Aller au contenu principal

AMO : Les changements qui vous attendent en 2020

La couverture médicale des salariés du privé va connaître plusieurs changements à partir de 2020. Le taux de remboursement passera de 70% à 80%. C'est l'une des décisions phares du dernier conseil d'administration de la CNSS qui gère l'AMO. Si ces aménagements se traduiront par un gain de pouvoir d'achat pour les assurés, ceux-ci attendent un élargissement du système du tiers-payant limité aujourd’hui aux médicaments coûteux pour les affections de longue durée.

Par Arnaud Blasquez, Publié le 22/07/2019 à 12:01, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le taux de remboursement des soins ambulatoires et l'hospitalisation passeront à 80% à partir de janvier 2020. C'est l'une des décisions majeures du dernier Conseil d'administration de la CNSS qui gère l'Assurance maladie obligatoire (AMO). L'AMO s'aligne sur le niveau de remboursement de certaines mutuelles privées. Mais, le panier de soins couverts et la qualité de service sont parfois bien différents. Parmi les autres décisions importantes, il y a le relèvement du plafond pour les soins dentaires. Il est fixé à 3.000 DH par an au lieu de tous les deux ans précédemment. En outre, le tarif de référence pour l'optique a été relevé à 400 DH pour la monture et les verres normaux et à 800 DH pour les verres progressifs.

 

Un excédent de 25 milliards de dirhams

Ces aménagements sur la couverture médicale des salariés du privé s'expliquent par la bonne santé du système avec des excédents cumulés qui dépassent 25 milliards de DH. Les salariés qui ont le choix aujourd'hui, se rabattent systématiquement sur la mutuelle privée parce que les prestations sont plus denses et le taux de remboursement plus élevé. En outre, les tracasseries administratives sont moins lourdes. Les nouvelles mesures qui vont entrer en vigueur en janvier prochain vont soulager une part importante des cotisants. Mais, si le reste à charge devrait diminuer, le système tel qu'il est conçu aujourd'hui ne tient pas réellement compte de la situation financière des assurés. Sachant que la majorité des bénéficiaires gagne en moyenne entre 1.000 et 3.500 DH par mois, le préfinancement des soins est parfois lourd et dissuasif ce qui peut entraîner un retard dans la consultation d'un médecin. Il existe un dispositif de tiers payant, mais il est pour l'instant limité aux médicaments coûteux pour les affections de longue durée. Sa généralisation serait donc la bienvenue.

 

Généraliser le tiers payant

Les attentes à ce niveau sont importantes. Même dans le privé et malgré les discours sur la digitalisation et l'amélioration de la qualité de service, il n'y a pas beaucoup d'avancées sur ce chantier à quelques exceptions près. Quelques acteurs dont Allianz commencent à investir dans ce dispositif. La filiale marocaine de la compagnie d'assurance allemande a développé une offre en partenariat avec NextCare et un réseau cliniques, opticiens, laboratoires, médecins, radiologues...un système de tiers payant. Les assurés seront équipés d'une carte magnétique qui leur permettra de ne payer que le reste à charge chez les prestataires de soins. Ces derniers seront payés directement via le gestionnaire Nextcare.

A ce jour, cela reste marginal. Le poids des frais de santé dans le budget des ménages reste important et souvent dissuasif d’opter pour des soins de qualité pourtant nécessaires.

CESE : les lacunes de la stratégie de mobilité durable du Maroc

Dans une note publiée le 21 septembre, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a abordé les différents problèmes que connait le Maroc en termes de mobilité durable. En raison d’un manq...

Covid-19 : le Maroc s'approche de son objectif d’immunité collective

Autorisée au début de ce mois par le Comité scientifique et technique de vaccination, l’administrat...

La méritocratie scolaire existe-t-elle dans la société moderne ?

La méritocratie renvoie au principe qu’une société juste est une société qui octroie à chacun la place qu’il mérite. Cette place est octroyée en fonction des efforts et des talents, plutôt qu’une plac...

Affaire Khadija : le verdict est tombé

Plus de trois ans après les faits, la chambre criminelle près la Cour d’appel de Béni Mellal a rendu son verdict contre les accusés dans "l’affaire Khadija". La sentence prononcée mardi 21 septembr...

Mort de Abdelouahab Belfqih : une enquête a été ouverte par le tribunal de Guelmim

Le procureur du Roi près la Cour d’appel de Guelmim a annoncé l’ouverture d’une enquête sur la mort d’Abdelouahab Belfqih, ex-membre du Parti authenticité et modernité (PAM). L’homme politique a été r...

Cellule terroriste à Errachidia : quatre nouvelles arrestations

En coordination étroite avec les éléments de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveil...