Etudiant

Temps de lecture : 4 minutes


Enseignement : la migration du privé vers le public s’accentue

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

En raison des difficultés à supporter les frais de scolarité de leurs enfants dans ce contexte difficile, plus de 150.000 élèves ont quitté le privé pour le public. Cela représente le triple des migrations de l’année 2019 (52.000 départs). Cela risque de réduire davantage la part de marché du privé dans l’enseignement qui est actuellement de 14,4% et mettre l’école publique dans une situation difficile.

Temps de lecture : 4 minutes

Ça va mal pour l’enseignement privé au Maroc. Les derniers chiffres sont alarmants. Les inscriptions dans les écoles privées ont enregistré une baisse de 15%, avec une migration de 150.000 élèves vers les écoles publiques. Un chiffre qui représente le triple des migrations des élèves vers le public en 2019 (52.000), rapporte le journal L’Économiste dans son édition du jeudi 15 octobre 2020.



Dans ce contexte, la part de marché des établissements privés dans l’enseignement risque de chuter. Le privé représente 14,4% de part de marché durant l’année scolaire 2019-2020. La charte nationale de l’éducation prévoyait une représentation de 20% dans le marché. On y est encore loin.



L’une des raisons majeures de cette migration est la difficulté des familles à tenir leurs engagements financiers envers l’école. La pandémie de la Covid-19 a eu des répercussions chaotiques sur leurs revenus, ce qui les a contraints à se tourner vers le public.



 



Écoles publiques : un sureffectif certain



Hormis la faillite des écoles privées et la destruction des emplois (40.000 emplois dans les écoles privées seraient détruits), cette migration pose un autre problème, celui de l’incapacité des écoles publiques à accueillir l’ensemble des élèves du secteur privé.



Said Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, l’a lui-même mentionné en septembre dernier devant les députés membres de la commission parlementaire permanente chargée de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants.



«Une migration du secteur privé au public ne doit pas avoir lieu puisque cela voudrait dire que nous avons échoué tous à trouver une solution à cette crise. Pourquoi ? Parce que l’école publique n’est pas prête à recevoir des effectifs importants des écoles privées», souligne Said Amzazi. Le ministre a expliqué que cette opération remettra en cause tout le parcours visant à réduire le nombre d’élèves par classe et améliorer la qualité de l’offre scolaire.



Une chose est sûre. Le département d’Amzazi n’a pas d’autres choix que d’accuser le coup. Les écoles publiques n’ayant aucun droit de refuser l’accès aux élèves devront trouver une autre issue pour accueillir les élèves. Kamal Daissaoui, président de la fédération de l’enseignement privé (FEP), a déclaré que «l’école publique ne peut en aucun cas refuser un élève. Néanmoins, si l’établissement n’a pas de place disponible à lui accorder. La délégation provinciale se chargera d’orienter un élève vers un autre établissement».



Une migration massive vers le public ne serait aussi pas sans conséquence au niveau sanitaire. Abdelghani Erraki, secrétaire général du syndicat national de l’enseignement affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT), a souligné dans une interview accordée à H24info que «si cette migration se poursuit, l’effet qu’elle aura est un débordement au niveau de l’école publique et en temps de pandémie, cela compliquerait les choses, surtout pour le respect des mesures de sécurité». De quoi renforcer les craintes et les peines de l’État.



Recommandé pour vous

Tramway/Busway/pont Mohammed VI : où en sont les travaux ?

Temps de lecture : 5 minutes

Les embouteillages sont maintenant le quotidien des automobilistes casablancais. En effet, la …

Sepsis : une maladie mortelle, mais peu connue !

Temps de lecture : 4 minutes

Le sepsis est une maladie mortelle. Considérée comme une menace sanitaire à l’échelle internat…

Cancer du sein : une étude prouve un risque lié à certains polluants de l’air

Temps de lecture : 5 minutes

Le cancer du sein est une des pathologies qui affaiblit non seulement la santé des personnes q…

Qualité de vie numérique : le Maroc classé 71e au monde et 3e en Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

La quatrième édition annuelle de l’indice de qualité numérique « Digital Quality of Life Index…

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré…

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tange…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le …

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération…

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derni…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le…

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transpor…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatrice…