Aller au contenu principal

L’Algérie ferme son espace aérien aux avions militaires français

Par Nora Jaafar, Publié le 04/10/2021 à 11:04, mis à jour le 04/10/2021 à 17:06
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
L’Algérie ferme son espace aérien aux avions militaires français

Selon l’état-major français, l’Algérie a fermé ce dimanche 3 octobre son espace aérien aux avions de l’armée française. Ces derniers utilisent cette route pour se rendre dans la région du Sahel, où la France est militairement engagée dans le cadre de l’opération Barkhane contre les insurgés et les groupes terroristes. La presse algérienne explique que l’autorisation d’utiliser l’espace aérien de son pays est «une autorisation spéciale qui a été accordée à la France pendant le règne du précédent président Abdelaziz Bouteflika». Elle affirme que cette fermeture aura forcément un impact sur les opérations militaires françaises dans la région, tout en «corrigeant une erreur stratégique de l’ancien président».

Cette décision intervient alors que l’Algérie et la France connaissent des tensions diplomatiques, suite à des remarques controversées du président français Emmanuel Macron. Ce dernier avait interpellé les autorités politiques algériennes lors d’une réunion avec des descendants franco-algériens des Harkis, qui ont combattu avec les forces françaises pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie. Macron aurait affirmé que le pays nord-africain est dirigé par un système «politico-militaire» et que «l’histoire réécrite de l’Algérie» n’est pas basée sur des vérités, mais plutôt sur «la haine envers la France».

En réponse, Alger a convoqué son ambassadeur pour des consultations, tout en condamnant les propos de Macron. Le gouvernement algérien a officiellement exprimé son rejet des propos du président français, s’étonnant qu’ils n’aient toujours pas été démentis par Paris. Le bureau du président Abdelmajid Tabboune a en plus exprimé son «refus catégorique de toute ingérence inacceptable dans ses affaires intérieures». «Les crimes de la France coloniale en Algérie sont innombrables et peuvent être définis comme des génocides et des crimes contre l’humanité», indique le communiqué de la présidence. Et de déplorer que ces crimes «ne doivent pas faire l’objet de manipulations de faits et d’affabulations qui en atténuent la gravité».

Plusieurs responsables algériens ont également exprimé leur colère face aux propos de Macron, estimant qu’elles constituent une tentative de lancer une nouvelle guerre contre l’Algérie.

Tunisie : le président révoque le passeport de son prédécesseur

Le président tunisien Kais Saïed a décidé de retirer le passeport diplomatique de son prédécesseur, Moncef Marzouki. Il a déclaré que ce dernier «figure parmi les ennemis de la Tunisie et il n’est pas...

Algérie : un garde-frontière algérien tué près de la frontière marocaine

Ce jeudi 14 octobre, le ministère algérien de la Défense a annoncé que, lors d’une mission de reconnaissance, dans l’ouest de l’Algérie, une bombe artisanale a explosé au passage d’une patrouille de g...

Algérie-France : les tensions se poursuivent

La crise actuelle entre la France et l’Algérie a débuté après des propos tenus début octobre par le président Emmanuel Macron dans la presse française, accusant Alger de maintenir un système «politico...

Tunisie : un nouveau gouvernement a été nommé par le président

La télévision d’État tunisienne a diffusé ce lundi 11 octobre la cérémonie de prestation de serment du nouveau cabinet du pays dirigé par Najla Bouden, la toute première femme Première ministre de Tun...

France-Mali : la crise est-elle profonde ?

Comme avec l’Algérie, les tensions montent entre la France et le Mali. Cette escalade intervient en raison (aussi) des propos du président Emmanuel Macron à l’encontre de la junte militaire au pouvoir...

Flambée des prix : une nouvelle épreuve pour les économies africaines

Le redémarrage rapide de l’économie mondiale a fait bondir les prix des matières premières et le fr...