Aller au contenu principal

Soutien à l’économie : les États n’ont plus de limite

L’administration américaine va envoyer un chèque de 3000 dollars à chaque ménage touché par la crise liée au coronavirus. Cela fait partie des mesures du vaste plan de soutien de 2000 milliards de dollars autorisé par le Congrès. En Europe, la mobilisation se poursuit. L’Allemagne va mettre plus de 800 milliards d’euros sur la table. À l’initiative des présidents français et chinois, le G20 va tenir une réunion par visioconférence pour coordonner les efforts dans la lutte contre la propagation du virus et apporter un soutien plus large à l’économie.

Par J.R.Y, Publié le 25/03/2020, mis à jour le 25/03/2020
Teaser Media
Soutien à l’économie : les États n’ont plus de limite

Dans une récente intervention, Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances, a comparé la crise actuelle à celle de 1929. Ce rapprochement a suscité divers commentaires. Ce qui est sûr, nous sommes en face d’une crise dont l’ampleur pourrait dépasser celle de 2008. Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué que la récession pourrait être plus forte qu’en 2009, année durant laquelle le PIB mondial avait baissé de 0,6%. Le choc économique lié au coronavirus appelle donc à des mesures d’envergure.

 

Soutien sans limites des états

Les États-Unis vont déclencher un plan de soutien à l’économie de 2000 milliards de dollars. Inédit ! Ce soutien prendra la forme d’une distribution de 3000 dollars aux ménages (Helicopter money) qui en ont le plus besoin ainsi que des mécanismes de soutien aux petites et moyennes entreprises. Ce vaste plan a été bien accueilli par les marchés, les indices boursiers ayant effectué des bonds tout aussi spectaculaires que les baisses quelques jours auparavant.

En Europe, basta le dogme du déficit budgétaire à 3% du PIB. Même l’Allemagne qui y est très attachée va ouvrir les vannes pour soutenir son économie. Elle mettra plus de 800 milliards d’euros sur la table. À l’initiative des présidents français et chinois, le G20 va tenir une réunion par visioconférence pour coordonner les efforts dans la lutte contre la propagation du virus et apporter un soutien plus large à l’économie. Il y a quelques jours, les chefs d’État des sept pays les plus industrialisés s’étaient entretenus en mode virtuel pour trouver des solutions communes et harmoniser les efforts dans l’élaboration d’un vaccin. Le fameux "whatever it takes" de Mario Draghi sera aussi la ligne de conduite du FMI.

Ces mesures exceptionnelles répondent à la gravité de la situation dans la mesure où plusieurs pans de l’économie mondiale sont à l’arrêt. L’ampleur de la crise dépendra aussi de la durée pendant laquelle l’économie mondiale tournera au ralenti ou sera totalement à l’arrêt dans certains secteurs d’activité. Pour les gouvernements et les banques centrales, le plus important aujourd’hui est de maintenir les entreprises et les ménages à flot.

C’est ce que va faire le Maroc aussi avec les mesures annoncées pour soutenir les salariés, les TPE, les PME et les professions libérales. La France par exemple n’a pas exclu de nationaliser certaines entreprises si la situation l’exige. L’on pense notamment aux compagnies aériennes qui sont lourdement impactées par la crise. Pour faire face aux charges liées à l’immobilisation de ses avions, la RAM va baisser de 10 à 30% les salaires des employés qui touchent au moins 10.000 DH. Ces retenues seront restituées une fois la crise passée.

La fin du confinement ne voudra pas dire que l’activité va redémarrer automatiquement. Certaines entreprises mettront plus de temps à redémarrer et les ménages à reprendre leurs habitudes quotidiennes et à consommer. Tout ceci explique les montants colossaux annoncés pour soutenir les entreprises et la demande.


  • Partagez

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...

Le Maroc garde la confiance de Moody’s

Dans un contexte marqué de nombreuses incertitudes, l’agence de notation financière Moody’s réitère...

Covid-19 : l’Afrique en pleine souffrance

50 pays africains sur un total de 55 ont détecté des contaminations au Covid-19 sur leurs territoir...