Aller au contenu principal

Le confinement m'a tue(r)... enfin presque

Le confinement m'a tue(r)... enfin presque

Alors qu’une lueur d’espoir apparaît avec le lancement prochain d’une campagne de vaccination contre le nouveau coronavirus, le confinement semble avoir eu des effets loin d’être anodin sur notre santé mentale. Jeune entrepreneur, Amine Khayatei Houssaini nous parle dans cette tribune des conséquences du confinement et de l’importance de la bienveillance au sein de notre société pour dépasser les dommages causés par la pandémie.

Nul besoin de dire que nous traversons, pour tous et de tous âges, l’une des périodes les plus difficiles de notre vie. Que ce soient les enfants en bas âge qui ont beaucoup de mal à comprendre pourquoi ils ne peuvent faire des activités normalement, jouer avec leurs amis, que ce soient des lycéens qui ne peuvent pas partager des moments conviviaux avec leurs familles sans qu’ils ne soient un danger pour eux, que ce soient des nouveaux diplômés qui ont beaucoup de difficultés à trouver un nouveau job, que ce soient les entrepreneurs qui baignent dans un climat d’affaires sans précédent ou encore des gens âgés qui n’ont plus le droit d’embrasser leurs proches de peur que la vie ne leur soit ôtée.

Ce qui nous attend, c’est de guérir tous d’une énorme maladie, beaucoup plus importante que le Covid, celle du stress et l’anxiété

2020 est une année où nous avons réappris à apprécier ce que nous avons et faisons tout pour le garder précieusement. Personne n’en sortira indemne. Certains ont perdu des proches, d’autres un business, certains la santé... Ceci étant, ce qui nous attend, c’est de guérir tous d’une énorme maladie, beaucoup plus importante que le Covid, celle du stress et l’anxiété que nous avons dû gérer pendant toute cette période.

Nous devons de la bienveillance l’un envers l’autre pour que nous retrouvions petit à petit un semblant de normalité

Nous étions à mille lieues d’imaginer comment notre corps, privé d’échanges sociaux, de voyages, de moments agréables pouvait autant somatiser et réagir d’une façon inexplicable surtout pour des jeunes. Le confinement est encore pire que le Covid. Il ne tue pas tout de suite, mais il va tuer à petit feu. Les conséquences, j’en ai peur, si les autorités ne prennent pas cela à bras le corps, vont avoir des dommages irréversibles sur plusieurs générations. Si nous ne comprenons pas tous que nous devons de la bienveillance l’un envers l’autre pour que nous retrouvions petit à petit un semblant de normalité, nous allons en perdre beaucoup en cours de route.

Le Covid nous montre plus que jamais que les maladies psychologiques sont bien là, et qu’il ne faudra plus prendre ça à la légère. L’esprit est incapable de gérer autant en si peu de temps sans qu’il n’y ait des dommages.

Aujourd’hui, nous commençons tous à voir le bout du tunnel avec la campagne de vaccination qui va démarrer. Croisons les doigts pour que tout se passe dans les meilleures dispositions.

Terrorisme : le Maroc a contribué à l’élimination d’Oussama Ben Laden

Ce dimanche 24 janvier, Cherkaoui Habboub, le nouveau directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), a déclaré que «le Maroc a fourni des renseignements aux États-Unis pendant sa guerr...

Santé : le ras-le-bol des professionnels du secteur

Le silence du gouvernement et du ministère de la Santé face aux revendications des professionnels d...

Vacciner 33 millions de Marocains d'ici fin mai, est-ce possible ?

Alors que la vaccination de masse anti-Covid-19 a déjà commencé dans plusieurs pays, la campagne ma...

Covid-19 : Interpol met en garde contre le risque de vol des vaccins

Interpol vient de lancer une alerte mondiale adressée à ses 194 pays membres, dont le Maroc, afin de les prévenir du risque d’éventuelles attaques de réseaux criminels visant le pillage et le vol de v...

Vaccination contre la Covid-19 : les étapes à suivre

Le Maroc lance cette semaine sa campagne de vaccination. À cet effet, le portail “Liqahcorona.ma” a...

Mariage des mineures : l’accélération de l’amendement de la loi s’impose

Dans son édition de ce lundi 25 janvier, le quotidien arabophone Bayane Al-Youm rapporte que les députés aspirent à amender le Code de la famille, dont certaines dispositions sont jugées discriminatoi...