Temps de lecture : 4 minutes


Comité de veille économique : l’heure est à la réflexion

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le Comité de veille économique (CVE) se réunit ce mardi sous la présidence du ministre de l’Économie, des Finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun. De nouvelles mesures sont attendues en marge de ce rendez-vous qui verra le CVE présenter l’évolution des agrégats économiques, sectoriels et financiers depuis le déclenchement de la crise. Le coût total des charges pourrait nécessiter une loi de finances rectificative.

Temps de lecture : 4 minutes

L’année 2020 est synonyme de cauchemar pour l’économie nationale. La pandémie du Covid-19, amplifiée par la confirmation d’une deuxième année de sécheresse, a eu des répercussions dévastatrices sur le développement économique du pays. Dans ces conditions, les prévisions du taux de croissance sont en baisse pour la totalité des institutions et des agences de notation. Dans son dernier rapport intitulé «Économie nationale et marchés de taux face aux enjeux du Covid-19 et de la sécheresse», CDG Capital estime que le taux de croissance devrait ralentir en 2020 pour ne pas dépasser 1%, et ce dans le meilleur des scénarios, rapporte le quotidien Le Matin ce mardi.



«Dans ce contexte exceptionnellement difficile, la gravité de l’impact sur l’économie nationale dépend, dans une large mesure, de la durée de cette crise sanitaire et de la profondeur de ses séquelles, aussi bien sur le système productif que la stabilité du système monétaire et financier national», estiment les analystes de CDG Capital dans leur dernière étude, qui s’est basée sur le plan de soutien retenu par le Comité de veille économique (CVE), dont les solutions portent sur une période de 4 mois (allant de mars à juin).



Pour la banque d’affaires, les séquelles du blocage du système productif auront des effets sur la qualité du portefeuille des crédits des banques nationales qui devraient assister à une hausse des créances en souffrance, rapporte Les Inspirations éco ce mardi. Face à un déficit de plus en plus grand, les banques seront dans l’obligation de recourir à la banque centrale pour combler les besoins structurels en liquidité. Ce point sera probablement abordé par le CVE ce mardi.



 



Recours à une Loi de Finances rectificative ?



La réunion du CEV devrait donner quelques indications sur les prévisions économiques gouvernementales. Le dossier d’une Loi de Finances rectificative est à nouveau au-devant de la scène économique. Le journal L’Économiste estime que si la Loi de Finances rectificative a été écartée à ce jour, le gouvernement pourrait l’envisager si la situation économique se détériore encore plus. Au parlement, des voix se sont levées au sein des partis politiques appelant à adopter cette loi afin de geler une partie du budget de l’investissement.



Pour les analystes de la CDG, l’exercice est «très laborieux en raison de la diffi­culté à chiffrer l’impact du choc. La durée de la crise reste aussi une grande inconnue et complique toute prévision».  L’objectif étant de réfléchir à la meilleure façon de maintenir une stabilité financière et d’anticiper l’après Covid-19. Les dons au Fonds Covid-19 vont permettre d’amortir le choc, mais le trésor pourrait tout de même être très actif sur le marché domestique et international pour financer le déficit, rapporte L’Économiste.



Rappelons que le Comité se compose de huit membres du gouvernement, de Bank Al-Maghrib, du GPBM, de la CGEM et de la Fédération des chambres du commerce, de l’industrie et des services et celle des chambres de l’artisanat. Créé mi-mars, il a déjà instauré plusieurs mesures d’appui aux entreprises les plus touchées, notamment en matière de fiscalité.


CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…
Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Les perspectives économiques nationales pour 2023 tiennent compte d'un environnement international fortement contraignant. Cet environnement est notamment marqué par la poursuite d…
Tourisme : le Maroc rayonne !

Tourisme : le Maroc rayonne !

Les objectifs du Maroc en matière de tourisme durable se concrétisent. Le prestigieux magazine espagnol, Viajar, a désigné le Royaume comme "meilleure destination durable émergente…
Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

La loi de Finances pour l’année 2023 (LF 2023) prévoit plusieurs changements fiscaux. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, le 18 janvier, son Conseil n…