Aller au contenu principal

La condamnation d’une jeune femme marocaine pour «relations sexuelles hors mariage» et «outrage à la pudeur», après la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel sans son consentement, a ravivé le débat au Maroc sur les libertés individuelles et la protection de la vie privée. Le collectif des "Hors-la-loi" a ainsi publié un communiqué pour dénoncer "l’injustice" qu’a subie la femme en question, et a fortement appelé à l’abrogation de l’article 490 du Code pénal et à en «finir avec le sexisme systématique des institutions publiques et la mentalité patriarcale qui sévit dans le pays». Selon les dernières statistiques publiques, 15.192 personnes ont été poursuivies en 2019 pour «relations sexuelles hors mariage», un délit catégorisé parmi les «attentats aux mœurs».

Le professeur Ahmed Raissouni, président de l’Union mondiale des oulémas musulmans, a critiqué les activistes et les féministes qui ont « exploité » l’individualisme pour défendre des « pratiques anormales » après l’arrestation de sa nièce Hajar Rais...

La demande de liberté provisoire de la journaliste d’Akhbar Al Yaoum, Hajar Raissouni, a été rejetée aujourd’hui par le Tribunal de première instance de Rabat. Accusée de relations hors mariage et d’avortement illégal, elle restera ainsi en...

Depuis son arrestation pour avortement le 31 août dernier, le nom de Hajar Raissouni a été publié dans tous les médias marocains. L’affaire a été dénoncée au niveau international lorsque Human Rights Watch et Amnesty International ont demandé la libé...

lebief.ma - banniere-covid

L'essentiel de l'actualité rapports extra-conjugaux