Temps de lecture : 10 minutes

Afrique : l’esprit de la charte de Casablanca

Temps de lecture : 10 minutes

Temps de lecture : 10 minutes

La célébration de la journée mondiale de l’Afrique, ce 25 mai, est une occasion propice pour retracer les pérégrinations historiques de l’union continentale. L’unité africaine a été portée sur les fonts baptismaux début janvier 1961 à Casablanca, lorsque feu Mohammed V accueillit cinq chefs d’État pour une conférence qui avait comme ordre du jour l’examen de la situation politique, économique et sociale en Afrique et d’adopter la charte dite de Casablanca. Cette charte de l’Afrique nouvelle était le préalable pour la naissance de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) le 25 mai 1963, devenue Union africaine (UA) en 2002.

Temps de lecture : 10 minutes

En 1960, le Maroc indépendant était déjà engagé pour la cause africaine. Le Royaume a envoyé des troupes dans le cadre d’une mission des Nations Unies pour chasser l’armée belge de la république du Congo qui venait d’obtenir son indépendance. L’année suivante, le Royaume a abrité la première Conférence internationale des États africains indépendants, qui allait devenir le Groupe de Casablanca. «Aucun État africain, pris isolément, n’est en mesure de faire face aux problèmes posés par son développement économique, bénéficier d’une aide étrangère et pratiquer sur le plan international une politique de non-alignement qui sauvegarde sa souveraineté et le mette à l’abri de toute influence étrangère», écrivait Thami Ouazzani, secrétaire général de la charte de Casablanca, en décembre 1962 dans les colonnes du Monde diplomatique. Pour Ouazzani, la charte de Casablanca, rédigée deux ans auparavant, visait l’unification de l’Afrique sur tous les plans. C’est en tout cas le leitmotiv qui a réuni en janvier 1961, les chefs des six États (Algérie, Ghana, Guinée, République arabe unie – RAU, Mali et Maroc) sur l’initiative de feu Mohammed V. Pour les dirigeants de ses six nations, l’union était nécessaire parce qu’aucun État africain ne pouvait avoir un poids quelconque sur le plan international pour traiter efficacement avec les grandes puissances et ainsi défendre une politique qu’il aurait librement choisie.

 

Leadership panafricain

En plus de l’hôte de la conférence, le roi du Maroc, les cinq chefs d’État participant à la conférence de Casablanca du 3 au 7 janvier 1961 étaient : Gamal Abdel Nasser pour la RAU, le Dr Kwame Nkrumah pour le Ghana, Sekou Touré pour la Guinée, Modibo Keita pour le Mali et Ferhat Abbas, président du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA). S’étaient joints à la conférence le représentant du roi Idriss 1er de Libye ainsi que des observateurs congolais (pro-Lumumba).

Feu Mohammed V accompagné de feu le prince Moulay Abdellah

Feu Mohammed V accompagné de feu le prince Moulay Abdellah, lors d’entretiens avec trois dirigeants africains © DR

Les participants ont adopté une série de résolutions rassemblées dans un texte, celui d’une « charte africaine » définissant notamment les contours d’une Assemblée consultative africaine et la création d’un « commandement militaire commun ». Les participants à la conférence ont marqué leur solidarité par leur opposition radicale au colonialisme et par leur volonté de construire l’Afrique sur des bases institutionnelles plus révolutionnaires. Ils ont ainsi clairement soutenu l’indépendance de l’Algérie et la révolution congolaise tout en accordant une aide au gouvernement de Lumumba. Plus encore, ce que l’on appellera désormais le ‘‘Groupe de Casablanca’’, a condamné les essais nucléaires français dans le désert tunisien et jeté les bases de la coopération interafricaine. Cette nouvelle organisation politique et son leadership panafricain incarné par les deux dirigeants arabes légendaires de l’indépendance et de l’unité africaine, feu Mohammed V et feu Nasser, a suscité une réaction timorée de la part des États plus en phase avec les puissances occidentales. Ces derniers créèrent une réplique de la conférence de Casablanca en mai 1961. La conférence de Monrovia adopte la doctrine de Brazzaville… (cf. encadré)

 

Contrer le bloc transsaharien

Un groupe d’États composé du Libéria, de la Sierra Leone, du Nigeria, du Togo, de la Somalie, de la Tunisie et de l’Éthiopie s’est formé à la conférence de Monrovia du 8 au 12 mai 1961.

La conférence de Monrovia

La conférence de Monrovia en 1961 © DR

48 heures avant cette conférence, Sekou Touré, défendant ardemment le Groupe de Casablanca, annonçait qu’il ne se rendrait pas dans la capitale libérienne et exprimait, via un communiqué, son rejet d’une conférence qui, selon ses propos, «(…) ne fait qu’entretenir une confusion qui sacrifie l’authenticité au nombre et l’organisation concrète de la lutte anti-impérialiste à des compromis en contradiction flagrante avec l’intérêt supérieur des peuples africains». En parallèle, un ‘’mini-sommet africain’’, regroupant les signataires de la charte de Casablanca, se réunissait au Caire pour réitérer son engagement panafricain. Favorable aux ex-puissances coloniales, le Groupe de Monrovia défendait une coopération égalitaire entre les pays africains, le rejet du panafricanisme et une volonté bienveillante à l’égard de l’Occident. Parmi les partisans de cette politique modéré, le président tunisien Bourguiba qui avaient rallié à sa cause plusieurs jeunes dirigeants africains, en majorité francophones. Houphouët-Boigny, président de la république de Côte d’Ivoire, déclarait à l’issue de la conférence de Monrovia : «Cette conférence est incontestablement la plus importante de toutes celles qui se sont tenues jusqu’à présent en terre d’Afrique entre les responsables africains». Les contradictions politico-idéologiques entre les deux groupes (Casablanca et Monrovia) allaient faire capoter toute initiative unitaire. Mais les événements internationaux, notamment la fin de la guerre d’Algérie et l’isolement du président ghanéen soupçonné de « mener des activités subversives contre les pays voisins« , vont rapprocher les deux blocs. S’adressant à la conférence africaine de Lagos de février 1962, feu Hassan II avait déclaré : « La ligne de conduite que nous nous sommes tracée et la charte de Casablanca à laquelle nous demeurons fidèles et loyaux nous font obligation de ne ménager aucun effort et de ne reculer devant aucun sacrifice pour la réalisation des idéaux de la charte et le triomphe de la liberté, du progrès et de la justice sociale, aussi bien à l’intérieur de nos frontières que dans l’ensemble de l’Afrique. »

Après la conférence de Lagos en 1962, la conférence au sommet d’Addis-Abeba du 23 au 25 mai 1963 aboutira au regroupement des pays africains grâce à la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) dont huit arabes.

 

On ne parlait plus d’union des peuples noirs mais d’unification des peuples africains décolonisés qu’ils soient noirs ou non, d’où la symbolique du choix comme premier secrétaire général de l’OUA et de son adjoint de ressortissants des pays du Groupe de Casablanca (Guinée-Égypte) abolissant les divisions de l’Afrique noire et de l’Afrique arabe.

Fresque des 32 chefs d’État africains

Fresque des 32 chefs d’État africains, pères fondateurs de l’OUA à Addis-Abeba © JA

 

Les frontières héritées de l’époque coloniale

L’un des premiers principes adoptés par l’OUA portait sur l’intangibilité des frontières héritées du colonialisme. En tant que membre fondateur de l’organisation, le Maroc avait notifié sa réserve sur ce principe. Le Royaume n’a ratifié la charte de l’OUA qu’après avoir exprimé par écrit ses réserves marquant les limites de son adhésion à l’organisation, surtout par rapport à Sebta et Melilia, Sidi Ifni et les provinces sahariennes qui étaient toujours sous occupation espagnole.

Lire aussi : Territoires marocains occupés : un mépris colonial

C’est pour protester contre l’entrée de la pseudo république arabe sahraouie démocratique que le Maroc quitte l’OUA le 12 novembre 1984 lors d’un Sommet tenu dans la capitale éthiopienne. Au cours de la séance d’ouverture, le chef de la délégation marocaine, le conseiller royal Ahmed Reda Guedira donnera lecture d’un discours adressé par feu Hassan II. «Maintenant, nous ne pouvons que vous souhaiter bonne chance avec votre nouveau partenaire, qui devra essentiellement combler le vide que le Maroc laissera, au niveau de l’originalité, de la crédibilité et du respect de l’Afrique et du monde», avait estimé le défunt Souverain tout en exprimant sa conviction qu’il viendra un jour où l’histoire rétablira les choses à la normale. 33 ans après, la RASD était toujours membre de l’Union africaine (UA) qui a succédé à l’OUA mais les choses ont changé, il n’était plus question pour le Maroc de faire profiter ses adversaires de son absence pour occuper le terrain. Le 31 janvier 2017, le roi Mohammed VI arrive au siège de l’UA à Addis Abeba et prononce un discours à la tribune. «Il est beau, le jour où l’on rentre chez soi, après une trop longue absence ! Il est beau, le jour où l’on porte son cœur vers le foyer aimé ! L’Afrique est mon continent et ma maison. Je rentre enfin chez moi, et vous retrouve avec bonheur. Vous m’avez tous manqué», avait dit le Monarque dans une allocution qui restera dans les annales de l’organisation continentale.

Le roi Mohammed VI, le 31 janvier 2017, au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba © DR

Lire aussi : Sahara : le Maroc fait plier l’Espagne

Malgré les 33 années d’absence des instances de l’organisation continentale, les liens du Maroc avec les pays africains sont restés puissants, surtout depuis l’accession au Trône du roi Mohammed VI. Depuis l’an 2000, le Maroc a conclu près d’un millier d’accords avec les pays africains dans différents domaines de coopération alors qu’entre 1956 et 1999, 515 accords seulement avaient été signés.

Lire aussi : Diplomatie : le Maroc sur tous les fronts

 

Entre 1961 et 2022, beaucoup de choses ont changé. Pourtant, nous sommes toujours en quête de cette unité africaine tant espérée. Au-delà de l’aspect institutionnel, il s’agit de regrouper les Afriques pour que notre continent arrive à décrocher sa véritable souveraineté, conformément à la vision des pères fondateurs.

 

Le Groupe de Brazzaville

Le « Groupe de Brazzaville » tire son nom du lieu d’une conférence tenue dans la capitale du Congo du 15 au 19 décembre 1960. Les chefs d’État du Cameroun, de la Centrafrique, du Tchad, du Congo, du Dahomey (Bénin), du Gabon, de Côte d’Ivoire, du Niger, de Mauritanie, de Madagascar, du Sénégal et de la Haute-Volta (Burkina Faso) s’étaient réunis pour discuter de leurs orientations politiques et économiques. Ces anciennes colonies françaises, qui forment à partir de 1961 l’Union africaine et malgache (UAM), ont favorisé une coopération étroite avec l’ancienne puissance occupante et la préservation du système étatique légué par l’ère coloniale. Tous ces pays étaient pro-occidentaux et très méfiants du communisme et vont inspirer les membres du Groupe de Monrovia.

Recommandé pour vous


Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov

Dédollarisation des échanges commerciaux, nouvel objectif de la Russie

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé que la…

Zambie : Janet Yellen inquiétée par la dette du pays envers la Chine

Zambie : Janet Yellen préoccupée par la dette du pays envers la Chine

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, effectue une tournée en A…

Kenya : record des transferts de la diaspora

Kenya : record des transferts de la diaspora

Les transferts financiers des migrants kényans ont atteint un montant recor…

UEMOA : les hydrocarbures, levier de croissance économique ?

UEMOA : les hydrocarbures, levier de croissance économique ?

Les pays de l’union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) - notam…

Burkina Faso : plutôt Wagner que les français !

Burkina Faso : plutôt Wagner que les français !

Après le Mali, c'est au tour du Burkina Faso de demander le départ des trou…

Burkina Faso : les troupes françaises ne sont plus les bienvenus

Burkina Faso : les troupes françaises ne sont plus les bienvenus

Le gouvernement militaire du Burkina Faso exige le départ des troupes franç…