Temps de lecture : 4 minutes


Crise économique : le moral des ménages est au plus bas

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

L’Indice de confiance des ménages (ICM) s’est établi, au cours du troisième trimestre de 2022, à 47,4 points. D’après le Haut-Commissariat au Plan (HCP), le moral des ménages a atteint son plus bas niveau depuis le début de l’enquête en 2008. La crise économique nationale a frappé de plein fouet le pouvoir d’achat des ménages au Maroc. Le point avec Mohamd Rahj, expert en économie et en fiscalité.

Temps de lecture : 4 minutes

La crise économique se fait de plus en plus sentir sur le pouvoir d’achat des ménages. Ce dernier continue sa tendance baissière depuis le début de la guerre russo-ukrainienne, déclenchée en février 2022. Mais pas que ! Les conséquences de la pandémie de la Covid-19 et du changement climatique se répercutent encore sur les Marocains.

Selon les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, publiés par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), le moral des ménages s’est intensément dégradé au troisième trimestre 2022 (T3-2022). L’Indice de confiance des ménages (ICM) a enregistré, au cours du T3-2022, 47,4 points au lieu de 50,1 points enregistrés le trimestre précédent et 65,5 points au même trimestre de 2021. Les composantes de l’ICM sont corrélées à la perception du chômage, de la situation financière, de l’évolution du niveau de vie et de l’opportunité à effectuer des achats de biens durables. De ce fait, la baisse de l’ICM au Maroc s’explique par la détérioration de tous les indicateurs qui le composent.

Lire aussi : Marchés publics : les mesures proposées pour atténuer la flambée des prix

 

Le niveau de vie des ménages se détériore

Les différentes crises mondiales ont certainement impacté le budget de l’État marocain et celui des ménages. Au cours du T3-2022, 81,5% des ménages déclarent une dégradation de leur niveau de vie lors des 12 derniers mois, tandis que 11,6% affirment un maintien au même niveau et 6,9% une amélioration. Cela est expliqué par la flambée des prix des produits alimentaires et non alimentaires, ainsi que ceux des carburants.

En effet, l’Indice des prix à la consommation s’est élevé de 1% pendant le mois de septembre, par rapport au mois précédent. Cette hausse s’explique par l’augmentation de 1,7% de l’indice des produits alimentaires et de 0,6% de l’indice des produits non alimentaires. De plus, l’indicateur d’inflation sous-jacente a également connu, lors du mois de septembre, une hausse de 0,8% par rapport au mois d’août 2022 et de 7% par rapport au mois de septembre 2021. Le solde d’opinion sur l’évolution du niveau de vie est resté négatif, à moins 74,6 points, contre moins 73 points enregistrés au trimestre précédent.

Contacté par la rédaction de LeBrief, Mohamed Rahj, expert en économie et en fiscalité, nous explique : «Un grand nombre de ménages ont perdu leurs sources de revenu à cause de la crise liée à la Covid-19, que ce soit dans le secteur formel ou informel. À cause de l’augmentation générale des prix, le pouvoir d’achat a été frappé de plein fouet et les ménages sont devenus victimes de cette hausse».

Lire aussi : Le PLF 2023 adopté en Conseil de gouvernement

 

Les ménages s’attendent à pire

S’agissant de l’évolution du niveau de vie au cours des 12 prochains mois, 49,8% des ménages s’attendent à une dégradation du niveau de vie, 41,9% à un maintien au même niveau et 8,3% à une amélioration.
Par rapport à la loi de finances 2023, «les syndicats qui ont demandé au moins le maintien du pouvoir d’achat, cela n’a pas été respecté. L’une des rares mesures prises dans ladite loi ne concerne que les salariés et non pas les autres ménages qui ont un revenu léger», précise notre expert.

Enfin, Mohamed Rahj conclut que le pourvoir d’achat «va continuer à baisser, que ce soit lors du quatrième trimestre ou lors de l’année 2023. Aujourd’hui, on vit dans une situation d’incertitude, marquée par la flambée des prix de la majorité des produits. Donc c’est tout à fait normal que le moral des ménages diminue». 

Intégration de l'informel : bilan des réformes engagées

Intégration de l’informel : bilan des réformes engagées

Plus que quelques jours pour accueillir l'année prochaine. La question de l'intégration de l'informel, laquelle se veut un des leviers fondamentaux pour réaliser une croissance dur…
L’essentiel de la note de conjoncture de la DTFE

Économie : une situation mi-figue, mi-raisin en cette fin d’année

La note de conjoncture de la Direction du trésor et des finances extérieures (DTF) du mois de décembre 2022 relate tous d'abord les faits marquants de la conjoncture internationale…
Mesures fiscales, prix… Voici ce qui va changer au Maroc en 2023

Loi de Finances 2023 : zoom sur la fiscalité des particuliers et des auto-entrepreneurs

Les mesures fiscales de la loi de Finances pour l’année budgétaire 2023 ont apporté de nouvelles dispositions qui touchent pratiquement tous les contribuables, personnes physiques …
Tourisme : hausse exceptionnelle des recettes voyages

2022 : l’économie marocaine prise en tenaille

S'il y avait un seul mot à retenir pour résumer l'année 2022 d'un point de vue économique, cela serait : inflation. L'année qui s'achève a éprouvé les ménages avec une flambée géné…
2022, une année qui redonne des couleurs au tourisme

2022, une année qui redonne des couleurs au tourisme

Après deux années de morosité liées à la Covid-19, le secteur touristique a repris des couleurs en 2022. L’ouverture des frontières en février dernier, le retour des MRE, la levée …
DEPF : bonnes prémices pour la campagne agricole 2022-2023

DEPF : bonnes prémices pour la campagne agricole 2022-2023

Les pluies enregistrées en novembre dernier augurent un démarrage favorable de la campagne agricole 2022-2023. Ainsi, après une année de sécheresse, la Direction des études et des …
Pluies et agriculture

Les récentes précipitations augurent d’une bonne saison agricole

Les récentes précipitations qui se sont abattues ces derniers jours sur les différentes régions du Royaume ont été accueillies avec beaucoup de joie et d'optimisme, en particulier …
Marché secondaire : BAM achète 200 MDH de bons du Trésor

Bank Al-Maghrib relève le taux directeur à 2,5%

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé, lors de sa dernière réunion trimestrielle au titre de l’année 2022, tenue ce mardi 20 décembre, de relever le taux directeur à 2,5%. D…