Temps de lecture : 2 minutes

Accueil / Articles Afrique / Afrique / Guerre en Ukraine : la lourde facture pour les économies africaines !

Guerre en Ukraine : la lourde facture pour les économies africaines !

Temps de lecture : 2 minutes


Temps de lecture : 2 minutes

Pour les économies africaines, les menaces exogènes sur la croissance s’amplifient. L’envolée des cours du blé et du pétrole suite à l’offensive russe en Ukraine pose de nouveaux défis aux gouvernements qui luttent depuis des mois contre l’accélération de l’inflation. Dans les pays du Maghreb en particulier, les nouvelles manifestations contre la hausse des prix des denrées alimentaires rappellent de mauvais souvenirs. Au-delà de la pression qu’exerce l’accélération des prix à la consommation sur le budget des États, une autre menace émanera de la remontée des taux d’intérêt. En gros ce sera des ressources budgétaires en moins pour s’attaquer à la pauvreté, l’éducation, la santé…

Temps de lecture : 2 minutes

Si la guerre entre la Russie et l’Ukraine se déroule loin du continent africain, elle pourrait engendrer des conséquences lourdes pour de nombreuses économies. À très court terme, elle va mettre à mal les efforts entrepris par les gouvernements pour ralentir l’inflation ou plutôt va nécessiter des efforts budgétaires plus conséquents alors que les marges de manœuvre sont bien étroites.



 



Les prix à la consommation



L’offensive russe en Ukraine a embrasé les cours du blé, les deux pays pesant environ 30% de la production mondiale. Dans les pays du Maghreb en particulier, une incidence sur le prix du pain serait potentiellement explosive. Le prix du pain constitue un facteur de stabilité politique et a été l’un des déclencheurs du printemps arabe en 2011, en pleine flambée des prix des denrées alimentaires. Les nouvelles manifestations contre la hausse des prix des denrées alimentaires rappellent donc de mauvais souvenirs aux autorités. 



Le conflit russo-ukrainien a par ailleurs ramené les cours du pétrole un peu plus près de la barre des 100 dollars le baril. Cela aura des répercussions sur les prix du carburant à la pompe, des transports et biens d’autres produits. Par contre, la hausse du pétrole devrait soutenir les finances des pays producteurs du continent mais, il y a plus de perdant d’un prix du baril élevé que de gagnants. Les économies font en réalité face à une double menace. Au-delà de la pression qu’exerce l’accélération des prix à la consommation sur le budget des États, une autre menace émanera de la remontée des taux d’intérêt. La fin de l’argent bon marché se traduira pour les États les plus endettés par un alourdissement du service de la dette et donc des ressources en moins pour s’attaquer à la pauvreté, l’éducation, la santé…



Par ailleurs, l’invasion russe bouleverse les projets de nombreux étudiants. Le pays constitue une destination de choix pour de nombreux étudiants notamment en médecine en raison des frais de scolarité abordables. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


Le Colonel Assimi Goïta

Visite à Rabat du vice-président de la transition malienne

Le vice-président de la transition malienne a choisi le Maroc pour son pre…

Le roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI adresse un message de félicitations au nouveau président du Niger

Ce jeudi 25 février, le roi Mohammed VI a adressé un message de félicitati…

Au Niger, la capitale, Niamey, a été le théâtre de quelques échauffourées, le 24 février, sur fond de contestation des résultats par l’opposition © AFP

Niger : l’opposition revendique sa victoire, des heurts éclatent

Ce mercredi 24 février au Niger, l’opposition a revendiqué sa victoire à l…

Un soldat de l'ONU escorte un véhicule médical près du village de Kibumba où l'ambassadeur italien en RDC a été tué dans une attaque, le 22 février 2021 © AFP

RD Congo : les rebelles rwandais nient avoir assassiné l’ambassadeur d’Italie

Ce mardi 23 février, les rebelles hutus rwandais ont nié leur implication …

Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir, s'adresse aux médias à Niamey le 21 février 2021 © AFP

Niger : Mohamed Bazoum élu président

Ce mardi 23 février, la Commission électorale nationale indépendante (Céni…

Les deux candidats : Mohamed Bazoum et son opposant Mahamane Ousmane © AFP

Présidentielle au Niger : l’opposition dénonce un hold-up électoral

Ce mardi 23 février au Niger, l’opposition a dénoncé «un hold-up» électora…