Aller au contenu principal

L’ALE Maroc-Turquie ravive la tension entre le PJD et le RNI

L’accord de libre-échange (ALE) Maroc-Turquie divise les partis politiques. Alors que Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, dévoilait en début de semaine les raisons qui ont poussé le royaume à demander la révision de cet accord, le PJD qui noue des liens étroits avec l’AKP (parti du président Erdogan) a pris la défense de la Turquie. Le RNI est monté au créneau pour dénoncer la position «intolérable» du parti de la lampe.

Par Mohamed L., Publié le 13/02/2020, mis à jour le 13/02/2020
Teaser Media
RNI

Rien ne va plus entre le PJD et le RNI. Les deux partis politiques sont en guerre au parlement. Le quotidien Al Akhbar affirme, dans son édition du jeudi 13 février, que certains propos de Moulay Hafid El Alamy (MHE), ministre de l’Industrie et du Commerce, sur l’Accord de libre échange (ALE) Maroc-Turquie ont déplu aux députés PJDistes.

Selon Jeune Afrique, Le PJD (parti de la lampe) fait endosser la totale responsabilité du déficit engendré par cet accord au RNI, qui avait chapeauté la signature de l’ALE en 2004. Ce dernier estime que le défaut est à régler au niveau des entreprises marocaines, affirmant que tous les accords de libre-échange signés par le Maroc avec les pays étrangers ne sont pas équilibrés et déstabilisent la balance commerciale chaque année. La réplique du RNI n’a pas tardé estimant que les propos de Mustapha Ibrahimi, président du groupe parlementaire du PJD, sont intolérables et infondés. Le ministre a présenté tous les chiffres et les statistiques qui démontrent les dégâts économiques provoqués par cet accord. Mais les députés du PJD maintiennent leur position de défendre la Turquie au lieu de défendre l’économie nationale.

Lors d’une sortie médiatique, Haluk Dortluoglu, directeur financier de l’enseigne BIM a tenu à démentir les propos de MHE par rapport à la commercialisation de ses produits. Le ministre demandait à la Turquie de commercialiser au moins 50% de produits marocains dans ses locaux. La réponse du directeur financier ne s’est pas fait attendre, déclarant que 85% des produits commercialisés par BIM sont achetés auprès de commerçants locaux. Ce jeudi, Le360 nous apprend que le ministère de la tutelle va ouvrir une enquête pour s’assurer de l’origine des produits proposés à la vente par le magasin BIM.


  • Partagez

Nomination des membres de l’ANRE : les parlementaires ne décolèrent pas  

Les six nominations à l’Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE) par le Président d...

Maroc-USA : signature d’un accord de consolidation de l’immunité diplomatique

Ce mardi 1er septembre, le Maroc et les États-Unis ont signé un accord bilatéral portant sur la consolidation des privilèges et de l’immunité diplomatiques. La cérémonie de signature de cet accord, pa...

Coronavirus : entretien au sommet entre le roi Mohammed VI et le président Xi Jinping

Le roi Mohammed VI s’est entretenu, ce lundi 31 août 2020, avec Xi Jinping, président de la Républi...

PJD : Rebbah et Amara favoris pour succéder à El Otmani

Dans son édition de ce mardi 1er septembre, le quotidien arabophone Assabah a rapporté que Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, et Abdelkader Amara, ministre de l’Équip...

Nouveau rapport de l’ONU sur le Sahara : l’Algérie confirmée partie prenante du conflit

Antonio Guterres, Secrétaire général (SG) de l’Organisation des Nations Unies (ONU), a soumis à l’A...

Le bilan du Conseil de gouvernement de ce 27 août

Ce jeudi 27 août, le Conseil de gouvernement s’est réuni à Rabat, sous la présidence de Saad Dine El Otmani, chef de l’Exécutif. Lors de cette rencontre hebdomadaire, il a été décidé, après un examen ...