Boris Johnson a conclu un accord avec l’Union Européenne (1)

Temps de lecture : 4 minutes


Brexit : Boris Johnson a conclu un accord avec l’Union Européenne

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre britannique, Boris Johnson, ont déclaré ce jeudi 17 octobre que la Grande-Bretagne et l’Union européenne ont conclu un nouvel accord Brexit, quelques heures avant le lancement du sommet de Bruxelles.

Temps de lecture : 4 minutes

« Là où il y a une volonté, il y a un marché ! », Boris Johnson et Jean-Claude Juncker se sont tournés vers Twitter pour annoncer qu’un accord Brexit a été conclu entre l’UE et le Royaume-Uni. Les deux hommes sont actuellement à Bruxelles pour un sommet crucial du Conseil européen, rapporte l’Agence France Presse (AFP).



 



Johnson n’a pas tardé à qualifier le traité « d’un nouvel accord qui reprend le contrôle » et a exhorté le parlement britannique à l’approuver rapidement « afin que nous puissions passer à d’autres priorités comme le coût de la vie, le Service national de santé, la criminalité et l’environnement ».



 



Selon EuroNews, le Premier ministre parle peut-être trop tôt, car le parti unioniste d’Irlande du Nord, le DUP, dont les votes sont importants pour que l’accord soit approuvé au Parlement, a rejeté les propositions de Johnson.



 



Que présente ce nouvel accord ?



Michel Barnier, négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, a déclaré lors d’une conférence de presse que le nouveau texte de loi devrait fournir « une sécurité juridique dans tous les domaines du Brexit, parce que toute séparation sème de l’incertitude », notamment chez les ressortissants européens vivant au Royaume-Uni, les citoyens britanniques habitant en Europe, les entreprises et groupes actuellement financés par l’Europe. Il a souligné que l’accord, tel que publié par la Commission européenne en ligne, doit encore être considéré comme un projet.



 



Néanmoins, le coordinateur du Brexit du Parlement européen, Guy Verhofstadt, présent lors la réunion pré-sommet, a indiqué à Reuters que l’accord « préserve le marché unique, sauvegarde les valeurs de l’Union européenne et évite une frontière sur l’île d’Irlande ».



 



La période de transition devrait durer jusqu’à la fin de 2020, a expliqué Barnier, mais elle pourrait être prolongée d’un an ou deux si un accord est conclu.



 



Une solution proposée pour l’Irlande



L’UE et le Royaume-Uni semblent également avoir finalement trouvé un compromis sur l’une des questions les plus épineuses du Brexit : l’Irlande. Selon Barnier, le nouvel accord garantit que l’Irlande du Nord « bénéficiera de la future politique commerciale du Royaume-Uni » tout en restant « un point d’entrée du marché unique », explique EuroNews.



 



« Les autorités britanniques peuvent appliquer les droits de douane britanniques sur les produits en provenance de pays tiers tant que les marchandises qui entrent en Irlande du Nord ne risquent pas d’entrer dans notre marché unique », ajoute Barnier. Il n’a toutefois pas expliqué comment les autorités détermineront quels biens pourraient menacer le marché unique.



 



Que va-t-il se passer maintenant ?



L’accord doit encore être formellement approuvé par tous les États membres de l’UE et ratifié par les parlements européen et britannique. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a quant à lui salué le « grand nouvel accord » conclu un peu plus de deux semaines avant que le Royaume-Uni ne quitte le bloc des 27, le 31 octobre.



 



Les législateurs britanniques sont prêts à voter le samedi 19 octobre lors d’une séance spéciale de la Chambre des communes.



 



Par ailleurs, le Parlement britannique a déjà rejeté à trois reprises des accords Brexit antérieurs, négociés par la prédécesseur de Johnson, Theresa May.



Recommandé pour vous

Hassan Iquouissem : quel sort lui est réservé ?

Temps de lecture : 4 minutes

Visé par un mandat d’arrêt européen délivré par la justice française depuis le 1ᵉʳ septembre d…

Baisse de l’IR : les négociations sont en cours

Temps de lecture : 4 minutes

Les réunions entre les centrales syndicales et le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lek…

Le CPS de l’UA sous présidence marocaine

Temps de lecture : 4 minutes

La présidence tournante du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) tomb…

Consulats à Laâyoune et Dakhla : la stratégie payante de Bourita

Temps de lecture : 5 minutes

«Une trentaine de pays ont ouvert des consulats dans les provinces du Sud, marquant ainsi leur…

ONU : les avancées du Maroc lors de sa participation à la 77e AG

Temps de lecture : 6 minutes

Étalé sur 14 jours, du 13 au 26 septembre courant, la 77ᵉ session de l’Assemblée générale de l…

Le gouvernement face au nouveau défi de la couverture sociale des agriculteurs

Temps de lecture : 5 minutes

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’Offi…

Libération de Brahim Saadoun : une médiation saoudienne et un suivi personnel du Roi

Temps de lecture : 4 minutes

La bonne nouvelle a été annoncée par le ministère saoudien des Affaires étrangères. Un communi…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas …

ONU : Akhannouch présente le projet de réforme du système éducatif

Temps de lecture : 4 minutes

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a présenté, ce lundi, le grand projet de réforme du …

Dialogue social : ce qu’il faut retenir de la réunion du lancement du 2ᵉ round

Temps de lecture : 4 minutes

Le dialogue social, lancé ce 14 septembre, a porté sur la révision du régime de l’impôt sur le…

Sahara : Staffan de Mistura boucle sa deuxième tournée régionale

Temps de lecture : 4 minutes

Avec une feuille de route bien précise conforme à la résolution 2602, Staffan De Mistura, envo…

Université d’été du RNI : Akhannouch expose le bilan des réalisations de son parti

Temps de lecture : 5 minutes

« Le renforcement des piliers de l’État social : contraintes d’activation et engagement ferme …