Aller au contenu principal

L’assassinat tragique du petit Adnane à Tanger a relancé le débat sur l’applicabilité de la peine de mort au Maroc. Sur les réseaux sociaux, plusieurs citoyens ont souligné leur indignation face à cet acte barbare et exigent la peine maximale pour tout viol contre mineur. De l’autre côté, des militants des droits de l’Homme réfutent un retour à l’exécution de la peine de mort dans le pays. Ces derniers se basent dans leur choix sur les expériences actuelles, notamment aux États-Unis où l’exécution de cette sentence n’a eu aucune incidence sur les crimes de viol d’enfants.

lebief.ma - banniere-covid

L'essentiel de l'actualité Maroc