Aller au contenu principal

Covid-19 : le secteur de la santé en détresse

Alors que la pandémie du Covid-19 progresse au Maroc, le personnel médical du pays commence à montrer des signes de fatigue. Loin de leurs proches et confronté quotidiennement au risque de contamination, les professionnels de la santé se sont retournés vers les citoyens, les appelant à leur libérer des logements près des hôpitaux afin qu’ils puissent se reposer. Outre la fatigue et la surcharge de travail, le corps médical prévient que les réserves de sang du pays risquent de s’épuiser dans les 6 prochains jours.

Par H.L.B, Publié le 25/03/2020, mis à jour le 25/03/2020
Teaser Media
Le secteur de la santé en crise à cause du Covid-19

170 contaminations, 5 décès, 6 guérisons et 685 cas exclus après des tests négatifs sont les derniers chiffres relatifs à la pandémie du Coronavirus au Maroc. Ce bilan, qui a été communiqué hier, mardi 24 mars à 18h, par le ministère de la Santé, révèle l’identification de 27 nouvelles infections dans le pays, le décès d’un patient âgé de 76 ans et le rétablissement d’une femme de plus de 80 ans originaire de Fkih Ben Saleh, rapporte Hespress FR. Alors que le gouvernement multiplie les mesures pour endiguer la propagation du virus dans le royaume, le corps médical, en première ligne dans la lutte contre le Covid-19, commence à montrer des signes de fatigue.

 

La crise des professionnels de la santé

Dans son édition du 25 mars, le quotidien Al Ahdath Al Maghribia se penche sur l’impact de l’épidémie du coronavirus sur les équipes médicales (médecins, infirmiers et techniciens). Selon le journal, plusieurs médecins du centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Rochd de Casablanca et de l’Université nationale de la santé Ibn Sina (Avicenne) de Rabat ont exhorté les citoyens à faire preuve de solidarité en mettant provisoirement à leurs dispositions des appartements ou des logements à proximité de leurs établissements médicaux. En contact direct avec les porteurs du virus, ces derniers se sont éloignés de leurs familles et de leurs proches pour éviter tout risque de contagion. «Nous sommes prêts, dès demain, à quitter nos foyers et consacrer nos vies à sauver celles de nos concitoyens marocains. Mais, pour que nous puissions faire notre travail en âme et conscience, il nous faut un minimum d’assurance, car nous ne sommes pas prêts à mettre nos familles en danger», précise le personnel soignant.

Puis, s’adressant au gouvernement, les professionnels de la santé ont exigé une prise en charge totale, une disponibilité des gants et des masques médicaux ainsi qu’un accès gratuit au transport. Concernant cette dernière revendication, Le360 rappelle qu’en raison de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire dans le pays, les voyages par autocars comme par trains ont été suspendus, et l’usage des moyens de transport privé entre les villes a été strictement interdit.

 

Une éventuelle pénurie de sang

Par ailleurs, outre la fatigue des professionnels de la santé et les dispositifs restreignant leur activité, le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) déplore l’épuisement des réserves nationales de sang. D’après Médias24, qui cite Dr Mohamed Benajiba, directeur du CNTS, le stock actuel ne couvre que les 6 prochains jours. Le Dr Benajiba estime que bien que les réserves disponibles dans les petites villes pourraient dépasser les 15 jours, celles des grandes villes (Rabat, Casablanca ou Fès), s’épuiseront dans les 3 à 4 jours à venir. Pire encore, le directeur du CNTS se dit alarmé par la diminution du nombre de donneurs de sang : 200 donneurs par jour cette semaine, contre 800 en temps normal. Il a tenu ainsi à souligner que malgré les mesures de confinement mis en place par les autorités, «les gens peuvent toujours se rendre aux centres de transfusion sanguine». Et d’ajouter : «Nous en avons discuté avec les autorités et ils nous ont donné leur accord. Pour cela, il faut cocher la dernière case de l’autorisation de circulation : “circulation pour des raisons impérieuses (تنقل من أجل غاية ملحة)”».

Le Dr Mohamed Benajiba a affirmé à nos confrères de Médias24 que le Covid-19 ne se transmet pas par le sang, et que les dons de sang ne représentent aucun danger pour les donneurs. Il a également souligné que les personnes qui seront impactées par cette pénurie ne sont pas les patients atteints du Coronavirus, mais d’autres malades et citoyens hospitalisés à travers le royaume.


  • Partagez

CNSS et RAMED : indemnités des salariés en arrêt temporaire du travail

À la date du 1er avril à 17 heures, plus de 700.000 travailleurs du secteur privé se sont inscrits pour bénéficier de l’allocation mensuelle délivrée par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS)...

Covid-19 : tout savoir sur les indemnités des secteurs formel et informel

Plus de 700000 salariés du secteur privé sont désormais inscrits sur le portail de la Caisse nation...

Coronavirus : faut-il généraliser le port du masque en public ?

En pleine épidémie du Covid-19, le port du masque de protection, que ce soit un masque chirurgical bleu ou un masque respiratoire, est conseillé dans l’espace public. L’efficacité de cette stratégie f...

Marcel Botbol est mort du coronavirus

Ce mercredi 1er avril, le chanteur et musicien marocain Marcel Botbol est décédé à l’hôpital Bichat, à Paris, où il était admis en réanimation après avoir contracté le coronavirus. «Marcel Botbot étai...

Samsung Maroc s’adapte à la situation d’urgence sanitaire

Dans ce contexte d’état d’urgence sanitaire, décrété le 20 mars et qui durera jusqu’au 20 avril, et...

Coronavirus : entre espoir et mobilisation

Le ministère de la Santé affirme que le Maroc a bien su gérer la pandémie du Coronavirus. Il soutie...