Aller au contenu principal

La faim est plus meurtrière que le coronavirus !

L’Alerte émane une nouvelle fois de l’Oxfam. Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire de crise ou pire a augmenté de 20 millions pour atteindre 155 millions estime l’organisation non gouvernementale. Parmi les principaux foyers de faim dans le monde se retrouvent plusieurs pays africains, principalement dans le Sahel et en Afrique de l’Est alors même que le continent détient 65% des terres arables non cultivées dans le monde.

Par J.R.Y, Publié le 18/07/2021 à 10:49, mis à jour le 18/07/2021 à 11:08
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Des femmes triant les céréales au Burkina Faso

Alors que les gouvernements sont concentrés sur l'éradication du coronavirus et ses effets négatifs sur l'économie, la famine, elle, se propage, alerte Oxfam dans un nouveau rapport. Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire de crise ou pire a augmenté de 20 millions pour atteindre 155 millions estime l’organisation non gouvernementale. La récession provoquée par la crise sanitaire n'est pas, à elle seule, responsable de cette dégradation mais, un accélérateur. Les personnes en danger de mort à cause de la faim chaque minute seraient plus nombreuses que les victimes du covid-19, soutient l’Oxfam.

Lire aussi : À cause de la Covid-19, la faim a progressé dans le monde

La situation géopolitique en Afrique responsable de l’insécurité alimentaire

La majorité des personnes souffrant de faim vivent dans des pays en guerre ou en conflit. La crise climatique complète ce tableau sinistre. Parmi les principaux foyers de faim dans le monde se retrouvent plusieurs pays africains, principalement dans le Sahel et en Afrique de l’Est. L'Oxfam pointe au passage l'irresponsabilité de certains gouvernements. «Malgré la pandémie, les dépenses militaires mondiales ont augmenté de 51 milliards de dollars, ce qui correspond à six fois et demie ce dont les Nations unies ont besoin pour mettre fin à la famine», déplore-t-elle. Ces dépenses ont augmenté de 2 milliards de dollars en Afrique avec des croissances à deux chiffres dans les pays du Sahel.

Cette région déchirée par les conflits, suscitent des inquiétudes. Plus de 2,1 millions de personnes seraient touchées par la faim au Burkina Faso, soit une augmentation de plus de 200% entre 2019 et 2020. «L'aggravation de la violence dans le centre du Sahel et le bassin du lac Tchad a contraint 5,3 millions de personnes à fuir et a alimenté la hausse des prix de l’alimentation, au plus haut depuis cinq ans», indique l’Oxfam.

Dans la corne de l'Afrique, l'Ethiopie et le Soudan Sud cristallisent l'attention. Plus de 350.000 personnes dans la région du Tigré connaissent des conditions proches de la famine. Il s'agit du plus grand nombre enregistré depuis la Somalie en 2011, où 250.000 Somaliens avaient succombé, relève Oxfam. Au Soudan du Sud, les violences et les inondations ont contraint 4,2 millions de personnes à l'exode. Plus de 7,2 millions de personnes y seraient dans une situation d’insécurité alimentaire critique ou extrême.

 

La nécessité de transformer l’agriculture

Pour l’Afrique, la transformation de l’agriculture constitue aussi un défi majeur. Le continent abrite 65% des terres arables non cultivées dans le monde, le secteur agricole y est le premier employeur et représente une part significative du PIB. Paradoxalement, c’est la région du monde où la faim sévit le plus. La dépendance des importations pour couvrir les besoins maintient une pression continue sur les finances publiques, notamment dans le contexte de choc sur les prix à l’international. En 2019, les importations de denrées alimentaires ont culminé à 45 milliards de dollars.

En dehors des initiatives des différentes stratégies nationales pour améliorer la productivité et la résilience de l’agriculture, de grands groupes comme le marocain OCP jouent un rôle décisif dans ce dessein. Au cours des dernières années, le géant du phosphate a multiplié les partenariats stratégiques et les investissements sur le continent (Ethiopie, Nigéria, Sénégal, Côte d’Ivoire, Ghana, Tanzanie, Rwanda, Guinée) pour une agriculture performante et durable. Le groupe investit dans la 2ème plus grande plateforme de production d’engrais sur le continent en Ethiopie. La plateforme nécessitera un investissement global de 3,7 milliards de dollars. À terme, la capacité de production de la plateforme sera portée à 3,8 millions de tonnes. Un autre investissement de 1,4 milliard de dollars est prévu au Nigéria dans une plateforme industrielle de production d’engrais incluant une usine d’ammoniac d’une capacité de 750.000 tonnes et une usine d’engrais phosphatés d’une capacité de 1 million de tonnes. Le groupe va également engager 1,3 milliard de dollars dans un complexe au Ghana. Ces initiatives privées sont primordiales pour engager le continent dans son autonomie alimentaire.

 

Récompensé du Prix Nobel de la paix en 2020 pour son travail sur le terrain, le Programme alimentaire mondial des Nations unies avertit que l’objectif “faim zéro” d’ici 2030, un des dix-sept objectifs pour le développement durable, serait inatteignable si les conflits armés continuent à faire rage. 

Cédéao : des sanctions individuelles contre les auteurs du putsch en Guinée

Ce jeudi 16 septembre, réunis à Accra, au Ghana, les membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont décidé de sanctionner les auteurs du coup d'État du putsch qui a...

Fathallah Sijilmassi nommé DG de la commission de l'UA

Le diplomate marocain Fathallah Sijilmassi a été nommé directeur général de la Commission africaine. C’est ce qu’a annoncé le site Elpah qui cite des sources internes à l’Union africaine. Au moment où...

Guinée : quelle transition après le coup d’État ?

Depuis qu’il a pris le pouvoir en Guinée, le colonel Mamady Doumbouya impose ses propres décisions et entame des négociations et des discussions à Conakry. Les partis politiques, les chefs religieux, ...

Terrorisme : les forces françaises éliminent de chef de Daech au Grand Sahara

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 septembre que les forces militaires françaises ont tué l’extrémiste Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, chef de Daech ...

Ce qu'il faut savoir sur les consultations pour former le gouvernement

Dans ce podcast, Medi1 évoque les premières consultations pour former le gouvernement marocain et les différents scénarios possibles. Dans la seconde partie du podcast, un tour d'horizon sur la situat...

Maroc-Rwanda : deux nouveaux accords sanitaires

C'est une première dans le cadre de la coopération maroco-rwandaise. Deux accords hospitaliers ont été signés mardi à Kigali entre le Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Sina et deux centres ho...