Aller au contenu principal

La presse arabophone du 23 mai 2020

Zone franche de Kénitra : l'activité industrielle passée au crible | Tanger Med : les exportateurs se plaignent des nouveaux horaires | Les détails du retour des tribunaux à leur activité normale | Le spectre de la soif plane sur Agadir | Aïd Al Fitr : dynamisation de "la migration clandestine" entre les villes | Rhamna : décès fréquents de patients atteints d'insuffisance rénale

Par Iliasse E., Publié le 23/05/2020, mis à jour le 23/05/2020
Teaser Media
La presse arabophone

AL-AKHBAR : Zone franche de Kénitra : l'activité industrielle passée au crible. Débusquer les foyers industriels est devenu la première préoccupation des autorités sanitaires. Le comité de veille médicale provincial de Kénitra a condensé son action contre la propagation du Covid-19 auprès des acteurs industriels installés à Atlantic Free Zone. Des échantillons ont été prélevés sur des employés sur leurs lieux de travail mais également à leur domicile. Plus de 700 salariés d'un constructeur automobile (PSA, ndlr) ont subi des tests. La majorité des unités industrielles de câblage a fait l'objet d'une visite de la délégation. Le personnel de 22 usines a été intégralement soumis aux prélèvements d'échantillons, à raison de 50 à 200 personnes pour chaque usine.

 

Tanger Med : les exportateurs se plaignent des nouveaux horaires. Plusieurs exportateurs de denrées alimentaires et autres produits ont adressé des plaintes à l'administration des Douanes. Ils réclament la suspension les horaires de travail qui seront adoptés après Aïd Al Fitr au niveau du port de Tanger Med. Les Douanes ont imposé à leurs agents des shifts allant de 8h du matin à 14h. Les professionnels estiment que cette marge de temps est insuffisante et incompatible aux mesures d'encouragement étatique à l'export. Pour leur part, les services compétents au port ont annoncé que l'activité d'importation et d'exportation se déroule normalement, que le contrôle sanitaire est renforcé et que les conducteurs de véhicules de transport international sont assujettis aux examens nécessaires.

 

 

AL-MASSAE : Les détails du retour des tribunaux à leur activité normale. Après la levée de l'état d'urgence sanitaire, trois étapes seront adoptées pour le retour à une activité normale dans les tribunaux du Royaume. La première se déroulera du 11 au 30 juin prochain, où l'activité obéira aux mêmes dispositions prises pendant l'état d'urgence avec quelques modifications dont le conditionnement de la tenue des procès à distance par l'accord de l'accusé et de sa défense, et la réouverture des bureaux d'ordre des tribunaux. La 2e phase aura lieu du 1er juillet au 31 août et connaîtra la reprise de certaines activités (tribunaux de la famille, litiges relevant du droit du travail, affaires commerciales) mais sans se détacher de la justice à distance. Ce n'est qu'à partir de la 3e phase, commençant le 1er septembre 2020, que les tribunaux feront leur retour à une activité parfaitement normale dans le respect des mesures d'hygiène et de prévention.

 

AL-AHDATH : Le spectre de la soif plane sur Agadir. L'Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa a subitement baissé le débit des eaux du barrage Oulouz orientées vers les fermes de la zone agrumicoles El Guerdane. La zone reçoit ainsi 13 millions de m3 d'eau au lieu des habituels 40 millions de m3. Les agriculteurs estiment que c'est le coup de grâce donné à la production d'agrumes dans la vallée du Souss qui comblait, jusque-là, la majorité des besoins du marché national et réalisait un chiffre important à l'export. Les responsables se justifient par la pénurie actuelle, le taux de remplissage des barrages de la région étant dangereusement bas (moins de 15% en moyenne). La zone d'El Guerdane, de plus de 10000 hectares, n'est pas au bout de ses peines : elle sera ravitaillée en eau une semaine sur deux si la pénurie persiste. Pire encore, la situation hydraulique risque d'empirer à Agadir, capitale du Souss-Massa, à l'approche de l'été où la consommation d'eau augmente sensiblement.

 

ASSABAH : Aïd Al Fitr : dynamisation de "la migration clandestine" entre les villes. Le jeu du chat et de la souris a repris de plus belle entre les autorités et les transgresseurs de la restriction de déplacements entre les villes. Ils sont nombreux à essayer de passer les jours de l'Aïd aux côtés de leur famille dans d'autres cités. Cela a poussé le Haut commandement de la gendarmerie royale à renforcer le contrôle à l'entrée des villes et sur les routes. Les services compétents ne se contentent plus des informations fournies par les intéressés pour l'obtention de l'autorisation de déplacement, mais contactent les autorités locales de la ville de destination avant d'accorder leur aval. Les passeurs ont donc redoublé d'ingéniosité pour contourner les différents barrages : ils dissimulent les passagers dans des ambulances ou encore dans des camions de transport de marchandise, de bétail ou de volaille, de bonbonnes de gaz, etc.

 

AKHBAR-AL-YOUM : Rhamna : décès fréquents de patients atteints d'insuffisance rénale. Dans la province de Rhamna, les décès dus à l'insuffisance rénale dépassent ceux provoqués par le Covid-19. Le quotidien attire l'attention sur le calvaire que vivent des malades. Depuis mars dernier, 21 personnes inscrites sur la liste d'attente du Centre d'hémodialyse de Ben Guérir ont succombé sans pouvoir accéder à cet établissement. Les 67 malades qui effectuent malgré tout leurs séances dans ce centre ne sont pas mieux lotis. Trois d'entre eux sont décédés récemment à cause de l'insuffisance du nombre de séances accomplies par semaines, deux séances au lieu de trois recommandées. Pourtant, le centre serait suffisamment équipé en machines d'hémodialyse (19). Selon des acteurs associatifs locaux, il serait possible d'en faire bénéficier tous les malades inscrits sur la liste d'attente, en consacrant une machine pour 4 personnes comme recommandé par le ministère de la Santé.


  • Partagez

Justice : un plan de transformation numérique bientôt dévoilé

Le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelakader, a rencontré ce mardi les membres de la Commissio...

Le roi Mohammed VI accorde un délai supplémentaire de 6 mois à la CSMD

Ce jeudi 4 juin, la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), dont la démarche participative a été fortement perturbée par la période de confinement, a annoncé sur Twitter que Sa Maje...

Entreprises : le déconfinement s'annonce coûteux

À l’aube d’une très probable annonce de déconfinement le 10 juin prochain, les entreprises marocain...

Covid-19 : tour d'horizon de l'actualité de ce 4 juin

Le Maroc a enregistré une augmentation considérable du nombre de guérisons ces derniers jours, et c...

Secteur privé : le roi Mohammed VI ordonne une action de dépistage massif

Ce mercredi 3 juin, le ministère de la Santé et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ont publié un communiqué annonçant que Sa Majesté le roi Mohammed VI a appelé à déployer une a...

Déconfinement : le "mode d'emploi" très attendu

À quelques jours du terme de la deuxième prolongation du confinement fixée au 10 juin 2020, aucun s...