Temps de lecture : 4 minutes


Sepsis : une maladie mortelle, mais peu connue !

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le sepsis ou « empoisonnement du sang » cause des millions de décès dans le monde chaque année. Mais cette maladie reste peu connue de la majorité de la population mondiale. Il s’agit d’une réponse excessive de l’organisme contre une infection, qui s’attaque directement aux organes humains. Quelle est la cause de cette maladie ? Comment la prévenir ? Le point avec Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques de santé.

Temps de lecture : 4 minutes

Le sepsis est une maladie mortelle. Considérée comme une menace sanitaire à l’échelle internationale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté sur le nombre de cas qui en est atteint et qui risque de doubler d’ici 50 ans. Le nombre de personnes qui meurent chaque année de cette maladie s’élève à 11 millions. Elle est définie par l’OMS comme «un état aigu de dysrégulation de la réponse de l’organisme à une infection (bactérienne, virale, fongique ou parasitaire) entraînant la perte de fonction des organes et un risque vital pour le patient. Lorsque cet état aigu est caractérisé par une défaillance circulatoire et une souffrance cellulaire majeure, le terme de choc septique est utilisé». 

Ce dysfonctionnement est une réponse inadaptée, inappropriée et excessive de l’organisme contre une infection. Selon Dr Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques de santé, «généralement notre immunité nous protège contre les infections en combattant celles-ci. Mais parfois, le corps réagit mal à l’infection et cause une cascade de phénomènes, dont une inflammation qui entrave les fonctions de certains organes. Ce dysfonctionnement peut causer des décès, s’il n’y a pas de prise en charge rapide en soins intensifs». 

Lire aussi : Santé : histoire des grandes maladies au Maroc

 

Une maladie à haut risque

Au Maroc, cette grave maladie reste méconnue du grand public. Selon notre intervenant, jusqu’à deux cas sur cinq d’infections nosocomiales (les infections contractées lors d’un séjour dans un établissement de santé) sont causées par une transmission de bactéries via les mains de professionnels de la santé. «En moyenne 61% des travailleurs de la santé ne respectent pas les pratiques recommandées d’hygiène», informe-t-il.

Concernant les principaux symptômes de cette pathologie, le docteur Tayeb Hamdi précise qu’il s’agit : de confusion ou désorientation, d’un rythme cardiaque élevé, d’essoufflement, de fièvre ou de frissons, d’une douleur ou un malaise et d’une peau moite ou en sueur.

Par ailleurs, si plusieurs infections peuvent entraîner un sepsis, le risque reste élevé pour tout le monde. Néanmoins, les individus les plus exposés sont les adultes de plus de 65 ans, les enfants de moins d’un an, les personnes souffrant de maladies chroniques et les personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Lire aussi : Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

 

Préventions et soins

À l’instar des autres maladies, la prévention est obligatoire. Notre expert nous explique qu’il existe cinq actions à prendre en considération. «Pour les maladies chroniques, il faut qu’il y ait un suivi régulier pour prévenir les infections. Aussi, se faire vacciner contre le sepsis, avoir une bonne hygiène de mains, traiter et protéger les plaies et bien s’informer sur les symptômes pour les reconnaître et, puis, demander une aide médicale en urgence», alerte-t-il.

Enfin, pour sensibiliser aux risques et aux moyens préventifs contre cette maladie, l’OMS consacre le 13 septembre à la lutte contre le sepsis. À cette occasion, France Sepsis association a lancé une campagne d’information et de sensibilisation au Maroc, placée sous le signe de : “Main dans la main pour vaincre le sepsis !”.

Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…
CMC : comment consolider l’économie nationale ?

CMC : comment consolider l’économie nationale ?

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son Bulletin thématique intitulé "État social et développement humain". Sous le n°55-56, ce dernier rapport annuel du Centr…
NARSA : le programme d'action pour 2023 dévoilé

NARSA : le programme d’action pour 2023 dévoilé

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) a dévoilé, mardi 17 janvier à Rabat, les grandes lignes de son programme d’action au titre de l’exercice 2023. Lors d’un point de…
Migrants subsahariens : des tensions mais quelles solutions ?

Migrants subsahariens : des tensions mais quelles solutions ?

La migration subsaharienne en tant que phénomène se présente comme une migration de transit qui a créé, au fil des années, une forme d’occupation de l’espace public. Ce sont les ca…