Aller au contenu principal

À l’approche de Aïd Al-Adha, prévu le mercredi 21 juillet, les éleveurs annoncent une hausse moyenne de 500 DH du prix de vente de chaque mouton, et ce, selon la race et les régions. Ces derniers expliquent cette hausse tarifaire par les répercussions économiques de la pandémie de la Covid-19, qui ont provoqué une augmentation des charges d’élevage des bêtes ainsi qu’une diminution de l’offre. De plus, les autorités prévoient un durcissement du contrôle sanitaire dans les villes du Royaume afin d’éviter une nouvelle recrudescence des contaminations après cette fête.

lebief.ma - banniere-covid

L'essentiel de l'actualité Maroc