewandowski sera le pion principal de la sélection polonaise au Qatar, aux côtés de l’attaquant Arkadiusz Milik (Juventus), le milieu de terrain Piotr Zielinski (Naples) et le gardien de but Wojciech Szczesny (Juventus).

Ce groupe compte également l’Arabie saoudite. Entraînés par Hervé Renard, déjà assis sur le banc du Maroc lors de l’édition 2018 en Russie, les Saoudiens auront toutefois à cœur de briller pour ce premier Mondial disputé dans un pays arabe.

Avec un effectif 100% local, l’équipe au Faucon espère réaliser un meilleur parcours qu’en Russie, et ce, malgré une poule plutôt relevée. Parmi les poucets de cette Coupe du monde, l’Arabie saoudite peut néanmoins nourrir de l’ambition, au vu de sa campagne de qualifications réussie, en battant notamment le Japon et restant invaincue face à l’Australie.

Lire aussi : Mondial 2022 : (groupes A et B), qui sont les favoris ? 

 

Groupe D : La France, grande favorite

Championne du monde en titre et vainqueur de la précédente édition de Ligue des Nations, la France a eu droit à un tirage au sort favorable, aux côtés du Danemark, de l’Australie et de la Tunisie.

Malgré les nombreuses blessures qui ont frappé la sélection de Didier Deschamps, les Bleus disposent d’un vivier de joueurs suffisamment important pour inquiéter leurs adversaires, comme Kylian Mbappé, Karim Benzema, Ousmane Dembélé, Kingsley Coman, ou encore Christopher Nkunku.

Pour sa part, le Danemark, sorti en demi-finale d’un Euro 2020 où il a été la grande sensation, arrive avec un autre statut lors de ce Mondial. L’équipe poursuit sa progression et son ascension et elle a d’ailleurs impressionné lors des phases de qualification pour atteindre la sixième phase finale de son histoire.

Les hommes de Kasper Hjulmand aimeraient en effet réaliser la meilleure performance de l’histoire de leur pays, en égalisant les quarts de finale atteints par la génération de 1998. D’autant que les Danois auront de vrais arguments pour concurrencer la France, en comptant notamment sur Christian Eriksen.

Quant à la Tunisie, qui a réalisé un parcours convaincant dans le groupe G en terminant en tête d’une poule qui comprenait la Guinée Équatoriale, la Zambie et la Mauritanie, espère atteindre la phase à élimination directe pour la première fois de son histoire.

Les Aigles de Carthage pourront compter sur leur joueur emblématique Whabi Khazri, le seul Tunisien à avoir marqué plusieurs buts dans une Coupe du monde. Autour de lui, d’autres joueurs passés par la France, à l’instar d’Ellyes Shkiri (Cologne), passé par Montpellier, ou encore Saîf-Eddine Khaoui (Clermont Foot, passé par l’OM). Cette édition du Qatar sera également une opportunité à saisir pour le jeune talentueux Hannibal Mejbri.

Enfin, pour sa sixième participation en Coupe du monde, l’Australie voudra déjouer les pronostics et disputer un 8e de finale pour la deuxième fois de son histoire après 2006. Dans leur parcours de qualification, les Socceroos ont eu un peu plus de mal pour aller chercher cette cinquième participation d’affilée. Ils n’ont terminé qu’à la dernière marche du podium de leur poule. Une troisième place qui les a obligés à disputer un barrage face au cinquième de la zone Amérique du Sud : le Pérou. Un match remporté après une séance de tirs au but.

 

Groupe E : Allemagne-Espagne : une finale avant l’heure ?

Avec la présence de l’Espagne et de l’Allemagne, nations dominatrices du football européen et mondial il y a une dizaine d’années, il faut dire que le groupe E est celui de la mort. Leur match, prévu le 27 novembre prochain, sera certainement l’un des plus gros chocs de la phase de groupes.

Si l’Espagne a connu sa période de gloire entre 2008 et 2012, c’est encore plus récent pour la Mannschaft. Grands vainqueurs de la Coupe du monde 2014 disputée au Brésil, les Allemands étaient au sommet du monde il y a huit ans, mais ils sont vite redescendus de leur nuage, n’étant même pas en mesure de passer les phases de groupe lors du dernier Mondial russe.

Côté effectif allemand, Leroy Sané, Serge Gnabry et Thomas Müller (Bayern Munich) ainsi que Kai Havertz (Chelsea) en font une attaque variée et alléchante. De l’autre côté, le talent offensif espagnol est également bien présent. Les Marco Asensio (Real Madrid), Dani Olmo (Leipzig), Ferran Torres (FC Barcelone), Pablo Sarabia (PSG) ainsi qu’Ansu Fati (FC Barcelone) devront, eux aussi, joindre leurs forces devant le but adverse.

Dans ce groupe, il n’y aura visiblement aucun suspens quant à l’identité des deux nations qui passeront au tour suivant. Le Japon, à moins d’une grosse surprise, ne terminera pas devant les deux géants européens, ce qui est encore moins probable pour le Costa Rica, qui possède un effectif moins talentueux.

Recommandé pour vous


Mondial 2022 : tout savoir sur les premières polémiques au Qatar

La Coupe du monde au Qatar suscite une ferveur assez mitigée. Elle est acce…

Mondial-2022 : la Belgique bat le Canada (1-0)

La Belgique a battu le Canada sur le score minimum (1-0), mercredi 23 novem…

Maroc-Croatie : un nul au goût de victoire

Pas de vainqueur dans le premier match du groupe F, ayant opposé, ce mercre…

Qatar 2022 : une campagne de nettoyage après le match Maroc-Croatie

Le créateur de contenu et environnementaliste marocain Saad Abid a lancé un…

Mondial 2022 : nouveau coup de tonnerre, le Japon l’emporte face à l’Allemagne (2-1)

Le Japon a battu ce mercredi le géant européen du football, l’Allemagne, (2…

Mondial 2022 : pour son entrée en lice, le Maroc tient tête à la Croatie (0-0)

Le Maroc et la Croatie ont lancé leur Coupe du monde ce mercredi. Les deux …

Maroc-Croatie : Mazraoui sort sur civière, Attiat-Allah le remplace

À la 59e du match Maroc-Croatie, Noussair Mazraoui est sorti sur civière. L…

Mondial 2022 : nul blanc entre le Maroc et la Croatie à la mi-temps

Le premier match des Lions de l'Atlas en Coupe du monde 2022 se tient ce me…

Notre
sélection vidéos


Notre
sélection E-Podcast