Temps de lecture : 2 minutes

Accueil / Articles Afrique / Afrique / Diplomatie / G5 Sahel : le retrait des soldats maliens a commencé

G5 Sahel : le retrait des soldats maliens a commencé

Temps de lecture : 2 minutes


Temps de lecture : 2 minutes

Malgré les interventions et les efforts du Tchad pour convaincre le Mali de rester dans le G5 Sahel, Bamako a décidé de retirer ses soldats affectés à la force conjointe de l’organisation. Cette décision est intervenue après que le gouvernement malien a annoncé son retrait de cette alliance, dont les autres membres sont le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad.

Dans un document confidentiel fuité, le chef d’état-major des armées du Mali, le général Oumar Diarra, a ordonné à quelque 1.400 soldats maliens de quitter les forces du G5. Ces derniers vont se retirer du poste de commandement du G5 à Bamako, du fuseau ouest à Nema en Mauritanie et du fuseau centre à Niamey au Niger.

La même source indique que le processus de rapatriement des militaires maliens déployés dans les pays voisins a déjà été lancé. Et à partir du 1er juillet, ceux basés à Bamako seront réaffectés dans leurs services d’origine.

Pour rappel, l’objectif de la création du G5 Sahel était de faire face au terrorisme et à l’instabilité régionale. En février dernier, c’était au tour du Mali d’assurer la présidence de cette organisation. Toutefois, en raison des problèmes politiques et économiques de Bamako, le Niger s’est opposé à cette présidence. Le gouvernement nigérien a justifié son opposition en citant la montée au pouvoir de la junte militaire et les négociations en cours avec la Cédéao pour un retour à l’ordre constitutionnel.

Après que le gouvernement malien de transition a rejeté ces justifications, le Tchad s’est efforcé en vain de sauver le G5. Il a même envoyé en urgence un émissaire à Bamako, pour tenter de convaincre le président malien de transition, le colonel Assimi Goïta, de revenir sur sa décision et de rester dans l’alliance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir, s'adresse aux médias à Niamey le 21 février 2021 © AFP

Niger : Mohamed Bazoum élu président

Ce mardi 23 février, la Commission électorale nationale indépendante (Céni…

Les deux candidats : Mohamed Bazoum et son opposant Mahamane Ousmane © AFP

Présidentielle au Niger : l’opposition dénonce un hold-up électoral

Ce mardi 23 février au Niger, l’opposition a dénoncé «un hold-up» électora…

Algérie : le mouvement du Hirak persiste

Algérie : le gouvernement peine à mettre fin au Hirak

Le régime algérien est encore confronté à des troubles civils croissa…

Le président algérien Abdelmajid Tebboune

Algérie : dissolution de l’Assemblée nationale

Dimanche 21 février, à la veille du deuxième anniversaire du Hirak, le pré…

Algérie : Abdelmadjid Tebboune dissout le Parlement

Algérie : Abdelmadjid Tebboune dissout le Parlement

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a dissous, jeudi, le Par…

Plaque consulat

La Zambie dément la fermeture de ses représentations au Maroc

Contrairement à ce qu'a rapportée récemment la presse algérienne, le minis…