Aller au contenu principal

Le décalage entre les cotisations et les prestations du régime des pensions civiles (régime des fonctionnaires) géré par la Caisse marocaine de retraite s’est établi à 6,1 milliards de DH en 2018. Le déficit s’est creusé de 1 milliard de DH en un an. La situation de plusieurs caisses de retraite est une bombe à retardement et ce sont les contribuables qui pourraient en payer un lourd tribut en cas de statu quo. L’épuisement des réserves du régime des pensions civiles interviendrait en 2028. Si on en est là, c’est en partie à cause de la générosité du régime. Une générosité qui a été critiquée dans de nombreuses études. La situation de la CNSS qui gère le régime des salariés du privé n’est pas non plus reluisante. Les premiers déficits pourraient apparaître dans cinq ans et l’épuisement des réserves interviendrait en 2039. Pour réformer, il faudra entre autres agir sur le taux de cotisation et l’âge de départ à la retraite. Il faudra aussi corriger certaines anomalies puisqu’aujourd’hui, le régime des salariés du privé pénalise les carrières longues.

lebief.ma - banniere-covid

L'essentiel de l'actualité Pensions