Aller au contenu principal

Rapport : Les Marocains n’ont plus confiance dans les institutions

Une étude réalisée par l'Institut Marocain d'Analyse des Politiques (MIPA) fait un constat alarmant du rapport qui lie les marocains aux institutions du pays. 67,8% des personnes recensées affirment avoir perdu confiance dans le gouvernement et les partis politiques. 57.5% ne croient plus au parlement et 41% ne font plus confiance à la Justice marocaine. Cependant, la police et l'armée bénéficient de la plus grande confiance des personnes interrogées avec des taux respectif de 78 % et 83,3 %.

Par Mohamed L., Publié le 05/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ces chiffres ne trompent pas. Le rapport annuel de l’institut marocain d’analyse des politiques (MIPA), en partenariat avec la fondation Heinrich Boll, a été dévoilé ce mardi 3 décembre 2019 à Rabat. Réalisé en octobre 2019 par le cabinet Averty, il s’est basé sur un échantillon de 1000 personnes de plus de 18 ans, déclare Mohamed Mesbah, directeur de l’institut marocain d’analyse de politiques.

 

Une perte de confiance générale

Le premier constat qui est sorti de cette étude est la perte de confiance des marocains en leurs institutions. Près de 68 % des Marocains affirment avoir perdu confiance dans leur gouvernement et leurs partis politiques, rapporte le quotidien Akhbar Alyaoum, ce jeudi 5 décembre 2019. La Justice n’est pas en reste et perd également du terrain. 41 % des Marocains affirment ne pas faire confiance à la justice du pays. La moitié des personnes recensées ne connaissent pas les fonctions du parlement et 90 % d'entre eux ignorent l’identité des présidents de ses deux chambres, rapporte pour sa part Assabah. Cependant, la police et l’armée sont les institutions qui bénéficient de la plus grande confiance des personnes interrogées, avec des taux respectifs de 78 % et 83,3 %.

 

Par ailleurs, 69 % des Marocains ont déclaré leur insatisfaction quant à la trajectoire générale qu’emprunte le pays. La moitié des personnes interrogées se disent mécontentes de la situation économique, et environ 74 % d’entre eux estiment que les efforts du gouvernement pour lutter contre la corruption sont inefficaces. Al Massae affirme que ces statistiques « lourdes » et « choquantes » devraient interpeller tous les partis politiques qui appellent aujourd’hui les jeunes à s’inscrire dans les listes électorales en vue des prochaines élections législatives. Le quotidien prévient que cette perte de confiance peut avoir des répercussions très graves si les acteurs politiques ne revoient pas leurs stratégies politiques et sociales.

 

Enfin, seuls 24 % des personnes interrogées ont déclaré faire confiance au secteur public de la Santé contre 73 % pour le privé. Le secteur de l’enseignement public est également touché, 48 % des Marocains ne font plus confiance dans les écoles publiques du pays.

 

Un autre constat alarmant. 42 % des Marocains ont affirmé ne pas faire confiance aux autres concitoyens. Ces derniers préfèrent accorder leur confiance avant tout à leur entourage. En effet, 95,2 % des personnes interrogées ont confirmé avoir une confiance absolue en leur famille.


  • Partagez

Covid-19 : de nouveaux records qui agitent les autorités

Avec 1499 nouvelles infections et 23 décès en seulement 24 heures, le Maroc enregistre un nouveau r...

Al Akhawayn : 30 bourses dédiées aux enfants du personnel en première ligne contre le Covid-19

Ce mercredi 12 août, l’université Al Akhawayn a annoncé sa décision de dédier des bourses d’études aux enfants des professionnels de la santé, de l’enseignement et de l’autorité publique. Les dépôts d...

Covid-19 : la situation sanitaire de plus en plus inquiétante

Mercredi 12 août, le Maroc a enregistré son plus grand nombre de contaminations depuis le début de ...

Les écoles se préparent à une rentrée scolaire normale

Alors que la reprise des cours dans les écoles marocaines est prévue pour le 7 septembre, les établissements scolaires se préparent à recevoir les élèves dans le cadre d’une rentrée scolaire «normale»...

Dons de sang : une pénurie durant la saison estivale

Le Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie du Maroc (CNSTH) annonce une pénurie de...

Rentrée scolaire 2020-21 : toujours pas de solution au conflit parents d'élèves-écoles privées

La rentrée scolaire 2020-21 approche, mais le conflit opposant les parents d’élèves aux établisseme...