Aller au contenu principal

Impayés : Les ménages redonnent la migraine aux banquiers

Même si elle reste la principale locomotive des crédits, la croissance des prêts aux ménages s’essouffle. La morosité de la conjoncture rattrape les ménages. Ils sont moins enclins à effectuer de grosses dépenses. En outre, le contexte actuel pèse sur les finances et plusieurs d’entre eux ont du mal à honorer les échéances de fin de mois. Les impayés des ménages ont augmenté de 14 % à 27 milliards de DH l’année dernière.

Par J.R.Y, Publié le 01/08/2019 à 10:19, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Malgré la tendance baissière des taux d’intérêt et la volonté pour les banques de placer davantage de crédits pour soutenir leurs résultats, certains clients auront du mal à emprunter auprès des banques ou bien ils devront accepter une prime de risque élevée. La dette en souffrance des ménages auprès des banques et des sociétés spécialisées a augmenté de 14 % à 27 milliards de DH en 2018. Les impayés auprès des banques ont atteint 21 milliards de DH, soit une hausse de 3 milliards de DH en l’espace d’une année.

 

Les difficultés des ménages à honorer les échéances de fin de mois sont le signe d’une conjoncture difficile pour nombre d’entre eux. Ce que confirment en partie les enquêtes du Haut Commissariat au Plan sur la confiance des ménages. La hausse des impayés est aussi la conséquence du surendettement de certains emprunteurs. Sur plus de 225 000 dossiers de crédit analysés par la banque centrale, la charge d’endettement dépasse 70 % pour plus de 4 % de cas. L’année dernière, la hausse de la sinistralité a touché tous les produits y compris le crédit à l’habitat.

 

Habituellement, les ménages sont très réguliers dans le remboursement de leurs traites immobilières. En effet, la multiplication des impayés peut se retourner contre eux puisqu’ils encourent le risque de se voir déposséder de leur bien. Évidemment, aucune famille ne souhaite se retrouver à la rue. Le taux de défaut pour les prêts à l’habitat accordés par les banques s’est dégradé de 0,4 point l’année dernière à 6,4 %. Les impayés pour le crédit à la consommation dépassent 10 % de l’encours chez les banques et les sociétés de financement spécialisées.

 

L’année dernière, le taux de sinistralité du portefeuille a connu des évolutions disparates selon le lieu de résidence des emprunteurs. Les prêteurs ont une exposition non négligeable sur la clientèle des MRE. Les impayés de ces derniers se sont chiffrés à 1 milliard de DH, soit 7,3 % des encours sur cette clientèle. Leur taux de défaut a diminué de 0,3 point sur un an. En revanche, il est passé de 7,2 % à 8 % pour les ménages résidents.

Banque mondiale : Doing Business arrêté définitivement

Ce jeudi 16 septembre, la Banque mondiale (BM) a annoncé l'arrêt de la publication du rapport Doing Business. «Après avoir examiné toutes les informations disponibles à ce jour sur le rapport Doing Bu...

ONDA : plus de 3 millions de passagers internationaux cet été

Ce jeudi 16 septembre, l’Office national des aéroports (ONDA) a publié son bilan du trafic aérien commercial pour la période du 15 juin au 31 août 2021. Selon ces statistiques, les aéroports du Maroc ...

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...