Temps de lecture : 3 minutes

En Afrique, Bolloré change de trajectoire

Temps de lecture : 3 minutes


Temps de lecture : 3 minutes

La très puissante multinationale Bolloré tourne une page de son histoire avec l’Afrique. Pour 5,7 milliards d’euros, le groupe a cédé son activité transport et logistique à l’italo-suisse MSC. Vincent Bolloré aura transformé une petite entreprise rachetée dans les années 1980 en un véritable mastodonte, pilier de son empire. Si le contexte a été favorable, l’industriel s’est aussi beaucoup appuyé sur ses réseaux politiques pour bâtir une entreprise très lucrative. Ces dernières années, les démêlés judiciaires sont venus entacher l’image du groupe sur le continent.

Temps de lecture : 3 minutes

En discussions exclusives avec le géant italo-suisse MSC pour la cession de son activité de transport et logistique en Afrique, le groupe Bolloré a bouclé la transaction contre 5,7 milliards d’euros jeudi dernier. Bolloré Africa Logistics, c’est 42 ports sous concession, trois lignes ferroviaires et un large réseau d’entrepôts. La transaction avec MSC inclut également les concessions portuaires en Haïti, en Inde et au Timor Leste. 



En 1986, le rachat de la SCAC (Société Commerciale d’Affrètement et de Combustible) auprès de Suez va lui permettre de prendre pied en Afrique avec la SOCOPAO. En trois décennies, Vincent Bolloré aura transformé cette petite entreprise en un véritable mastodonte, pilier de son empire. L’industriel français doit le succès fulgurant de son activité au contexte marqué par un déficit important en infrastructures mais aussi à l’appui de ses réseaux politiques. Au cours des dernières années, le groupe s’est beaucoup fait remarquer par ses démêlés judiciaires. Les soupçons de corruption au Togo et en Guinée notamment ont été reconnus par les dirigeants du groupe qui ont plaidé coupable. 



 



Le groupe présent dans d’autres métiers sur le continent



Le groupe, bicentenaire, emploie 79.000 personnes dans 130 pays et pèse 24 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Outre ses activités dans le transport et la logistique, le groupe est très actif dans les médias et la communication où il détient notamment 25% de Vivendi. Il est également présent dans la presse gratuite (Cnews), le digital, les télécoms avec des licences 4G et le fournisseur d’accès à internet Wifirst. Bolloré conservera une présence importante en Afrique, notamment à travers Canal+ et poursuivra également ses développements dans de nombreux secteurs comme la communication, le divertissement, les télécoms et l’édition, indiquent les dirigeants. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


hichilema

Zambie : l’opposant Hichilema élu président

L’opposant Hakainde Hichilema a remporté le scrutin présidentiel organisé …

IDE afrique

Maroc/Afrique : Les promesses de la Zlecaf

Le 30 janvier 2017, les chefs d’Etats africains ont acté le retour du Maro…

Le président algérien intensifie son hostilité envers le Maroc

Maroc-Algérie : l’interminable querelle

La rivalité entre le Maroc et l’Algérie, qui dure depuis des décennies, s’…

Incendie en Algérie : le président ignore la main tendue du Maroc

Incendies en Algérie : le président ignore la main tendue du Maroc

Encore une fois, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a préféré ig…

Des arbres calcinés sont photographiés après un incendie de forêt dans les collines boisées de la région de Kabylie, à l'est de la capitale algérienne Alger, le 11 août 2021 © AFP

Algérie : ce que l’on sait des incendies

C’est une catastrophe environnementale et humaine qu’est en train de vivre…

Niger : les inondations font 55 morts

Niger : les inondations font 55 morts

Les fortes pluies qui se sont abattues sur l’État ouest-africain du Niger …