Aller au contenu principal

Très active avant la pandémie, les banques et fenêtres participatives sont freinées dans leur élan. Les mesures d’urgence sanitaire et le confinement pèsent sur l’activité. Mais, elles tirent relativement mieux leur épingle du jeu comparées aux banques conventionnelles. L’encours des financements affiche une hausse à deux chiffres depuis le début de l’année. En revanche, la collecte des dépôts patine, la conjoncture n’arrangeant rien. Par ailleurs, la crise va ralentir le développement de l’écosystème de la finance participative.

Suite à l’appel du Roi pour renforcer l’appui aux petites entreprises et aux porteurs de projets, le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun, le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri et le président du GPBM, Othman Benjelloun, ont présenté h...

Les financements accordés par les banques et fenêtres participatives affichaient à fin octobre une croissance exceptionnelle de 128 % à 8,3 milliards de DH. L’activité en est encore à ces balbutiements, ce qui explique ces rythmes de croissance. Mais...

Afin de mettre en œuvre l’obligation de la télédéclaration et du télépaiement des cotisations sociales, la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale (CNSS) a signé des conventions et des accords avec les banques participatives Al Akhdar Bank, Umnia Ban...

Les banques participatives ont creusé leurs pertes en 2018 à 377 millions de DH. Mais, avec moins de deux ans d’existence, ces chiffres ne sont pas révélateurs puisque le poids des investissements pèse encore dans les comptes. Les charges générales d...

lebief.ma - banniere-covid

L'essentiel de l'actualité Banques participatives