Aller au contenu principal

La Turquie prête à mener une offensive en Syrie contre les Kurdes

Les préparatifs de la Turquie pour une offensive dans le nord de la Syrie sont « achevés », a déclaré mardi le ministère de la Défense, après avoir reçu des signaux confus de la part des États-Unis quant à son intention d’autoriser ou de bloquer l’opération militaire, rapporte l’AFP.

Par Nora Jaafar, Publié le 08/10/2019 à 12:12, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le président américain Donald Trump a ordonné le retrait des troupes américaines de la frontière turque avec la Syrie le dimanche 6 octobre, après un appel téléphonique avec son homologue Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier a menacé à plusieurs reprises d’attaquer les militants kurdes installés dans le nord de la Syrie à cause de leurs liens avec des séparatistes dans son propre pays. « Tous les préparatifs de cette opération sont terminés », a indiqué le ministre turc de la Défense sur Twitter, quelques heures après le retrait des forces américaines de la zone frontalière. Erdogan avait précédemment annoncé que l’opération pourrait avoir lieu à tout moment et « sans le moindre avertissement ».

 

De plus, la décision de Trump a été considérée par les démocrates ainsi que certains de ses collègues républicains au Congrès, comme un abandon des forces kurdes qui sont les principaux alliés des États-Unis dans la lutte contre le groupe de l’État Islamique, rapporte le quotidien Asharq Al-Awsat. Toutefois, plus tard dans la journée du lundi 7 octobre, et en réponse aux préoccupations quant à une incursion des forces armées turques (TSK) dans cette région, Trump a menacé la Turquie de représailles économiques si elle attaque les Kurdes.

 

« Comme je l’ai déjà dit avec véhémence, et je le répète, si la Turquie fait quelque chose que, dans ma grande et inégalée sagesse, je considère comme hors limites, je détruirai et oblitérerai totalement l’économie de la Turquie (je l’ai déjà fait !) », a lancé Trump sur Twitter.

 

Le vice-président turc Fuat Oktay a répondu à la menace de Trump ce mardi 8 octobre, affirmant que « la Turquie n’est pas un pays qui se soumet à la menace ». « Comme notre président l’a toujours souligné, la Turquie suivra toujours son propre chemin et prendra les choses en main », a-t-il indiqué dans un discours prononcé à Ankara.

 

Notons que la Turquie souhaite créer une « zone sûre » le long de ses frontières avec le nord de la Syrie qui servira de tampon contre les forces kurdes et permettra également le retour au pays de près de deux millions de réfugiés syriens, explique Al Jazeera. Le pays a déjà lancé deux offensives transfrontalières contre l’État Islamique en 2016 puis contre la branche armée du Parti de l’union démocratique (YPG) syrien en 2018, avec l’appui des rebelles syriens dans l’objectif de sécuriser cette zone de conflit.

Climat : 216 millions de personnes risquent d’être déplacées d’ici 2050

La Banque mondiale (BM) tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme au sujet de la crise climatique mondiale. Dans un rapport publié le lundi 13 septembre, l’institution financière internationale a ex...

Protocoles des sages de Sion : la plus grosse fake news antisémite du XXe siècle

Les Protocoles des Sages de Sion, un texte inventé de toutes pièces par la police secrète du tsar et publié pour la première fois en Russie en 1903, présentait un plan fictif de conquête du monde étab...

Les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni scellent un pacte historique

Une nouvelle alliance voit le jour. Ce mercredi 15 septembre, les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni ont lancé un partenariat historique de sécurité et de défense dans la zone indo-pacifique. B...

5G et Edge Computing : quels effets sur les systèmes de transport intelligents

La 5G et l'Edge Computing ont vocation à améliorer de manière significative les performances des applications et des objets connectés en facilitant la gestion croissante des données en temps réel. Dan...

Peut-on se remettre d'un attentat ?

Cela n'aura échappé à personne : dans le mot terrorisme, il y a terreur. Derrière chaque attentat se cache l'un des objectifs d'une poignée de tueurs : terroriser une population et mener contre elle u...

À la recherche de solutions au conflit israélo-palestinien

Un premier ministre israélien reçu en Égypte, une première depuis plus de dix ans. L'objectif de ce...