Temps de lecture : 2 minutes

Kenya : la Cour suprême confirme la victoire de William Ruto aux présidentielles

Temps de lecture : 2 minutes

Temps de lecture : 2 minutes

La Cour suprême a confirmé, le lundi 5 septembre, que le président élu William Ruto a atteint le seuil de 50% des voix plus une, comme le stipule la Constitution du Kenya de 2010.

Ruto a déclaré, la veille de l’annonce de ce verdict, qu’il respecterait la décision de la justice du pays, confirmant ou invalidant les résultats du scrutin, contestés par son rival, Raila Odinga.

Selon la Commission électorale indépendante (CEI), Ruto, vice-président sortant, a remporté 233.000 voix (50,49% contre 48,85%) face Odinga, un vétéran de l’opposition soutenu cette année par le président sortant Uhuru Kenyatta et son parti Jubilee.

Mais Raila Odinga a rejeté le résultat du vote du 9 août et a déposé une pétition auprès de la Cour suprême, alléguant une fraude dans le processus de décompte des voix. Il a dénoncé que les serveurs de la CEI avaient été piratés pour entrer des résultats falsifiés et qu’environ 140.000 votes n’avaient pas été comptés.

«La Cour suprême rendra son jugement sur la pétition relative à l’élection présidentielle. Parce que nous sommes un pays qui adhère à la loi, nous respecterons la décision de la cour», a avancé William Ruto après un office dominical dans la ville centrale de Nakuru.

La colistière d’Odinga, Martha Karua, a pour sa part avancé la semaine dernière que la coalition pro-Odinga respecterait également la décision de la Cour. «Lorsque le verdict sera rendu, nous le respecterons tous. Nous voulons maintenir la paix, mais pour cela, il faut qu’il y ait de la justice, car la paix sans justice n’est pas durable», a-t-elle affirmé.

Ainsi, en réponse aux allégations de fraude électorale, le tribunal a souligné que le dossier présenté par l’opposition n’a pas prouvé à la Cour que le scrutin a été manipulé en faveur de Ruto.

Notons que lors de la dernière élection présidentielle, en 2017, la Cour suprême avait annulé l’élection et avait exigé un nouveau suffrage, une première en Afrique. Les élections au Kenya ont été à plusieurs reprises source de violences. Les plus meurtrières s’étaient produites en 2007 et avaient fait plus de 1.100 morts dans des affrontements à caractère politique.

Recommandé pour vous


Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Les Tunisiens, davantage préoccupés par les problèmes économiques, ont mass…

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François est arrivé, ce mardi 31 janvier à Kinshasa, pour une visit…

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricoles cultivés sur le continent ?

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricole ?

L’agriculture est au cœur des économies africaines. Près de 60% de la popul…

Libye/Italie : accord "historique" entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Libye-Italie : accord « historique » entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Les patrons du géant italien des hydrocarbures Eni et de la Compagnie natio…

Mehdi Tazi photo

Axa Assistance Maroc tisse sa toile en Afrique, entretien avec Mehdi TAZI

Pourriez-vous présenter Axa Assistance Maroc et la logique de l’opération r…

Monument des martyrs, Ouagadougou, Burkina Faso

Burkina Faso : l’instabilité sociopolitique et l’insécurité grèvent la croissance

Avec la juxtaposition des chocs, les pays africains les plus diversifiés ré…