La situation épidémiologique devient de plus en plus préoccupante au Maroc © DR

Temps de lecture : 4 minutes


Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Avec cette nouvelle recrudescence des cas Covid-19, le Maroc est entré dans une nouvelle vague de propagation de la pandémie. Le ministère de la Santé a fait état de plus de 3.000 nouveaux cas confirmés quotidiens. La situation épidémiologique devient donc de plus en plus préoccupante. Comment peut-on expliquer ce rebond des contaminations ? Doit-on recourir à une 4ᵉ dose ? Éclairage de Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé.

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, mais son augmentation commence à devenir inquiétante.

Les derniers chiffres publiés par le ministère de la Santé concernant les contaminations quotidiennes à la Covid-19 ne sont pas non plus rassurants.

Sept décès et plus de 6.000 nouvelles infections (3.141 le 22 juin et 3.086 le 23 juin) ont été confirmés dans le Royaume ces dernières 48 heures. Les cas encore actifs s’élèvent aujourd’hui à 15.468. Des chiffes qui marquent une forte progression du virus au Maroc.

Lire aussi : Gouvernement : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 juillet 2022

 

À quoi est dû ce rebond des contaminations ?

«La dernière hausse des contaminations marque le début d’une nouvelle vague Covid-19 qui est due au relâchement de la population et à la réticence à la vaccination de rappel», estime Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé.

Selon lui, ce rebond est le résultat d’une plus grande propagation du variant BA2. Une propagation qui coïncide avec la baisse de l’immunité d’une bonne partie de la population qui n’a toujours pas complété son schéma vaccinal.

«Heureusement, cette hausse n’a pas encore d’impact palpable sur les cas graves et les décès qui connaîtront toutefois une hausse dans les semaines à venir sans pour autant perturber le système de santé national», poursuit le médecin.

Le spécialiste a noté que cette vague serait plus prolongée que ses précédentes. Elle serait aussi marquée par deux pics, l’un relatif au BA2 et l’autre au BA5. Ce dernier commence à peine à circuler au Maroc.

Lire aussi : Covid-19 : faut-il craindre une nouvelle vague ?

Quid d’une 4e dose du vaccin anti-Covid ?

Selon notre intervenant, la 4e dose est recommandée dans certains pays aux personnes très vulnérables âgées de 80 ans et plus et qui souffrent de beaucoup de maladies chroniques.

D’autres pays la recommandent pour les personnes de plus de 60 ans, même si elles sont en bonne santé, et pour les personnes vulnérables ou atteintes d’une pathologie chronique.

Et puis, d’autres États, comme les États-Unis, préconisent l’injection d’une 4e dose à toutes les personnes âgées de plus de 50 ans.

«S’agissant du Maroc, il serait préférable, à mon sens, d’ouvrir la voie à la 4e dose aux publics très vulnérables âgés de 80 ans et plus et atteints de maladies chroniques, étant donné que le nombre des cas graves et de décès est plus ou moins faible et que la démographie du pays diffère de celles des pays occidentaux», explique le spécialiste.

Selon lui, cette dose n’a pas d’effets secondaires particuliers et ne présente pas de surrisques. Elle est sûre et efficace, estime notre intervenant.

Plusieurs recherches indiquent par contre que ce deuxième rappel réduit le risque de cas graves. Des études approfondies ont comparé l’efficacité de la 4e dose chez les personnes de plus de 65 ans et chez les personnes de même âge qui n’ont reçu que trois doses et elles ont démontré que la 4e dose ou le 2e rappel réduit approximativement de 80 % le risque de cas graves, explique l’expert.

Lire aussi : Covid-19 : le roi Mohammed VI positif au virus

Conseils pour contrer cette nouvelle vague

Pour faire face à ce nouveau pic de contaminations à la Covid-19, Tayeb Hamdi appelle les citoyens à porter le masque dans les lieux fermés ou à forte fréquentation. Il insiste également sur le respect des gestes-barrières et recommande d’éviter, en cas de manifestation de symptômes de la maladie, le contact avec les personnes âgées.

Dans la foulée, le spécialiste appelle les populations vulnérables, notamment celles âgées de plus de 60 ans, à adhérer à la dose de rappel et à respecter les gestes-barrières tout en évitant les espaces clos.

Lire aussi : Chine : Shanghai revit après deux mois de politique « zéro Covid »


Recommandé pour vous

Egalité dans l’héritage : le débat revient au devant de la scène

Temps de lecture : 5 minutes

La question de l’égalité dans l’héritage, entre femme et homme, continue de susciter une large polémique au Maroc entre intellectuels, chercheu…

Protection sociale : beaucoup reste à faire

Temps de lecture : 5 minutes

Accompagné des ministres Abdelouafi Laftit, Khalid Aït Taleb, Mohamed Sadiki, Fatim-Zahra Ammor et Faouzi Lekjaa, le chef du gouvernement a reç…




Pavé parallax 1