Temps de lecture : 5 minutes


Grand oral d’Akhannouch : ce qu’il faut retenir

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique, Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Après une année marquée par les effets de la guerre en Ukraine et la sécheresse, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a fait le point sur les mesures mises en place par son exécutif lors de son grand oral, tenu le 24 octobre. Il a ainsi défendu le projet de loi de Finances 2023 et ses dispositifs qui, selon lui, vise à préserver le pouvoir d’achat des Marocains et à contrer l’inflation. Le point sur la présentation du chef de l’exécutif.

Temps de lecture : 5 minutes

La première année législative du gouvernement actuel s’est achevée il y a quelques jours. Aziz Akhannouch, chef du gouvernement, a ainsi présenté, lors de la séance mensuelle de la Chambre des représentants dédiée à la politique publique, les mesures prises pour faire face aux différentes crises qui frappent le pays.

Il a détaillé les mesures adoptées dans le cadre du projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023) qui visent à accélérer le chantier de la généralisation de la protection sociale et à protéger le pouvoir d’achat des Marocains. Pour rappel, le 14 octobre 2022, le roi Mohammed VI a ouvert la deuxième année de l’actuelle législature. Les deux dossiers prioritaires pour l’année 2023 sont l’eau et l’investissement.

«Le gouvernement, profondément attaché au principe de la solidarité et toujours à l’écoute des besoins des familles à revenus limités, continuera à faire face aux répercussions des crises mondiales successives et consacre 26 milliards de DH (MMDH) aux dépenses de la compensation au titre du PLF 2023», a dit Aziz Akhannouch. Il ajoute : «Le PLF 2023 est un document qui traduit notre statut en tant que pouvoir exécutif et reflète nos véritables orientations».

En outre, dans le cadre de la généralisation de la protection sociale, il a affirmé que quatre millions de familles vulnérables auront l’accès universel au système de couverture maladie obligatoire à partir du 1ᵉʳ décembre 2022. «Le gouvernement a alloué environ 9,5 MMDH afin de supporter les charges de souscription à la couverture maladie obligatoire pour les personnes incapables de payer les fonctions de souscription», a-t-il indiqué. Le chef de l’exécutif a également promis de dévoiler, l’année prochaine, le Registre national de la population et le Registre social unifié.

Lire aussi : An 1 du gouvernement Akhannouch : un certain bilan

 

Mesures prises pour protéger les travailleurs et retraités

S’agissant des salaires, Aziz Akhannouch a présenté les mesures destinées à l’amélioration des revenus des salariés et au renforcement de leur pouvoir d’achat. Après les négociations avec les centrales syndicales les plus représentatives, le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et le Salaire minimum agricole garanti (SMAG) se sont élevés de 10% (5% d’augmentation en septembre 2022 et 5% en septembre 2023). Cette mesure coûtera «pour le budget de l’État environ 2 MMDH» et permettra «de renforcer les revenus des salariés», a-t-il indiqué. En outre, «le gouvernement a aussi décidé d’élever les pensions de retraite de 5%, avec un minimum de 100 DH par mois, avec effet rétroactif au 1er janvier 2020 au profit de près de 600.000 retraités dans le secteur privé», a rappelé Aziz Akhannouch.

Il a, par ailleurs, précisé qu’«en préparant le PLF 2023, le gouvernement a répondu aux propositions des partenaires sociaux et s’est efforcé de revoir l’Impôt sur le revenu (IR) pour les pensions de retraite. Cela coûtera au trésor public environ 500 millions de DH (MDH). Cette procédure permet aux retraités de percevoir un revenu complémentaire pouvant aller jusqu’à un maximum de 532 DH par mois». 

Concernant les travailleurs non-salariés, le PLF prévoit l’intégration, dans le système de l’Assurance maladie obligatoire (AMO), de près de trois millions de citoyens appartenant à cette catégorie. Ils seront amenés à effectuer une cotisation solidaire, en ligne avec leur niveau de revenus. Ainsi, ils auront accès au même panier de soins et mêmes conditions de remboursement que les fonctionnaires et salariés du privé.

Lire aussi : Inflation et salaires : le citoyen en difficulté

 

Le gouvernement soutient le pouvoir d’achat

Afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens, Aziz Akhannouch a également rappelé l’«effort exceptionnel» du gouvernement, qui «a permis de maîtriser le niveau de l’inflation» tout en soutenant les produits de base. «Le gouvernement s’est également empressé de verser 13 MMDH de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour relancer la trésorerie des entreprises, notamment les petites et moyennes», a-t-il dévoilé, en ajoutant que l’État a pris en charge une grande partie du coût de la facture d’électricité.

Contacté par la rédaction de LeBrief, Mohamed Rahj, expert national en économie et en fiscalité, précise que «le pouvoir d’achat continue à s’éroder en raison de la hausse générale des prix et de l’inflation, sans une augmentation générale des salaires. La petite mesure qui a été prise qui concerne l’IR, pour améliorer le pouvoir d’achat, comprend entre 25 DH et 187 DH par an. C’est insignifiant !». Il conclut : «Donc, en tant que citoyen, je ne me retrouve pas dans le discours du chef de gouvernement». 

Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
Maroc-Espagne : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Espagne : une nouvelle ère pour les relations bilatérales

Partenaires historiques du bassin méditerranéen, le Maroc et l'Espagne affichent l'ambition résolue de consolider leurs liens économiques, à la lumière de leurs récents rapprocheme…
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
Aziz Akhannouch et Pedro Sanchez

Maroc-Espagne : nouvel élan à la coopération bilatérale

Le brouillard épais qui enveloppait les liens entre les royaumes du Maroc et d'Espagne est en train de se dissiper. Depuis la fin de la brouille diplomatique déclenchée par l'accue…
Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Promotion de l’investissement : Akhannouch fait le point

Aziz Akhannouch a présenté la politique adoptée pour la promotion de l’investissement. Ce lundi, lors de la séance plénière consacrée aux questions orales à la Chambre des représen…
Union africaine : adoption d'un livre blanc pour exclure le Polisario

Union africaine : adoption d’un livre blanc pour exclure le Polisario

Les premiers ministres et les chefs africains de différents départements se sont réunis à Marrakech le 28 janvier. L'objectif de cette rencontre : exclure la "pseudo République ara…
Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Maroc-Irak : début d’une nouvelle ère des relations

Le Maroc et l’Irak sont décidés à entamer une nouvelle étape dans leurs relations. Ce samedi 28 janvier, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Mar…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…