Tunisie : lancement du vote sur une Constitution controversée

Temps de lecture : 3 minutes


Tunisie : lancement du vote sur une Constitution controversée

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Afrique , En Bref

Temps de lecture : 3 minutes

Les bureaux de vote ont ouvert très tôt ce lundi 25 juillet, en Tunisie. Le pays organise un référendum pour déterminer s’il convient d’accorder davantage de pouvoirs au président. Les opposants à ce projet craignent que ce nouveau document ne porte un coup majeur à la démocratie dans ce pays, berceau des révoltes du Printemps arabe de 2010-2011.

Le scrutin a débuté à 6h du matin, heure locale (5 heures GMT), dans quelque 11.000 bureaux de vote et devrait se terminer à 22h. Il intervient exactement un an après que Kaïs Saïed a renversé le gouvernement et suspendu le Parlement. Ces décisions avaient été prises au moment où la Tunisie luttait contre une flambée des contaminations à la Covid-19 et qu’elle faisait face à des crises politique et économique croissantes.

Le vote de ce lundi est, par ailleurs, considéré comme une évaluation de la popularité de Saïed. Selon la commission électorale de l’Instance supérieure indépendante pour les élections, près de 9,3 millions de personnes sur les 12 millions d’habitants de la Tunisie sont des civils âgés de plus de 18 ans. Ils ont choisi de voter ou ont été automatiquement enregistrés pour voter. Ces chiffres incluent environ 356.000 électeurs inscrits à l’étranger, et pour lesquels le scrutin a commencé samedi. De leur côté, les partis d’opposition et les groupes de la société civile ont appelé au boycott du référendum et ont accusé le président de tenter de transformer la Tunisie en une dictature.

Notons que Kaïs Saïed a entamé l’élaboration de cette nouvelle Constitution depuis plusieurs mois. Un projet a été publié dans ce sens dans le bulletin officiel du pays au début du mois de juillet.

Ce projet de Constitution confère au président le pouvoir de nommer et de limoger le gouvernement sans l’approbation du Parlement, ainsi que de nommer les juges, entre autres pouvoirs. Il lui permet aussi de présenter des projets de loi au Parlement, qui serait obligé de les prioriser.

Cette Constitution placerait également le chef de l’État au commandement suprême de l’armée, tout en rendant presque impossible sa destitution avant la fin de son mandat de cinq ans, soit avant 2024.

Enfin, s’il est approuvé par la majorité des suffrages exprimés, cette Constitution remplacerait celle de 2014 qui avait réduit les pouvoirs du président au profit du Parlement et du premier ministre. Cette dernière était le fruit d’un compromis durement acquis entre les forces islamistes et laïques, après trois ans d’agitation politique.


Recommandé pour vous

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo gracié par Alassane Ouattara

Temps de lecture : 2 minutes

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé, samedi 6 août, avoir accordé sa grâce à son prédécesseur, Laurent Gbagbo.

«Dans le …

L’ONU accuse le Rwanda d’avoir contribué aux attaques contre la RDC

Temps de lecture : 2 minutes

Les Nations Unies (ONU) accusent l’armée rwandaise d’avoir soutenu le mouvement du 23-Mars (M23) et d’avoir participé aux attaques qui ont cibl…

Sénégal : la coalition au pouvoir perd sa majorité parlementaire

Temps de lecture : 2 minutes

Au Sénégal, et pour la première fois depuis son indépendance en 1960, la formation du parti au pouvoir a perdu sa majorité parlementaire. Elle …

La RDC expulse un porte-parole de paix onusien

Temps de lecture : 2 minutes

La République démocratique du Congo (RDC) a exigé du porte-parole de la mission de maintien de la paix des Nations unies (Monusco) de quitter l…

Le Nigeria menace de déployer son arsenal militaire contre les groupes armés

Temps de lecture : 2 minutes

Ghana : l’Afrique mérite des excuses pour l’esclavage de ses populations

Temps de lecture : 2 minutes

Dans un tweet, Nana Akufo-Addo, président du Ghana, affirme que l’Afrique mérite des réparations et des excuses pour l’esclavage et la traite d…

Somalie : un membre d’Al-Shabab nommé ministre des Affaires religieuses

Temps de lecture : 1 minute

Muktar Robow, ou Abou Mansour, ancien chef adjoint du groupe extrémiste Al-Shabab, a été nommé ministre des Affaires religieuses dans le nouveau…

RDC : le bilan des manifestations anti-ONU est très lourd

Temps de lecture : 2 minutes

Selon un bilan provisoire établi par les autorités congolaises, quatre Casques bleus et 32 manifestants anti-ONU ont été tués en une semaine. S…

HCR : appel à plus de protection pour les victimes de la traite humaine en Afrique

Temps de lecture : 2 minutes

Les services de protection font cruellement défaut aux réfugiés et aux migrants effectuant des voyages périlleux le long des itinéraires de la …

La France chassée du Mali

Temps de lecture : 2 minutes

Lors de la tournée africaine d’Emmanuel Macron, président français, en Afrique, le colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement malien…

Afrique du Sud : 80 hommes suspectés de viol collectif

Temps de lecture : 2 minutes

En Afrique du Sud, 80 hommes ont été arrêtés après le viol collectif de huit jeunes femmes. Les faits remontent à jeudi dernier et se sont déro…

Des casques bleus attaquent à la frontière entre le Congo et l’Ouganda  

Temps de lecture : 2 minutes

Des Casques bleus de retour de congé ont ouvert le feu à Kasindi, à la frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et l’Ouganda. …




Aller en haut