Aller au contenu principal

Finances publiques : les warning de la Cour des comptes

S'exprimant devant les députés le 28 janvier, Driss Jettou, président de la Cour des comptes, a attiré leur attention sur la difficulté à tenir la trajectoire fixée pour le déficit budgétaire. 2020 devait pourtant être l’année du retour du déficit budgétaire à 3% du PIB. L’échéance a été repoussée à 2022. La baisse des dons en provenance des pays du Golfe et les concessions dans le cadre du dialogue social ont impacté les finances publiques et par ricochet le niveau de la dette dont le début de la décrue est toujours attendu. Cependant, la situation n’est pas alarmante.

Par J.R.Y, Publié le 30/01/2020 à 17:17, mis à jour le 30/01/2020 à 18:13
Teaser Media
Finances publiques maroc

2020 devrait être l’année du retour du déficit budgétaire à 3% du PIB. Il n’en sera rien puisque le gouvernement prévoit un gap équivalent à 3,5% du PIB. En 2019, le déficit budgétaire a atteint 41,7 milliards de DH, soit 3,6% du PIB après avoir grimpé à 3,8% en 2018 (cette amélioration est en partie attribuable à la cession de 8% du capital de Maroc Telecom). Devant les députés le 28 janvier, Driss Jettou, président de la Cour des comptes, a attiré leur attention sur la situation des finances publiques en 2018. «Le recul intervient, après plusieurs années d’amélioration progressive du déficit budgétaire au cours de la période 2012-2017, sous l’impact de la baisse des recettes exceptionnelles provenant des dons des pays du Conseil de la Coopération du Golfe et malgré la progression remarquable et continue des recettes fiscales au cours des cinq dernières années».

La difficulté à tenir la trajectoire fixée s’explique par la diminution des dons en provenance du Golfe, mais aussi des concessions dans le cadre du dialogue social. Le gouvernement espère ramener le déficit autour de 3% en 2022. C’est important pour ne pas continuer d’alourdir la dette, un autre sujet à surveiller de près selon la Cour des comptes. L’encours de la dette du Trésor est passé de 345 milliards de DH en 2009 à 750 milliards de DH fin 2019. «Ces données montrent que l’objectif de parvenir à un niveau de la dette autour de 60 % du PIB à l’horizon 2021 sera difficile», relève le président de la Cour des comptes. De son côté, la dette publique a culminé à 901 milliards de DH soit 81,4 % du PIB. Pour la Cour des comptes, «la gestion de la dette garantie, en raison de son volume en hausse et de ses retombées négatives potentielles sur les finances de l’État, exige la disponibilité d’informations exhaustives quant à son contenu et aux normes établies pour son octroi, notamment au niveau des documents accompagnant le projet de loi de finances».

S’il faut surveiller l’endettement de près, la situation n’est pas pour autant alarmante. Le Maroc est toujours noté dans la catégorie Investment Grade par les agences de notation financière et il bénéficie toujours de la confiance des investisseurs étrangers. Les conditions assorties à la dernière émission d’obligations sur le marché international en sont la preuve. La prime de risque a nettement baissé par rapport à la précédente opération, signe que tout n’est pas mauvais.

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...