Aller au contenu principal

Mali : la France amorce son désengagement

Par J.R.Y, Publié le 11/06/2021 à 09:16, mis à jour le 11/06/2021 à 15:30          Temps de lecture 1 min.
Teaser Media
Chars français quittant la ville de Gao (Mali) lors de l’opération Gustav, le 6 avril 2013 © AFP

C'est une annonce qui était attendue : la France va se désengagement progressivement du Mali. Une annonce qui survient alors que le pays a connu un deuxième coup d'État en mois d'un an, qui a crispé les relations Paris-Bamako.

«Nous allons amorcer une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel», a déclaré le président français lors d'une conférence de presse, en référence aux 5.100 soldats déployés dans le cadre de la force française Barkhane.

Cette transformation impliquera «la fin de l'opération Barkhane en tant qu'opération extérieure» et la «mise en oeuvre d'une alliance internationale associant les États de la région et tous nos partenaires, strictement concentrée sur la lutte contre le terrorisme», a-t-il ajouté.

Ce repositionnement s'inscrit dans la volonté politique déjà esquissée par le chef de l'État français de réduire à moyen terme la présence militaire française dans la zone du Sahel.

À l'approche de l'élection présidentielle de 2022, cet effort militaire de longue haleine suscite aussi des interrogations croissantes en France, alors que 50 soldats ont été tués au combat depuis 2013.

Il faut dire aussi que la situation s'est compliquée ces dernières semaines avec la mort brutale du président Idriss Déby au Tchad, et surtout le deuxième coup d'État en neuf mois au Mali, pays central de l'opération Barkhane, qui a conduit Paris à suspendre ses opérations avec les forces maliennes.

«On ne peut pas souffrir l'ambiguïté. On ne peut pas mener des opérations conjointes avec des pouvoirs qui décident de discuter avec des groupes qui, à côté de cela, tirent sur nos enfants», a-t-il lancé. «Pas de dialogue et de compromission».

African Banker Awards 2021 : le Maroc doublement distingué

Ce mercredi 23 juin, la prestigieuse cérémonie de remise des prix des Africain Banker Awards a été organisée en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement. Lors de cet évèn...

Côte d’Ivoire : l’ancien Premier ministre Guillaume Soro condamné à la prison à vie

Ce mercredi 23 juin, un tribunal de Côte d’Ivoire a condamné par contumace l’ancien Premier ministre et chef rebelle Guillaume Soro à la prison à vie pour avoir fomenté un coup d’État contre son ancie...

L'ex-président de Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, arrêté

Ce mardi 22 juin, l’ex-président mauritanien Mohammed Ould Abdel Aziz a été écroué. Cette mesure intervient quelques jours après le refus de l’ancien dirigeant de continuer à se présenter à la police,...

Le Nil, un facteur de stabilité macroéconomique

Partagé par onze pays, le Nil joue un rôle essentiel pour les pays qu’il traverse, surtout l’Egypte...

Grand barrage : tension maximale entre l’Égypte et l’Éthiopie

Alors que les Éthiopiens sont cette semaine appelés aux urnes pour les élections législatives, Le C...

Algérie : le parti au pouvoir remporte les élections

Ce mardi 15 juin, l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a annoncé que le Front de libération nationale (FLN), le parti au pouvoir en Algérie, a remporté les législatives anticipées or...