Aller au contenu principal

Algérie : le gouvernement peine à mettre fin au Hirak

Par Nora Jaafar, Publié le 23/02/2021 à 11:22, mis à jour le 23/02/2021 à 12:20
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Algérie : le mouvement du Hirak persiste

Le régime algérien est encore confronté à des troubles civils croissants, alors que les manifestations antigouvernementales fêtent leur deuxième année cette semaine. En février 2019, l’Algérie a connu des protestations sans précédent, destinées à évincer le président Abdelaziz Bouteflika, aujourd’hui déchu. Le mouvement Hirak, également connu sous le nom de «Révolution du sourire», a débuté avec l’espoir de grandes réformes et d’un avenir meilleur. Pourtant, malgré les protestations de masse qui ont pris de l’ampleur et ont réussi à évincer Bouteflika et d’autres personnalités de son régime, le mouvement n’a pas réussi à réaliser des changements sociaux et politiques majeurs.

Deux ans plus tard, peu de choses semblent avoir changé en Algérie, car les mêmes protestations populaires continuent de ponctuer la vie quotidienne du pays. Le 16 février 2021, en prévision du deuxième anniversaire de leur révolution, environ 5.000 manifestants sont descendus dans les rues du pays en agitant des drapeaux algériens et en scandant : «Un État civil, pas un État militaire». Incapables de réprimer ces rassemblements pacifiques, les autorités ont procédé à des arrestations arbitraires de manifestants, de journalistes et de militants. Human Rights Watch rapporte qu’au moins 32 personnes interpellées pendant les manifestations du Hirak sont toujours emprisonnées.

Par ailleurs, le président Abdelmadjid Tebboune est récemment revenu d’une absence de trois mois. Cependant, au lieu d’aborder les problèmes intérieurs auxquels est confrontée la population algérienne, il a profité de son discours du 18 février pour contester la souveraineté du Maroc. «Le Sahara est la dernière colonie d’Afrique et le peuple sahraoui doit exercer son droit à l’autodétermination», a-t-il martelé.

Le journal algérien Liberté Algérie souligne le désespoir du régime et les appels incessants des manifestants à des changements radicaux. «Sans base politique et sociale», explique le quotidien, la classe politique algérienne est «coincée dans ses contradictions internes... résistante au changement». Pendant ce temps, malgré ses problèmes de représentation et d’organisation, le mouvement de protestation montre que son «esprit d’opposition au régime persiste». Entre gouvernement et Algériens, il y a une crise de confiance, une «situation apparemment gelée», où seules des «décisions audacieuses» peuvent conduire à un redressement sain du pays, estime la même source.

Tunisie : vers un retour du pouvoir absolu d'un seul homme ?

Accusé par l'opposition de s'arroger des pouvoirs disproportionnés, le président tunisien Kaïs Saïed formalise son coup de force. Après la suspension des travaux du Parlement et la révocation du gouve...

Élections libyennes : Haftar suspend temporairement ses fonctions militaires

Le maréchal libyen, Khalifa Haftar a déclaré ce mercredi qu’il se retire temporairement de ses fonctions militaires. Il a désigné son chef d’état-major, Abdelrazzak Al-Nadhouri, comme son remplaçant à...

L'espace aérien algérien fermé à tous les avions marocains

L'Algérie a pris une nouvelle décision unilatérale concernant ses relations avec le Maroc. Alger a décidé mercredi la fermeture "immédiate" de son espace aérien à tous les avions civils et militaires ...

Le Maroc et l’Éthiopie signent un accord pour un nouveau projet de production d’engrais

Le groupe marocain OCP et le gouvernement éthiopien ont signé un accord de développement conjoint pour la construction d’une usine d’engrais en Éthiopie. Ce projet d’envergure nécessitera à terme un i...

Doing Business : le vrai, c’est le vécu des entreprises

L’édition 2020 sera donc la dernière de l’un des rapports phares de la Banque mondiale : Doing Busi...

Cédéao : des sanctions individuelles contre les auteurs du putsch en Guinée

Ce jeudi 16 septembre, réunis à Accra, au Ghana, les membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont décidé de sanctionner les auteurs du coup d'État du putsch qui a...