Aller au contenu principal

Voilà un établissement qui, jusqu’en 2015 quand il a arrêté son activité, était stratégique pour le Maroc. Stratégique parce qu’il protégeait le Royaume des risques de la chaîne d’approvisionnement mondiale des produits énergétiques. D’abord créée grâce à des fonds privés, puis nationalisée, puis reprivatisée avant d’être liée à l’État par une convention d’investissement, la Samir est une entreprise au passé majestueux et à l’avenir incertain. Entre une liquidation qui peine à se concrétiser et une étatisation que le gouvernement rejette, l’ex-fleuron de l’industrie nationale est pris en otage, et ses employés aussi.

lebief.ma - banniere-covid

L'essentiel de l'actualité liquidation