Aller au contenu principal

L’arrêt de la Cour de cassation du Maroc sur le statut juridique des «enfants illégitimes» soulève des questions gênantes sur les contradictions entre la constitution et le Code de la famille marocaine. L’organe judiciaire a ainsi statué que les hommes ne sont pas responsables des enfants nés hors mariage, malgré l’existence d’un test ADN qui prouve leur paternité, et que seule la mère a une relation juridiquement contraignante avec l’enfant. Cette décision vient confirmer un jugement prononcé par la Cour d’appel de Tanger. Cette dernière avait annulé en 2017 le verdict du tribunal de première instance qui avait confirmé la paternité d’un prévenu, le condamnant à verser une indemnité de 100.000 DH en faveur de son enfant illégitime et de sa mère.

lebief.ma - banniere-covid

L'essentiel de l'actualité Enfants illégitimes